Magazine immobilier
LaVieImmo.com
Les archives du magazine La Vie Immobilière
La Vie immobilière N° 9Paru le dimanche 1 juillet 2007 à 00h00

Sur les rives du canal Saint-Martin à Paris


Reliant le bassin de la Villette au port de la Bastille, c'est le nouveau repaire des bobos parisiens. Depuis quelques années, le canal a la cote et les prix grimpent en flèche.

Le regain en popularité du canal Saint-Martin, sensible depuis quelques années, ne se dément pas », sourit Jérôme Khaïat, de l'agence Laforêt Paris X. Son côté village séduit de plus en plus et les prix de l'immobilier y augmentent de 15 à 20 % chaque année. Signe qui ne trompe pas, les étrangers (Britanniques, Américains et Italiens surtout) s'intéressent de plus en plus aux abords du canal. Un attrait qu'ont quelque peu diminué les tentes des Enfants de Don Quichotte, installées à l'approche de l'hiver pour attirer l'attention sur le sort des SDF. « Le marché pourrait s'infléchir si la situation venait à perdurer, confie Muriel Goldberg, de l'agence l'Adresse du Canal. Au départ, tout le monde pensait que ce serait éphémère. » Mais les campements semblent durablement installés dans le paysage, même s'ils se sont faits très discrets : la plupart d'entre eux se sont déplacés près de la place Stalingrad.

Reste que la tendance est au renouveau depuis quelques années. La population rajeunit, de plus en plus d'immeubles font peau neuve, même s'il reste encore beaucoup de copropriétés en mauvais état. Les boutiques branchées s'installent dans la partie sud, entre République et le square Villemin. Là, le prix moyen au mètre carré varie de 6 000 à 6 500 euros. Une vue sur le canal ou une terrasse est un plus qui se paie au prix fort.

Un vrai potentiel au nord du canal

Certaines rues sont plus prisées. Les quais de Valmy et de Jemmapes, évidemment, mais aussi les rues Beaurepaire, Dieu et Yves-Toudic, côté République, sont des valeurs sûres. En traversant le canal, l'avenue Richerand et la rue Marie-et-Louise sortent du lot. Le mètre carré peut atteindre 7 000 euros, voire plus. Un trois-pièces de 62 m2, à l'angle de l'avenue Richerand et du quai de Jemmapes, nécessitant un rafraîchissement, s'est vendu 460 000 euros, soit 7 400 euros du mètre carré. Mais il reste des opportunités à saisir en s'éloignant de quelques pâtés de maisons. Ainsi, un deux-pièces de 42 m2, ancien mais en bon état, rue des Vinaigriers, s'est vendu 260 000 euros.

La partie nord du canal, entre le square Villemin et la place Stalingrad, est un peu moins chère. Le mètre carré s'y échange en moyenne à 6 000 euros. A l'angle du quai de Jemmapes et de la rue de l'Hôpital-Saint-Louis, un appartement de 47 m2, au sixième étage avec ascenseur, avec beaucoup de travaux, s'est vendu 300 000 euros. Ce secteur dispose sans doute d'un potentiel d'appréciation important. « Impossible de dire pour l'instant comment la situation va évoluer, explique Jérôme Khaïat. Beaucoup de petites échoppes de restauration rapide s'installent, mais il manque encore de vrais commerces de proximité. » Les biens devraient cependant y prendre de la valeur : la zone est encadrée au sud par la partie du canal en plein boom, et au nord par le bassin de la Villette, redynamisé par l'installation du cinéma MK2 et les aménagements du square du Maroc et des quais de la Seine et de la Loire

Jean-Marie Benoist

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...