Magazine immobilier
LaVieImmo.com
Les archives du magazine La Vie Immobilière
La Vie immobilière N° 6Paru le dimanche 1 avril 2007 à 00h00

S'offrir une maison de vacances


Achat coup de coeur, placement raisonné ou base de loisirs, l'acquisition d'une petit coin de paradis peut aussi être source de revenus. A chacun selon son profil.

Une villa avec piscine au bord de la mer ? Un mas perdu dans les oliviers ? Un chalet pour s'adonner aux joies du ski ou de la montagne contemplative ? Un appartement fonctionnel dans une station à deux minutes de la gare ? Il n'y a rien de plus subjectif que le choix d'une résidence secondaire. Avec l'accélération du rythme de vie, l'explosion de la famille traditionnelle et le morcellement des congés, l'attrait d'une habitation de vacances vouée au repos et aux loisirs ne cesse de croître. Et avec la « TGV-ication » du territoire et la multiplication des aéroports low-cost, l'éventail des destinations accessibles en trois heures ne cesse de s'élargir, alimentant ici et là de fortes augmentations de prix. « Bien sûr, le sud fascine toujours. Mais la montagne attire une clientèle élitiste de plus en plus nombreuse », constate David Giraud, président du constructeur MGM.

Par un effet de mimétisme avec l'immobilier urbain, la cote des résidences secondaires s'est fortement envolée au cours des dernières années. « C'est une aberration, estime Olivier de La Selle, directeur d'Agri France, car la valeur d'usage de ce type d'habitation est bien inférieure à celle d'une résidence principale. Elle n'est utilisée en moyenne que 44 jours par an, soit un taux d'inoccupation de 88 % ! »

Considéré comme une hérésie financière pour les investisseurs rationnels, l'achat d'une maison de vacances comprend il est vrai une forte dimension émotionnelle. Mais cela n'a pas empêché nombre d'acquéreurs de s'enrichir considérablement avec le boom de l'immobilier. Vous êtes prêts à dépenser une petite fortune pour un coin de paradis ? Concentrez-vous sur les demeures de caractère (lire page 18), dans les endroits les plus sélects (à partir de 500 000 euros) ou dans des régions susceptibles de s'apprécier (de 200 000 à 300 000 euros). Vous n'avez ni le temps ni les moyens d'entretenir une maison ? Optez pour un appartement d'un bon rapport qualité-prix, et louez-le occasionnellement pour couvrir les frais (lire page 22). Vous êtes allergique à l'idée de passer toutes vos vacances au même endroit, mais rassuré d'avoir un point de chute régulier ? Intéressez-vous aux résidences de tourisme (lire page 26). Dans tous les cas, inscrivez votre projet dans une stratégie patrimoniale en étant intraitable sur l'emplacement : la desserte et la proximité des loisirs sont le gage d'une revente facile. Vous pourrez ensuite vous en donner à coeur joie

Dossier réalisé

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...