Emprunter
LaVieImmo.com
Empruntervendredi 20 juillet 2012 à 14h32

Immobilier : Pas de hausse de taux à court terme


Nouveaux records de baisse sur le front des tauxNouveaux records de baisse sur le front des taux (©© Olivier Le Moal - Fotolia.com)

Selon AB Courtage, les taux des crédits immobiliers, à nouveau en baisse en juillet, ne devraient pas remonter avant l’automne. Attention, le mouvement pourrait alors s’avérer brutal.

(LaVieImmo.com) - Non, la remontée annoncée de longue date n’a pas encore eu lieu. Quelques jours après ses confrères Empruntis et Meilleurtaux, le courtier en crédit AB Courtage constate dans son dernier baromètre que le mouvement de baisse des taux immobiliers, à l’œuvre depuis le début de l’année, s’est poursuivi en juillet. Et de manière très nette, puisque 80 % des banques partenaires de la société ont revu leurs barèmes à la baisse par rapport au mois de juin.

Crédit Immobilier
Simulateurs immobiliers

Evaluez gratuitement les offres de plus de 100 banques !

« Aujourd’hui, un emprunteur avec un bon dossier peut prétendre à un taux de 3,10 % sur 15 ans, de 3,45 % sur 20 ans et de 3,60 % sur 25 ans », détaille Ari Bitton, le président fondateur d’AB Courtage. Les taux moyens pour ces durées se situent aujourd’hui à 3,50 %, 3,90 et 4,30 % respectivement, en baisse de 15 à 20 points de base par rapport au mois dernier. « L’explication est simple, poursuit le dirigeant, qui note qu’il aurait été « difficile pour les banques de ne pas répercuter » la « chute record […] des indices qui conditionnent les taux de crédit immobilier » - le taux directeur de la Banque centrale européenne, ramené à 0,75 %, son plus bas historique, le 5 juillet, et l’Obligation assimilable du Trésor (OAT), référence des taux fixes, tombée à 2,10 % le 18 juillet.

Eté indien

AB Courtage n’anticipe pas de remontée des taux à court terme. Non seulement à cause du fait que « les établissements prêteurs laissent traditionnellement leurs taux inchangés entre le mois de juillet et le mois de septembre », mais aussi parce qu’un nouveau mouvement de baisse pourrait bien avoir lieu à la rentrée, « avec la tenue des salons de l’immobilier, période propice pour les banques qui espèrent capter de nouveaux clients grâce à d’importantes décotes ».

Attention, cet été indien de l’immobilier pourrait bien se transformer rapidement en hiver prématuré : « Les emprunteurs doivent prendre conscience que, même avec une OAT en dessous de la barre des 3 %, les banques peuvent décider de ne pas suivre la baisse et reconstituer leurs marge en fin d’année », prévient Ari Bitton, qui n’exclut pas une remontée « brutale » des barèmes bancaires dès la fin de la période des salons.

Emmanuel Salbayre - ©2014 LaVieImmo
Donnez votre avis
(il vous reste 2000 caractères)

  • 0 Reco 24/07/2012 à 15:21 par sinclar75

    La suite

    L'avenir ne s'annonce pas plus rose avec un effondrement des ventes de logements neufs par les promoteurs immobiliers. Ainsi Kaufman and Broad, pourtant l'un des moins touchés parmi les promoteurs, a annoncé jeudi dernier une baisse des ventes de 24,2% sur les 5 premiers mois de l'année.

    Aussi les entrepreneurs du bâtiment interrogés en juillet sont plus nombreux qu'en juin à estimer que leur activité continue de se dégrader, selon l'enquête mensuelle de l'Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) publiée mardi.

    Taux historiquement bas

    Le paradoxe de cette situation réside dans le fait que le taux des crédits immobiliers se maintient à un niveau très bas.

    En effet, les taux d'intérêt reculent depuis mars et ne sont plus très loin de leur plus bas niveau historique depuis 1945 (3,25% en moyenne) atteint en novembre 2010.

    Ils se sont établis en moyenne à 3,59% en juin, contre 3,97% par exemple en janvier, perdant 36 points de base en quatre mois, selon Crédit Logement.

    Pour l'ensemble de l'année 2012, les crédits immobiliers accordés par les banques devraient être compris entre 110 à 120 milliards d'euros, soit une baisse de près de 25% à 30% par rapport à 2011 (160 milliards), loin du record absolu de 2007 (170,2 milliards), estime l'auteur de l'étude.

