Emprunter
LaVieImmo.com
EmprunterEmpruntermardi 26 août 2014 à 12h10

Crédit immobilier : Il est encore temps de renégocier


Jusqu'à 34 000 € d'économie pour les crédits souscrits en 2009
Jusqu'à 34 000 € d'économie pour les crédits souscrits en 2009
Jusqu'à 34 000 € d'économie pour les crédits souscrits en 2009 (©VousFinancer)

La poursuite du mouvement de baisse des taux immobiliers ouvre de nouvelles possibilités de renégociation aux emprunteurs. Quelques conseils pour savoir si vous êtes concernés.

(LaVieImmo.com) - Il n’est (toujours) pas trop tard pour renégocier son crédit immobilier. Le courtier VousFinancer calcule qu’avec la baisse récente des taux des crédits, « les crédits souscrits en 2003, 2004, 2007, 2008, 2009, 2011 et même ceux de 2012 peuvent potentiellement être renégociés, avec des économies substantielles à la clé ».

Un écart de taux de 0,7 à 1 point

L’exercice nécessite un minimum de précaution et de savoir-faire. « On considère qu’il faut un point d’écart au minimum entre le taux du crédit à renégocier et les taux actuels pour que l’économie générée rende l’opération intéressante, compte tenu des frais engendrés qui peuvent atteindre jusqu’à 4,5 % du capital restant dû*, explique Sandrine Allonier, responsable des relations banques de la société. Mais un écart de 0,70 point peut suffire pour les crédits récents, de plus de 300 000 € ou ayant des durées supérieures à 20 ans, d’où la nécessité pour ne pas passer à côté d’une opportunité ».

En effet, la renégociation est d’autant plus conseillée qu’elle est entreprise tôt dans le processus de remboursement, au moment où l’emprunteur rembourse le plus d’intérêt. « Mais même les crédits de 2003 ou 2004 peuvent être renégociés ».

Comparez gratuitement les offres de crédit de plus de cent banques >>

Vous Financer calcule ainsi qu’un ménage qui a emprunté 200 000 € il y a dix ans « à plus de 4 % » et qui peut facilement obtenir aujourd’hui un taux de 2,50 % sur les dix ans qu’il lui reste, réalise une économie totale de « plus de 8 000 ». Le graphique ci-contre montre que l'économie peut-être bien supérieure.

*3 % de pénalités de remboursement anticipé (plafonné à 6 mois d’intérêts) + frais de dossier + 1 à 1,2 % de frais de garantie pour le nouveau prêt. Ces frais peuvent être réintégrés dans le nouveau prêt

François Alexandre - ©2016 LaVieImmo
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)

  • 1 Reco 27/08/2014 à 12:57 par Doriandoy

    @Brezh75

    Salut,

    Oui j'ai bien pris en compte les frais de dossier (3% du capital restant dû ou 6 mois d’intérêts + frais de dossier de la nouvelle banque). Au final, la perte des APL rend l'opération blanche. ça ne rapportera rien de faire un rachat même avec un taux de 2.80 au lieu de 4.80 ... l'Etat préfère payer 100% d'APL au lieu d'arranger ses contribuables et de n'en payer par exemple, que la moitié en cas de rachat de crédit. Les banques sont contentes.

    @MH
    Je ne pense pas que ce soit du fait de l'Euro (l'Allemagne est en zone euro et n'a pas vu ses prix grimpé plus que l'inflation entre 1998 et 2008, à contrario, l'Angleterre ou la Suède qui ne sont pas en zone euro ont vu leur courbe de prix faire la même chose que chez nous), mais effectivement, de l'économie mondiale qui a cru que faire de la croissance sur l’allongement de la durée de crédit était viable alors que c'est d'une bêtise sans nom.

    La seule chose qui pourrait changer le marché, c'est une forte inflation qui induirait une hausse des taux. C'est pas gagné...

  • 0 Reco 27/08/2014 à 10:33 par brezh75

    Attention néanmoins avant de faire une opération de rachat de crédit ; si les coûts engendrés (pénalités de remboursement anticipé, frais de dossier éventuels, nouveaux frais de garantie prêt) peuvent effectivement être intégrés dans le nouveau prêt, il viennent ainsi gonfler le capital emprunté ;
    Ainsi le gain affiché par les banques / courtiers correspond au gain fait uniquement sur les intérêts si l'on va jusqu'au bout du (nouveau) prêt MAIS si jamais vous prévoyez de vendre votre bien à court terme (par exemple dans les 3 années à venir), vous ne gagnerez probablement rien, voire même, vous perdrez car le capital restant dû (à rembourser) du nouveau prêt sera supérieur à celui de votre ancien prêt...

  • 0 Reco 27/08/2014 à 03:48 par MisterHadley

    Ça ne se reproduira plus, non, c'est s$ur...

    Il n'y avait pas l'euro...

    Le monde, et l'économie, n'était pas celui qu'il est maintenant...

    C'est pour ça que les éternels attentistes d'un passé définitivement révolu perdent des années et des années qu'ils ne récupèreront jamais lorsqu'ils finiront par le comprendre ou l'admettre d'eux-mêmes.

  • 0 Reco 26/08/2014 à 19:02 par Doriandoy

    Pourvu que les taux remontent à 6%. Pour moi ça ferait baisser les prix drastiquement et permettrait du coup de ne pas s'endetter sur d'aussi longues durées qu'aujourd'hui.

    En 1998 la durée moyenne d'endettement était de 10ans... et vu le prix au mètre carré à cette époque, on pouvait s'en acheter des belles choses!

    Malheureusement cette époque semble révolue pour de bon.

  • 0 Reco 26/08/2014 à 19:00 par Doriandoy

    Un truc idiot:
    Ma mère ayant eu le droit à un prêt social, bénéficie d'une aide au logement de 70€ par mois.
    Si elle rachète son prêt, elle ferait une économie sur le montant à rembourser mais perdrait cette aide ce qui rendrait l'opération blanche.

    Pour résumer, l’État préfère financer une aide au logement que de permettre de finir son crédit plus tôt... En voilà une économie...

  • 0 Reco 26/08/2014 à 13:49 par LibDub

    Pourvu que les taux restent bas !
    Dans ce cas-là pour moi ce sera début de l'année prochaine

  • 1 Reco 26/08/2014 à 12:59 par el manici

    il est surtout temps de ne pas acheter des épaves thermiques à prix stratosphérique


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...