Magazine immobilier
LaVieImmo.com
Les archives du magazine La Vie Immobilière
La Vie immobilière N° 5Paru le jeudi 1 mars 2007 à 00h00

Sur les traces de Corot à Ville-d'Avray (92)


Dans cette commune cossue des Hauts-de-Seine, les propriétés baignent dans la verdure. Un cadre qui se paie très cher.

Village rural à l'origine, commune résidentielle aujourd'hui, Ville-d'Avray a de tout temps attiré peintres, écrivains, musiciens, séduits par le charme de ses étangs et de sa forêt. Parmi les plus célèbres, Corot, bien sûr, dont les toiles ont immortalisé cette nature généreuse. A tel point que les étangs sont aujourd'hui baptisés les Etangs de Corot. Mais d'autres personnalités célèbres y vécurent ou y séjournèrent, comme Jean Rostand, Boris Vian, Yehudi Menuhin... Au xixe siècle, la bourgeoisie d'affaires y venait également en villégiature à la belle saison. D'où les vastes propriétés noyées dans la verdure construites à l'époque et que l'on peut encore admirer aujourd'hui. Pas étonnant que cette commune huppée ait ses adeptes. L'ennui, c'est que ce marché reste relativement étroit. « Il ne se vend qu'une quarantaine de maisons par an », s'exclame Alexandre Vallier, responsable de l'agence Espace de Vie Immobilier.

De fait, ici, la hausse reste assez vive. En 2006, les valeurs ont encore progressé de 7 à 7,5 %. « Contrairement à ce qui peut être dit un peu partout, nous ne ressentons pas de baisse et nous sommes bien placés puisque nous avons une activité d'expertise », note encore Alexandre Vallier. Rien à voir cependant avec les hausses des années précédentes, qui tournaient plutôt autour de 10 à 15 % par an. Il est vrai que les acquéreurs ont plus de mal à finaliser leur projet. La moindre maison d'une centaine de mètres carrés avec un jardin se négocie en moyenne à 650 000 euros, ce qui limite la clientèle. A titre d'exemple, dans le quartier Balzac-Corot, une propriété de 120 m2 avec 100 m2 de jardin est mise à prix 785 000 euros. Pour certains biens d'exception, les valeurs s'envolent. Ainsi, une maison de style Directoire de 290 m2, avec un jardin de 1 370 m2, vient de trouver preneur à 1,750 million d'euros.

Ceux qui ont des budgets beaucoup moins élastiques peuvent se rabattre sur les maisons de ville. « Généralement de 70 à 80 m2, construites sur deux niveaux, elles s'échangent entre 450 000 et 500 000 euros », indique Sébastien Eudel, de l'agence de la Mairie à Ville-d'Avray

Colette Sabarly

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...