Emprunter
LaVieImmo.com
Empruntervendredi 17 février 2012 à 18h02

Des taux immobiliers toujours attractifs


Certaines banques ont abaissé leurs barèmes en févrierCertaines banques ont abaissé leurs barèmes en février (©dr)

Insensibles à la perte du triple A, les taux des crédits immobiliers devraient rester stables dans les prochaines semaines, selon Cafpi.

(LaVieImmo.com) - La hausse ? Quelle hausse ? Le courtier en crédit Cafpi constate dans son dernier baromètre que les taux des emprunts immobiliers accordés par ses partenaires bancaires n’ont guère évolué depuis le début de l’année. « Contrairement à ce qui a pu être pronostiqué lorsque la France a perdu son triple A, la dégradation n’a pas eu, pour le moment en tout cas, d’incidence sur les taux de crédit immobilier, car elle avait été anticipée par les financiers », explique le groupe.

Des taux inchangés depuis le mois de mai

Selon Cafpi, un ménage qui contracte aujourd’hui un emprunt sur 20 ans s’endette, en moyenne, à 4,05 %. Soit un taux en légère hausse sur un mois, mais comparable à celui qu’il aurait obtenu au mois de mai de l’année dernière. « Certaines banques ont même ajusté à la baisse leurs barèmes début février », fait valoir le baromètre, et sur les meilleurs dossiers, elles acceptent même de descendre jusqu’à 3,90 %.

Crédit Immobilier
Simulateurs immobiliers

Evaluez gratuitement les offres de plus de 100 banques !

Pour les prochaines semaines, Cafpi prédit une poursuite de la stabilisation - d’autant plus probable selon lui que les salons de l’immobilier qui auront lieu un peu partout en France au printemps devraient inciter les banques à mener une politique plus accommodante afin de « réaliser une partie de leurs objectifs » commerciaux. A plus long terme, « l’évolution des taux […] dépendra des réactions des marchés aux analyses des agences de notation sur les programmes des candidats et sur les élections présidentielles elles-mêmes », poursuit le baromètre. Pas de hausse assurée, donc. A noter que ces prévisions tranchent avec celles des autres courtiers immobiliers, Empruntis et Meilleurtaux notamment, qui anticipent une remontée progressive des taux d’ici la fin du premier semestre.

Taux moyens pratiqués par les partenaires de Cafpi

  • 10 ans : 3,50 %
  • 15ans : 3,80 %
  • 20 ans : 4,05 %
  • 25 ans : 4,30 %
  • 30 ans : 4,75 %


Consultez l'évolution des taux depuis 4 ans : cliquez ici.

Emmanuel Salbayre - ©2014 LaVieImmo
Donnez votre avis
(il vous reste 2000 caractères)

  • 0 Reco 02/03/2012 à 23:43 par acheteur

    Cela ne vous gêne pas la censure sur ce site???
    Ou vous vous êtes habitués???
    Moi, cela m'énerve trop, d'autant plus que j'ai l'impression que il n'y a pas les mêmes règles pour tout le monde!
    Les abérations des AI, sont toujours tolérées!!!

  • 0 Reco 23/02/2012 à 15:55 par moris

    "avoir un inflation forte en face et donc une hausse des salaires" sa fait 15 ans que les salaires ne suivent pas l'inflation.En 1999 le smic était de 5500frs net aujourd'hui 13 ans plus tard il est de 1020euros net (soit 6500 frs) et constitue le salaire de 40% des actifs du pays, a ce que je sais on était pas en croissance molle au contraire...
    Sa fait 3 mois justement que l'on créer de l'argent qui n'a aucune valeurs pour soutenir les taux bas et sauver quelques bad banques...la moyenne des taux sont de 8% historiquement.
    On verra bien...et pour ceux qui on un contrat de prét de 30ans et qui constitue une génération de pas fort en math et bien il pairont 30ans puisque eux ne pourront qu'ajuster les prix( donc oui pour 30% des proprio une baisse de 30% est impossible), pour les autres un éffondrement n'est pas inenvisageable.

  • 1 Reco 22/02/2012 à 16:32 par Un pro de la promotion

    D'ailleur il y a de cela 3 mois, tous le monde annoncé un hausse des taux et un effondrement des prix de l'immobilier ... Je crois que c'est raté !!!

  • 1 Reco 22/02/2012 à 16:30 par Un pro de la promotion

    Moris si tu tenais compte du facteur inflation et resonnais en euro constant, tu verais que la situation d'aujourd'hui n'a rien a voir avec la crise des années 90 !!! De plus l'hupothése de taux à 9 % est illusoire sauf a avoir un inflation forte en face et donc une hausse des salaires et donc pas ou peu de baisse de prix, en tout cas certainement pas de 30 %, des ajustement oui, l'effondrement non. Aucun facteur ne joue poru cela en ce moment pas même les présidentielles !!!

