Emprunter
LaVieImmo.com
EmprunterEmprunterlundi 26 septembre 2016 à 15h52

Crédit immobilier : pourquoi les banques refusent de prêter ?


30% des demandes de crédit n'aboutissent pas, selon Lepartenaire.fr
30% des demandes de crédit n'aboutissent pas, selon Lepartenaire.fr
30% des demandes de crédit n'aboutissent pas, selon Lepartenaire.fr (©Eric Piermont - AFP)

Malgré des taux d'intérêt extrêmement bas, certains ménages souhaitant accéder à la propriété se verront refuser leur demande de crédit. Le courtier Lepartenaire.fr a identifié les causes de refus des banques.

(LaVieImmo.com) - Les conditions d'emprunt n'ont jamais été aussi favorables pour les ménages qui veulent acquérir un logement. Malheureusement, certains d'entre eux n'auront pas la chance de voir leur demande de crédit aboutir. Le courtier Lepartenaire.fr a donc identifié les causes précises des refus, qui concernent tout de même un prêt sur trois, selon ses estimations.

Crédit Immobilier
Simulateurs immobiliers

Evaluez gratuitement les offres de plus de 100 banques !

Premier motif invoqué par les banques : le niveau des revenus. Ainsi, 30% des dossiers sont refusés en raison du niveau d'endettement maximum qui n'est pas respecté. Le courtier note au passage qu'en réglè générale, on accède à la propriété et donc au crédit avec un salaire individuel minimum de 2.000 euros en moyenne.

Deuxième cause de refus : le manque d'apport personnel. C'est ce qui justifie 25% des dossiers rejeté, une part importante mais qui a cependant tendance à diminuer de mois en mois du fait de la faiblesse des taux d'emprunt. A la clé, un gain de pouvoir d'achat important pour les ménages et qui rend l'apport de moins en moins nécessaire aux yeux des banques. Les établissements prêtent plus facilement aujourd'hui jusqu'à 110% du montant du projet immobilier... autrement dit, frais de notaires inclus.

Éviter les découverts

Une situation professionnelle instable du candidat à l'achat peut aussi poser problème : 22% des crédits refusés le sont pour cette raison, selon l'étude. Une situation sur laquelle alerte d'ailleurs l'ensemble des courtiers compte tenu de la précarisation grandissante de l'emploi en France. Il y a d'ailleurs déjà une forme d'autocensure puisque dans le portefeuille des demandes des courtiers, seuls 8% incluent un emprunteur en CDD.

Enfin, dernière cause de refus de crédit par une banque, la mauvaise gestion des comptes de l'emprunteur. De plus en plus de candidats à l'achat ignorent que les banques sont particulièrement vigilantes sur le comportement bancaire de leurs potentiels clients.

À noter que ces dernières vont éplucher leurs trois derniers relevés de compte (voire les dix derniers). Mieux vaut donc éviter d'accumuler les découverts sur cette période, ou les achats compulsifs. Il est également difficile, voire impossible, d'obtenir un crédit immobilier lorsqu'on est fiché à la Banque de France.

Comparez gratuitement les offres de crédit de plus de 100 banques

Marie Coeurderoy - ©2016 LaVieImmo
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)

  • 0 Reco 29/09/2016 à 11:28 par association.arcd

    les emplois interim et les cdd sont souvent écartés.
    le taux d'endettement peut être abaisser par un regroupement des crédits consommation avec une petite trésorerie de sécurité pour mettre les compte en positif.
    certaines banques acceptent de faire des pallier pour tenir compte de fin de crédits proche.
    les délégations d'assurance permettent aussi une baisse des mensualités.
    cette option est prévue par la loi pour le choix de son assurance de prêt immobilier.
    fournier jf arcrachatcredit.org

  • 0 Reco 28/09/2016 à 14:25 par Dumoulin30

    Tout le monde, Etat compris, aurait intérêt à ce que les banques, peut-être avec l'aide de l'Etat, développent des crédits immobiliers destinés aux travailleurs précaires. A terme, l'Etat aurait moins d'aide au logement à verser...et cela éviterait une injonction paradoxale : devoir épargner pour pouvoir payer comptant son logement, mais une baisse de l'APL si leur épargne excède 30.000 euros...


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...