Emprunter
LaVieImmo.com
EmprunterEmprunterlundi 10 décembre 2007 à 11h37

Les taux variables continuent à faire parler d'eux


Crédit Immobilier
Simulateurs immobiliers

Evaluez gratuitement les offres de plus de 100 banques !

(LaVieImmo.com) - Il y a un mois et demi environ, l’Association française des usagers des banques (Afub) alertait l’opinion publique et le gouvernement sur les risques des emprunts immobiliers à taux variables. Pas moins de 35 000 à 50 000 ménages risquaient de se retrouver dans une situation délicate du fait de la révision des mensualités de remboursement de leur crédit.   Inquiétée, peut-être, par la perspective d’un dérapage vers une crise du « subprime » à la française, l’Assemblée nationale s’est penchée sur la question; sa commission des finances a organisé la semaine dernière une mission d’information sur « les emprunts immobiliers à taux variables ».   A la veille du week-end, la Fédération bancaire française (FBF) a pris connaissance de cette mission, qu’elle s’est déclarée prête à rencontrer, « pour apporter toutes les précisions nécessaires à un examen pertinent de la situation ».   La Fédération a tenu à préciser que « ces dernières années, la très grande majorité des crédits immobiliers contractés par les Français sont à taux fixes », et que « les banques suivent des règles très strictes dans l’examen de la solvabilité des candidats à l’emprunt ». Hors de question, donc de faire un rapprochement entre la situation française et la crise du « subprime » américain. « Tout rapprochement est erroné », assure l’FBF. Aux clients qui ont préféré choisir un crédit à taux variable, « parce qu'il était moins cher que le taux fixe et plus souple », la Fédération rappelle qu’il « peut choisir de moduler ses échéances, de les reporter voire de les suspendre, de passer à taux fixe... ». Et d’ajouter que « la grande majorité des prêts à taux variables sont « capés » c’est-à-dire avec un plafond de taux à la hausse qui offre une garantie aux clients ». L’ensemble de ces caractéristiques « relèvent du contrat passé entre le client et son établissement financier » et sont « évidemment prévues au contrat et doivent être portées à la connaissance du client », conclut la FBF. Une précision non négligeable quand on sait que l’Afub a dénoncé le manque de clarté du discours des établissements prêteurs aux emprunteurs.

LaVieImmo.com - ©2016 LaVieImmo
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...