Emprunter
LaVieImmo.com
EmprunterEmpruntervendredi 8 juin 2012 à 15h52

Quel avenir pour les taux d'intérêt ?


Quel avenir pour les taux d'intérêt ?
Quel avenir pour les taux d'intérêt ?
Quel avenir pour les taux d'intérêt ? (©DR)

Le taux directeur de la Banque Centrale Européenne a beau être le plus bas de son histoire, certains commencent à penser que ce dernier pourrait à nouveau diminuer. Et, par la même occasion, impacter durablement le taux du crédit immobilier ?

(LaVieImmo.com) - La réunion de la Banque Centrale Européenne (BCE) de mercredi a débouché sur un statu quo : son taux directeur, ou taux de refinancement, restera pour le moment à 1 %, comme c’est le cas depuis décembre dernier. Le président de l’institution européenne, Mario Draghi, a noté dans sa conférence de presse que plusieurs voix s’étant élevées lors du conseil des gouverneurs pour une baisse du taux, ce qui pourrait arriver lors de la prochaine réunion mensuelle de la Banque, le 5 juillet. A la suite du discours de M. Draghi, Howard Archer, analyste de Global Insight cité par Le Figaro, a déclaré s’attendre « à une baisse du taux directeur à 0,75% en juillet ».

Aller plus loin ?

Crédit Immobilier
Simulateurs immobiliers

Evaluez gratuitement les offres de plus de 100 banques !

Cependant, certains, comme Marc Touati, président du cabinet ACDEFI et auteur de l’ouvrage Quand la zone européenne explosera, souhaitent que les choses aillent plus loin. Pour ce dernier, il est essentiel que cette diminution ait lieu : « La maison euro est en feu, il faut éteindre l’incendie d’une manière ou d’une autre. Nous ne disposons que peu de marges de manœuvre, l’une d’entre elles est l’arme monétaire : il faudrait passer à 0.5 %. Cela aiderait à réduire le différentiel avec les Etats-Unis, mais surtout à faire baisser l’Euro pour restaurer la croissance ».

L’impact d’une éventuelle baisse sur le taux du crédit

Difficile d’établir une corrélation claire et directe entre le taux directeur et celui du crédit immobilier, car même si la BCE réduit son taux, les banques et établissements de crédit ne sont pas obligés de répercuter cette diminution sur leurs propres taux. De plus, les crédits immobiliers se font presque toujours sur une longue période, alors que le taux de refinancement est à court terme. En revanche, le taux de crédit immobilier est impacté par un autre élément : le mouvement des OAT (Obligations Assimilables au Trésor). Ces obligations sur dix ans, s’établissent en référence pour les taux à long terme, qui ont diminué depuis quelques temps et demeurent assez bas. M. Touati le confirme : la réduction des taux à long terme joue sur le crédit immobilier. Peut-on s’attendre à de nouvelles baisses du taux des crédits immobiliers ? Maël Bernier, porte parole du courtier Empruntis, n’en est pas certain, mais estime qu’il est « difficile… d’imaginer des taux de crédit à la hausse, en tout cas à court terme ». Seule certitude : « tout pronostic est hasardeux ».

Laura Makary - ©2016 LaVieImmo
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)

  • 0 Reco 09/06/2012 à 21:00 par Manu

    Nan mais je crois que ce qui fait défaut aux propriétaires actuellement, c'est de continuer à croire que parce que les taux sont bas, les acheteurs seront prêts à mettre n'importe quel prix. Si c'était le cas, les transactions repartiraient avec les taux qui baissent, mais ce n'est pas le cas, alors les prix sont en légère baisse (pour l'instant).
    Pourquoi ?
    Tout simplement parce que les gens ont ENFIN réalisé, après la période d'euphorie qui a dissipé toute analyse rationnelle (en se laissant déborder bêtement par les émotions), que la seule variable qui ne bouge pas c'est le prix.
    Si on lâche 500 000 euros pour un appart, on ne revoie jamais ces 500 000 euros. Alors qu'un taux d'intéret élevé, ca se renégocie lorsque les taux se détendent. Et puis de toute façon on reste en moyenne 7 ans dans un appart, alors le coût du crédit sur 20 ou 25 ans... finalement c'est bien moindre que ce qui est annoncé au départ.

    Bref les taux faibles on s'en tape.
    Par contre l'inverse n'est pas vrai, puisque si on exclut un certain nombre d'acquéreurs du marché de la demandé (rappel on est dans un marché de CAPACITE d'achat vs offre, un non un marché de demande vs offre), alors le rapport de force s'inverse => comme en 2008.

  • 0 Reco 08/06/2012 à 22:42 par JoBlack

    c'est vrai que j'avais pas prevu qu'apres une remontée des taux, ca allait redescendre aussi sec une fois les achats faits... Maintenant si quelqu'un a les prochaines dates precises ca m'intéresse vraiment...

  • 0 Reco 08/06/2012 à 21:32 par antoine

    "Si ca monte et que l'immo baisse --> On paie les banques
    Si on achete maintenant avec un taux bas --> On paie les propriétaires
    A choisir..."

    allons cehr jobalakc, toi le vrai economiste, tu ne sais pas?

    facile: un taux elevé et des prix bas, car un taux se renegocie, mais pas un prix.

  • 0 Reco 08/06/2012 à 18:59 par JoBlack

    Si ca monte et que l'immo baisse --> On paie les banques
    Si on achete maintenant avec un taux bas --> On paie les propriétaires
    A choisir... Ca me gene de continuer à renflouer les banques qui pour le coup engraissent les rentiers actionnaires confortablement installé sur leurs transats de Miami..

  • 0 Reco 08/06/2012 à 16:39 par antoine

    on peut faire ausis un taux negatif pendant qu'on y est..

    :))

    ca va monter, je vous le parie! Lespagne vient d'etre degradée: prochaine victime: la France!

  • 0 Reco 08/06/2012 à 16:30 par JoBlack

    Ca fait réfléchir sur le fait de garder ses liquidités... Enfin tant qu'il y a pas trop d'inflation ca peut encore aller...


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...