Emprunter
LaVieImmo.com
EmprunterEmprunterlundi 17 mai 2010 à 14h10

Les Français empruntent des sommes plus importantes


Le montant moyen emprunté s'élevait à 153 036 euros en 2009
Le montant moyen emprunté s'élevait à 153 036 euros en 2009
Le montant moyen emprunté s'élevait à 153 036 euros en 2009 (©dr)

Le montant emprunté en moyenne par les Français est reparti à la hausse en 2009, après avoir marqué le pas en 2008, indique le bilan régional 2009 du courtier Empruntis.com.

(LaVieImmo.com) - En cinq ans, le montant moyen emprunté a augmenté de 11 %, passant de 137 000 euros en 2005 à 153 036 euros en 2009. On note toutefois d’importantes disparités entre les régions. L’Ile-de-France, le Rhône-Alpes, la Méditerranée le Sud-ouest et l’Ouest enregistrent ainsi des hausses comprises entre 1 % et 4,5 % lors de la seule année 2009, tandis que le Nord et l’Est voient leur montant moyen emprunté se stabiliser autour des 142 000 euros. C’est sans surprise en Ile-de-France et en Méditerranée que le montant emprunté est le plus élevé, avec respectivement 194 895 euros et 164 618 euros.

L’apport moyen est en très légère hausse avec 34 882 euros en 2009, contre 33 800 euros en 2008 et 25 000 euros en 2005. Le Nord et l’Est ont les apports moyens les plus faibles tandis que la région Ile-de-France dépasse à nouveau et pour la deuxième année consécutive les 50 000€ d’apport moyen. En ajoutant au montant moyen emprunté la part de l’apport, on note une augmentation du montant total du bien financé, avec 187 918 euros sur l’année 2009 contre 184 000 euros en 2007 et 2008 et 162 000 euros en 2005 ; soit une hausse de 16% en en cinq ans.

Hausse de la durée moyenne des crédits

Crédit Immobilier
Simulateurs immobiliers

Evaluez gratuitement les offres de plus de 100 banques !

La durée moyenne des crédits a enregistré un net recul en 2009, passant de 20 ans et 1 mois à 19 ans et 2 mois. « Ce recul de la durée moyenne s’était déjà amorcé dans le courant de l’année 2008, sous l’effet notamment du retrait par les banques des produits de longue durée. Ces produits sont en effet revenus véritablement dans l’offre bancaire seulement depuis le début du second semestre 2009 » explique Maël Bernier, porte-parole chez Empruntis « La durée moyenne pourrait donc repartir à la hausse dans le courant de l’année 2010 avec la part croissante des primo-accédants dans la demande des crédits, qui sont les premiers à opter pour ces durées longues, en raison notamment d’un apport souvent plus faible » ajoute-t-elle.

L’étude précise que l’emprunteur type vieillit et s’enrichit. Il est âgé en moyenne de 37 ans, contre 34 ans en 2005 et 2006, 35 ans en 2007 et 36 ans en 2008. Cet emprunteur dispose d’un revenu moyen par foyer de 4 562 euros nets par mois contre 3 768 euros cinq ans plus tôt (soit une augmentation de 21%). « Lorsqu’on rapproche le revenu net moyen par foyer constaté en France (2 478€) et le revenu net moyen par foyer de nos clients, on constate un décalage important. Cet écart explique certainement pourquoi le marché de l’immobilier, malgré des taux d’intérêt toujours plus bas et des efforts notables de la part des banques, reste encore amorphe. En effet, les prix de l’immobilier demeurent très et trop élevés, l’achat immobilier reste ainsi mathématiquement réservé à une catégorie de la population aisée et disposant de revenus très nettement supérieurs à la moyenne, notamment dans les zones où l’offre de logements est très considérablement inférieure à la demande » précise Maël Bernier.

Le taux fixe du marché des crédits aux particuliers s’est établit en moyenne annuelle 2009 à 4,24% sur 15 ans et 4,38% sur 20 ans, soit en très nette baisse par rapport à l’année 2008, où ces mêmes taux s’affichaient à 4,96% et 5,06% sur 15 et 20 ans.

Marc Fleury - ©2016 LaVieImmo
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)

  • 0 Reco 17/05/2010 à 16:27 par UFFA 92

    Maël BERNIER a résumé fort bien la situation: les prix de l'immobilier demeurent très et trop élevés. Lorsque les taux vont remonter, il est facile de comprendre ce qui va se passer et je ne comprends pas l'attitude des propriétaires qui attendent pour vendre. Lorsqu'ils vont se réveiller, il n'y aura plus grand monde qui pourra acheter leurs biens sauf baisse de prix conséquente.


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...