Magazine immobilier
LaVieImmo.com
Les archives du magazine La Vie Immobilière
La Vie immobilière N° 14Paru le vendredi 1 février 2008 à 00h00

Prix vertigineux à Monaco


Il vaut mieux être milliardaire pour habiter le Rocher. Un studio peut dépasser le million d'euros quand il dispose d'une vue sur mer.

Coincé entre mer et montagne, enclavé dans le département des Alpes-Maritimes, Monaco cultive ses particularismes. Si, jusqu'à la Seconde Guerre mondiale, le Rocher tirait ses principales recettes du tourisme et notamment de la Société des bains de mer, il a, depuis, beaucoup diversifié ses activités. Aujourd'hui, 4 000 entreprises y sont installées dans des domaines aussi variés que l'industrie, la banque, l'assurance, l'hôtellerie, l'immobilier, les services... Malgré tout, avec 5 millions de visiteurs par an, le tourisme - et notamment le tourisme d'affaires - reste une manne très importante pour la principauté. Ce qui le conduit à s'équiper toujours davantage en infrastructures : grands hôtels, palaces, casinos, ports de plaisance, centres de congrès, restaurants, discothèques, boutiques de luxe, manifestations culturelles de premier plan...

Mais, quoi qu'on en dise, l'absence d'impôt sur le revenu ainsi qu'une fiscalité très douce des entreprises constituent indéniablement les meilleurs atouts de la principauté. Un avantage dont les Français ne peuvent cependant bénéficier, l'Hexagone ayant signé un accord fiscal avec Monaco. Dans un univers aussi favorable, la principauté peine à satisfaire la demande : installé sur 2 km2 dont 40 ha pris sur la mer, ce minuscule Etat manque terriblement de foncier. Certes, avec l'aménagement du nouveau port de plaisance de Fontvieille, quartier pourtant à l'origine peu prisé car accueillant des usines, des immeubles de logements sont sortis de terre ces dernières années le long de la marina, de même qu'un centre commercial et un stade. Mais ce n'est pas suffisant. Et si la principauté se penche sur la recomposition urbaine d'autres quartiers, elle projette aussi la création d'une nouvelle emprise sur la mer.

Un Monopoly grandeur nature

En attendant, le marché immobilier souffre de pénurie. Résultat : les prix, déjà très élevés, continuent de grimper. Il faut compter au bas mot 15 000 euros du mètre carré pour de l'ancien sans vue, sans cave, sans parking et de surcroît à rénover. Et pour un bel appartement, ne vous attendez pas à débourser moins de 20 000 à 22 000 euros. Inutile de dire qu'avec une somme de 500 000 euros on ne trouve pas grand-chose ! Un beau studio de 35 à 40 m2, pas forcément doté d'une vue, se négocie 800 000 euros. « A Saint-André, un 40 m2 avec une échappée mer vient même de partir à 1,25 million d'euros », s'exclame le patron de Domus Immobilier, une des rares agences à accepter de s'exprimer sur le sujet. Même Michel Dotta, président de la chambre immobilière de Monaco, n'a pas souhaité faire de commentaire.

Il est vrai que la spéculation va bon train ici. Monopoly grandeur nature : les propriétaires achètent et revendent sans cesse, appâtés par les plus-values. Conséquence : « Entre le quartier de Fontvieille, celui de la Condamine (le vieux port) et Monaco-Ville (le Rocher), les prix se baladent entre 15 000 et 40 000 euros le mètre carré, résume Patrick Pierron, patron de l'agence Landau. Mais dans ce que l'on nomme le Carré d'or (autour du casino), les prix grimpent à 50 000 ou 60 000 euros. » Voilà qui réduit sensiblement le nombre de prétendants, au demeurant une clientèle internationale richissime. D'autant que les appartements situés dans de luxueuses résidences telles que Park Palace, Floralie, Monte-Carlo Palace, Sun Tower, See Side Plaza, les Terrasses du Port... ont souvent de très grandes superficies...

Colette Sabarly

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...