  • 0 Reco 22/02/2012 à 10:38 par moris

    Acheter a taux élevés (voir trés élevée) c'est se garantir un gains conséquent "type loto ou eurosmillions" quand les taux baisse et touche le fond...

  • 0 Reco 22/02/2012 à 10:28 par moris

    Pour "un taux TEG de 9.36 %" le prix ne sera pas de 70 000E mais plutot autour de 50ke.
    dans votre calcul il n'y a qu'une différence de 1000e (sur 20ans c'est du pourboire).Et un oubli considérable de rachat de crédit plus tard ( en 20ans on a le temps) quand les taux baisserons a nouveau (alors que l'inverse est impossible).Donc une sacré economie puisque ce sera le capital emprunter (avec une petite pénalité) qui sera racheter en plus de l'amortissement déja entamé.
    Et cerise sur la pizza quand les taux baisserons les acheteurs perdant selon vos calcul court termiste, triplerons leurs prix de vente....grace au taux bas.
    CQFD ces se qui s'est passé ces 20 derniére années c pourtant pas si loin.

  • 0 Reco 20/02/2012 à 15:26 par Un pro de la promotion

    Tata, vous n'êtes pas bon en économie non plus, je vous site "les acheteurs sont gagnants avec des taux élevés et les prix bas. Quand les taux sont faibles et que les prix sont hauts, les acheteurs sont perdants" C'est faux la chose qui compte au final c'est le prix de revien total, soit le prix d'acquisition + le cout du crédit. Dans le cas de taux élevés (hausse de 5 à 6 points des taux actuels soit un retour aux taux pratiqués au début des années 90) le coût du crédit augmente fortement et de ce fait, l'économie réalisée grace à la baisse des prix est alors absorbée par l'augmentation du coût du crédit. Exemple : aujourd'hui un emprunt de 100.000 € sur 20 ans avec un TEG de 4.56 % soit une mensualité d'environ 650 euros par mois et un cout total d'acquisition de 155.000 €, demain aprés une baisse hypothétique de 30 % des prix, soit un emprunt de 70000 €, pour rester avec une mensualité équivalente soit 650 €/mois, il faut emprunter sur 20 ans toujours, mais avec un taux TEG de 9.36 % soit un coût total du crédit de 86000 € soit un coût d'acquisition total de 156.000 € .... CQFD !

  • 0 Reco 19/02/2012 à 18:36 par Tata

    Il y a trois problèmes en ce qui concerne l'immobilier : le prix, le prix et le prix. Je ne sais pas dans quelle langue il faudra vous le dire : les prix sont trop chers et il est temps qu'ils se cassent la gueule.

    Les français ont deux défauts majeurs : d'une la mémoire courte et de deux, ils sont nuls en économie.

    Mémoire courte : ils ont oublié les baisses des années 90. Ils ont oublié les baisses aux US, Irlande, Espagne, Royaume-Uni, Dubaï et j'en passe.

    Nul en économie : combien de fois faut-il expliquer que les acheteurs sont gagnants avec des taux élevés et les prix bas. Quand les taux sont faibles et que les prix sont hauts, les acheteurs sont perdants.

    Il va falloir que le lobby arrête en nous bassiner avec les taux bas. Les banques ne veulent plus prêter et elles ont raison. L'immobilier est trop haut et il y a un risque de ne pas récupérer ses billes à cause de la baisse des prix qui se profile.

  • 0 Reco 18/02/2012 à 20:20 par Pas tout à fait d'accord

    Mais oui les taux sont attractifs. Le blocage du marché vient de deux autres facteurs : le volume des prêts accordés (- 25 %) et les prix ! Ceux qui pouvaient acheter en 2011 l'ont fait. Les acheteurs de 2012 ne sont pas solvables et les banques ne leur accorderont pas les sommes demandées par les vendeurs.

  • 0 Reco 18/02/2012 à 03:58 par pongolo

    et moi petit particulier lambda, pourquoi j'ai pas droit à un pret de la BCE aux taux de 1% ??et pourquoi la BCE ne prete pas directement aux Etats (donc nous) au taux de 1% ???quelqu'un peut m'expliquer la logique dans tout ca ???

  • 0 Reco 18/02/2012 à 00:41 par inandfi

    Pascal Beuvelet In&Fi Crédits. Pas d'accord avec CAFPI sur un fixing des taux immobiliers qui pourrait être sensible à la perte du triple AAA . La variation d’une notation et/ou celle des OAT n'ont aucune incidence. Les taux immobiliers sont déterminés par le coût du refinancement des banques auprès de la BCE ou entre elles (taux interbancaire )et bien évidemment par leur politique de conquête commerciale sur le terrain.
    Dans la réalité les banque se sont refinancés à hauteur de 489 Mds€ en décembre et bientôt 500 Mds€ fin février. Le tout au taux de 1% pour des maturités de 3 ans. Dans ces conditions de refinancement exceptionnelles les taux immobiliers ne devraient pas monter mais baisser.
    Sauf si les banques veulent améliorer leurs marges..............