    Ce renversement de tendance survient après une explosion de ces crédits depuis le début du siècle, qui avait contribué à la bonne tenue du marché immobilier en France: 70,8 milliards en 2001, 87,3 en 2003, 143,7 en 2005 et 170,2 en 2007.

    Ce qui amène la Fédération française du bâtiment (FFB) à prévoir la perte de 35.000 emplois en 2012. Le bâtiment, qui représente 7% du PIB et a réalisé un chiffre d'affaires de 123 milliards d'euros en 2011, emploie 1,1 million d'actifs au sein de 350.000 entreprises.

  • 0 Reco 24/07/2012 à 15:20 par sinclar75

    Petite depeche AFP

    La chute d'un tiers des crédits immobiliers accordés par les banques au premier semestre 2012 illustre le marasme dans lequel se trouve le marché immobilier français, aussi bien dans le neuf que dans l'ancien.

    Une étude de l'Observatoire Crédit Logement/CSA publiée mardi a révélé que le montant des crédits immobiliers accordés par les banques a enregistré un très fort recul au premier semestre avec une baisse de 33,1% par rapport au semestre correspondant de 2011.

    "L'année 2012 n'a pas bien commencé. Et dans un contexte économique morose, le contrecoup du mouvement d'anticipation de la fin 2011 a pesé dès janvier 2012", relève l'étude.

    Pour Michel Mouillart, professeur d'économie à l'Université Paris-Ouest et auteur de l'étude, il y a trois raisons à cet effondrement: la demande a chuté, des aides publiques ont disparu (comme le prêt à taux zéro dans l'ancien) et l'offre de crédit s'est réduite en raison des problèmes de refinancement des banques, en vue de l'entrée en vigueur du nouveau cadre réglementaire dit de "Bâle III".

    Pour le seul deuxième trimestre, le plongeon est encore plus brutal avec une baisse de 39,2% par rapport au trimestre correspondant de 2011. Le mois de juin marque une très légère amélioration avec un total des prêts accordés en baisse de 21,4% par rapport à juin 2011. Mais la différence est immense avec juin de l'an dernier, qui enregistrait un bond des prêts de 24,7% comparé à juin 2010.

    Le neuf (-21% au premier semestre), surtout en Ile-de-France, et encore plus l'ancien (-41,3%) souffrent. Aussi Michel Mouillart prédit une chute des transactions de logements anciens de 25% sur l'ensemble de l'année 2012, retombant à 550.000 (hors lots de parkings et caves), soit le niveau de 2009, année du point bas de la précédente crise.

  • 0 Reco 23/07/2012 à 16:16 par antoine

    mini crack a la bourse de Paris aujourdhui!! du moins 7 moins 8% pour les banques!!!!

    ca va peter!

  • 0 Reco 23/07/2012 à 16:15 par Manu

    Les taux ont baissé depuis le début de l'année. Les prix ont-ils augmenté ? Non. Ils ont baissé.
    Les volumes de vente sont-ils repartis à la hausse ? Non, au contraire ils se sont effondrés.
    Les banques ont-elles des objectifs de vente de crédit immo ? Certainement, avec des conditions d'octroi qui se sont nettement durcies.
    Rassurez vous, les banques elles aussi tiennent des tableaux de bord d'avancement sur la performance commerciales. Et elles sont globalement dans les clous par rapport à l'avancement. Mais sauf que le crédit immobilier sert à attraper le client ou ne pas le perdre, pour vendre les produits à forte rentabilité. Pour rappel les banques sont en train de fermer le robinet du crédit pour coller aux objectifs de Bâle III, elles ont bien trop prêté ces dernières années, leur bilan est trop lourd et beaucoup de séparent massivement de leurs créances. Vous croyez qu'elles vont bêtement lacher du lest pour en remettre derrière ??

  • 0 Reco 23/07/2012 à 13:21 par hé-hé

    taux bas = hausse des prix !

  • 0 Reco 20/07/2012 à 16:43 par orzel

    a priori les banques ont tres peu prete cette annee, et elles ont des objectifs en terme de volume de pret immobilier. Donc je doute qu'elles cherchent a faire de la marge sur la fin de l'annee, alors qu'elles seront en retard sur ces objectifs.

  • 0 Reco 20/07/2012 à 14:37 par antoine

    donc inutile de se depecher a acheter! :)