Emprunter
LaVieImmo.com
EmprunterEmpruntervendredi 11 juin 2010 à 14h15

Immobilier : Baisse des taux contre contexte économique


Les taux sont proches de leurs plus bas historiques
Les taux sont proches de leurs plus bas historiques
Les taux sont proches de leurs plus bas historiques (©dr)

Malgré la baisse des taux d’emprunt qui se poursuit, le courtier Meilleurtaux.com exclut une franche reprise du marché immobilier français avant la fin de l’année en cours.

(LaVieImmo.com) - « Nous sommes actuellement dans une situation de taux exceptionnellement bas, constate Sandrine Allonier, responsable des études économiques chez Meilleurtaux.com. Contre toute attente, ils continuent à baisser mois après mois… ». En juin, 76 % des partenaires du courtier en crédit immobilier ont abaissé leurs taux de crédit, de 0,1 % en moyenne et jusqu’à 0,2 % pour quelques unes. Alors qu’un grand nombre d’observateurs prédisent depuis plusieurs mois une remontée du niveau des taux, 3 % seulement des banques avec lesquelles travaille Meilleurtaux ont resserré leurs conditions d’octroi depuis le mois dernier, tandis que 21 % les ont laissées inchangées. Ces nouvelles baisses de taux s’expliquent par le niveau très bas de l’OAT 10 ans – taux de long terme des emprunts d’Etat, utilisé par les banques comme référence pour déterminer les taux fixes – qui a franchi pour la première fois le 25 mai 2010 le seuil des 3 %, et atteint son plus bas historique, à 2,86 %.

Crédit Immobilier
Simulateurs immobiliers

Evaluez gratuitement les offres de plus de 100 banques !

Mais, alors que les taux frôlent désormais leurs planchers de l’automne 2005, Meilleurtaux ne s’aventure pas à faire des prévisions. « Difficile de dire si la baisse va se poursuivre… La stabilité reste donc l’hypothèse la plus probable », se risque Sandrine Allonier.

Hausse du coût des opérations

Le courtier tient également à ne pas verser dans l’optimisme béat. « En dépit du très bas niveau des taux de crédit, il est aujourd’hui difficile d’envisager une réelle reprise du marché immobilier en 2010 », reprend la responsable. En cause, sans surprise, le « contexte économique, qui pèse sur la confiance des emprunteurs ».

Début mai, l’Observatoire du financement des marchés résidentiels montrait qu’en dépit des effets de la baisse des taux d’emprunt, les opérations immobilières pèsent de plus en plus lourd sur le budget des emprunteurs. Le coût relatif de ces opérations était en moyenne de 3,84 années de revenus en avril, contre 3,78 années en mars et un plus bas de 3,55 années en septembre 2008 – quand les taux d’emprunt étaient pourtant proches de leur niveau record. « Cette hausse résulte d’un double mouvement », expliquait l’Observatoire : d’une part la remontée « nette » du coût des opérations réalisées (+3,3 % sur un an depuis le début de l’année 2010), et une progression désormais quasi-nulle du revenu des ménages (+0,3 % à la même période).

Emmanuel Salbayre - ©2016 LaVieImmo
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)

  • 0 Reco 01/07/2010 à 19:04 par JPhi

    Sur le long terme, je vois l'immobilier toujours plus cher...
    C'est une vision tronquée, c'est en fait notre argent papier (virtuelle) qui pert sa valeur. Tout comme l'Or, le physique va prendre le pas sur le virtuel. Nous rentrons dan un autre cycle qui n'a pas de réfrence. Dans l'avenir il vaudra mieux acheter (cher) un logement, que de voir son capital partir en fumée !

  • 0 Reco 13/06/2010 à 15:10 par MisterHadley

    Surévalués pour certains, pas pour tous...

    L'ennui, c'est que la tendance de long terme ne plaidera pas à une adéquation des "revenus" des ménages avec les prix de l'immobilier...

    Les logements vont encore plus intensifier leur déséquilibre de disponibilité...

    Exemple: lorsqu'il y a une famine dans tel ou tel pays, avant qu'elle n'ait lieu, tout le monde sait déjà que la population a faim...

  • 0 Reco 12/06/2010 à 06:57 par UFFA 92

    Pourquoi ne pas dire franchement que les prix de l'immobilier sont surévalués ? Les acheteurs ne peuvent plus suivre dans un contexte de crise, car il y a une différence entre vouloir acheter et pouvoir acheter. Quoiqu'en disent les professionnels, il faudra bien un jour que les prix s'adaptent aux revenus des français et non l'inverse ! C'est le oiment de vendre mais pas d'acheter...

  • 0 Reco 11/06/2010 à 15:59 par enrick

    Oui, "France Libr", c'est évident, il ne faut surtout pas acheter en ce moment. Il faut louer, en attendant que la baisse approche de son plancher, d'ici quelques années.

  • 0 Reco 11/06/2010 à 15:01 par france libre

    les prix sont historiquement haut et l'immobilier comme l'or, l'aluminium ou l'huile de coude suit des cycles, cycles étudues, analyses de longue date par des pointures, kondratieff, kuznetts, juglar ou kitchin par exemple..les études de friggit nous montrent (de façon non contesté) que le haut du cycle est atteint. la baisse est donc DEVANT NOUS.
    l'urgence est de NE PAS ACHETER.


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...