Emprunter
LaVieImmo.com
EmprunterEmprunterlundi 22 juin 2015 à 10h52

Les bons conseils avant de contracter votre prêt


Nos conseils pour emprunter
Nos conseils pour emprunter
Nos conseils pour emprunter (©Fotolia)

Les taux de crédit restent encore largement avantageux. Il est donc temps d’en profiter. Mais avant de prendre votre décision définitive, quelques précautions s’imposent.

Le critère psychologique ne doit pas être négligé avant de signer pour un crédit immobilier avantageux : si votre dossier est rassurant, le banquier aura tendance, naturellement, à vous faire des offres commerciales. Le respect de plusieurs critères de base vous permettra d’optimiser l’examen de votre cas personnel.

Un apport personnel appréciable

Le niveau de votre apport personnel vous permettra de bénéficier de réels avantages dans la fixation finale du taux de crédit. Cet apport donne au banquier la certitude que vous êtes en mesure de bien épargner. Si vous savez mettre de l’argent de côté, le banquier ne doutera pas de votre capacité à pouvoir rembourser un prêt. De plus, si la banque se garantit sur votre bien, elle sera bien couverte, la valeur de votre maison étant supérieure au montant du prêt. Le taux d'endettement maximal accepté par les banques est de 33 %. L’ensemble des mensualités de vos crédits ne doit pas excéder un tiers de votre revenu mensuel (vous pouvez les calculer sur ce simulateur par exemple). En général, seuls les ménages à fort revenu peuvent échapper à cette règle des 33 %.

Des revenus inscrits dans la durée

La banque s’interrogera sur la pérennité de vos revenus. Elle sera plus conciliante avec un salarié en contrat à durée indéterminée (CDI) qu’avec qu’un salarié aux revenus plus fluctuants. Il est préférable de se lancer dans un projet immobilier après un à deux ans d’ancienneté dans une entreprise. Les banques seront apprécier le fait que votre situation personnelle est stable.

Des gages de bonne gestion

Si vous avez des difficultés à gérer votre budget sans le poids d’un crédit immobilier, il est préférable de fomenter d’autres projets qu’immobiliers. Par exemple, le fait de posséder un PEL (Plan d’épargne logement) depuis cinq ans et d’y avoir versé 150 euros de mensualité rendra votre démarche plus pertinente auprès d’un banquier. Le PEL, outre le fait de vous rapporter plus qu’un simple livret A, vous permettra de disposer de taux de crédit préférentiels. Mais votre situation financière personnelle n’est qu’un élément de la démarche de contraction d’un crédit. D’autres éléments entrent en ligne de compte.

La quête du bon taux

Crédit Immobilier
Simulateurs immobiliers

Evaluez gratuitement les offres de plus de 100 banques !

Tel un orpailleur, vous allez partir à la recherche du taux le plus intéressant. Bien sûr, nous vous invitons à comparer les taux en vigueur et de bien connaître l’état du marché dans votre région. Pour établir des comparaisons fiables, seul le taux effectif global (TEG) doit être retenu, puisqu’il intègre tous les frais du prêt (frais de dossier, assurance, etc.). Il vous faudra aussi opter entre un taux fixe ou révisable. Ce dernier est attrayant parce que son taux est bas, notamment dans les premières années. Mais il peut subir des hausses. Votre banquier doit obligatoirement vous fournir tous les scénarios possibles. L’autre possibilité reste de recourir à un taux capé. Ce taux est révisable mais dans un cadre précis. Il ne dépassera jamais un plafond fixé à l'avance. Vous serez peut-être tenté par un prêt plus long mais son prix épousera sa durée et sera donc plus élevé.

Prendre en compte les frais d’assurance et de dossier

Dans la majorité des cas, vous aurez à souscrire une assurance emprunteur. Elle couvre la banque ou la société de crédit en cas de décès, d'invalidité ou d'incapacité temporaire ou définitive de travailler de l'emprunteur. Vous n’êtes pas obligé de la souscrire dans le même établissement de crédit. La différence comparative se fait sur le taux d'assurance proposé dans les différentes offres, différent du taux d'intérêt du crédit. Les frais de dossier sont directement compris dans le TEG. Ils dépassent rarement les 1,5 % mais rien ne vous interdit de réclamer une petite fleur commerciale pour alléger la facture.

Le bon choix des garanties

Une garantie vous sera réclamée, quel que soit le montant financier de votre prêt. La plus courante est l'hypothèque : votre maison fait directement office de garantie. Si vous ne pouvez plus, dans la durée, assurer le versement de vos mensualités, la maison sera saisie puis revendue. Selon le courtier Empruntis, les frais d'hypothèque s'élèvent environ à 2 %. L’autre solution est une inscription en privilège de porteur de deniers. Elle fonctionne exactement comme l'hypothèque mais ne concerne que les biens immobiliers anciens.

Le crédit à taux zéro

Aucune acquisition ne sera financée intégralement par un prêt à 0 % ; ce dernier accompagne forcément le crédit classique. La somme débloquée, octroyée sous conditions de ressources, permet à l’emprunteur de bénéficier d’un apport personnel qui aura pour effet de lisser le montant de son taux.

Annuler sa demande de prêt

Il est également possible d'annuler votre demande de prêt. Un simple courrier suffit pour annuler la procédure tant que le prêt n'a pas été contracté (c'est la seule condition, mais elle est obligatoire). Cela simplifie grandement les démarches et vous permet de ne pas prendre d'engagement tant que rien n'a été signé.

Comparez gratuitement les offres de crédit de plus de 100 banques

Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...