Emprunter
LaVieImmo.com
EmprunterEmpruntervendredi 20 janvier 2012 à 18h42

Sale temps pour le crédit immobilier


Les Français ne comptent plus emprunter
Les Français ne comptent plus emprunter
Les Français ne comptent plus emprunter (©dr)

Les Français boudent le crédit, à la consommation mais aussi immobilier : 4 % d'entre eux seulement envisagent d'emprunter dans les six prochains mois, soit la proportion la plus faible en plusieurs années.

(LaVieImmo.com) - Le crédit n’aurait-il plus la cote ? Certes, la vingt-quatrième édition de l’Observatoire des crédits aux ménages, dévoilée cette semaine, montre que près de la moitié des Français en détenait un (immobilier et/ou à la consommation) fin 2011, comme en 2010.

Mais l’enquête révèle aussi que seule une part minime d’entre eux prévoient de recourir à l'emprunt dans un futur proche.

Un contexte historiquement défavorable

Crédit Immobilier
Simulateurs immobiliers

Evaluez gratuitement les offres de plus de 100 banques !

Dans les six prochains mois, 3,6 % 4 % de l’ensemble des ménages envisagent de souscrire un crédit à la consommation, indique l’observatoire. Ils étaient 4,1 % il y a un an et 4,4 % en 2009. Mais les Français boudent tout autant, si ce n’est plus, le crédit immobilier, avec seulement 4 % d’intentions de souscription au cours du premier semestre, contre 4,8 % l’année dernière et 5,6 % il y a deux ans. Selon le document, le recul de la demande, « rapide, répond à la montée des difficultés et des incertitudes qui ont accompagné le déclenchement de la crise de la dette ». En cause également, le recentrage du prêt à taux zéro (PTZ+) sur le seul immobilier neuf et le nouveau rabotage du dispositif Scellier, principal soutien de l’investissement locatif. « Jamais depuis la mise en place de l’Observatoire des crédits aux ménages, on aura connu un contexte aussi peu favorable au crédit immobilier », constate encore le rapport.

Ces chiffres confirment la perspective d’un net repli de la production de crédit immobilier dès cette année. Dans un entretien récent à LaVieImmo.com, l’économiste Michel Mouillart, auteur de l’Observatoire des crédits aux ménages, estimait que « la production effective [passerait] de 140 à 150 milliards environ en 2011 à 100 à 105 milliards, au maximum, en 2012-2013 ». Soit un niveau largement insuffisant pour « répondre à la crise du logement… ».

Emmanuel Salbayre - ©2016 LaVieImmo
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)

  • 0 Reco 30/01/2012 à 00:28 par www.courtea.com

    Dans ce contexte, le recours à un courtier en prêt immobilier prend tout son sens.

  • 0 Reco 26/01/2012 à 11:21 par seb3009

    Ou Marc19

  • 0 Reco 26/01/2012 à 11:21 par seb3009

    Votez Cantona

  • 0 Reco 25/01/2012 à 15:52 par acheteur

    Petit rappel dans le traitement moutonnier du sujet : aujourd'hui un taux de prêt immobilier fixe à 4% en moyenne sur 15a et une inflation à 2,5%, rarement le coût du crédit immo aura été aussi faible, alors réfléchissez ça changera les comportements de moutons!!!!!!

  • 0 Reco 22/01/2012 à 16:51 par MisterHadley

    En attendant, ça ne va loger personne...

    ;)

  • 0 Reco 22/01/2012 à 14:34 par marc19

    MH , le magnifique, l'utopie ne nourrit pas son homme, certes , mais peut lui permettre d'avancer, tendre vers le meilleur.

  • 0 Reco 22/01/2012 à 13:03 par pongolo

    Bien vu Marco, la concentration en IDF est un des problemes majeurs de notre pays mais comment le faire comprendre a des élites qui n'ont pour horizon que Neuilly, Colombes ou Chatenay Malabry ??
    la désertification des campagnes, les jachères, les postes, ecoles et transports qui disparaissent, etc

  • 0 Reco 22/01/2012 à 09:44 par MisterHadley

    Oui, c'est merveilleux, Marcuccio le dix-neuvième du nom, mais l'utopie ne nourrie pas son homme, donc...

    Avoir des rêves, c'est bien, les réaliser, c'est encore bien mieux, tu ne crois pas..?

    De plus, si l'on devait bassement chiffrer ce que tu préconises à juste titre, et je ne parle même pas des autres impossibilités, à combien de centaines de milliard d'euros cela correspondrait-il..?

    En combien de temps cela serait-il réalisable..?

    Ne faudrait-il pas également s'asseoir très complaisamment sur quelques droits fondamentaux dans la foulée..?

  • 1 Reco 22/01/2012 à 09:17 par marc19

    Le vraie solution viendra par une vraie décentralisation des zones économiques et au lieu de s"entasser sur l'Ile de France comme des morts de faim , il serait temps d'inciter, voir obliger nos grandes entreprises à s'installer sur tout le térritoire, de nombreuses régions le permettent, bien désservies avec es autoroutes , aéroports , TGV .
    On y gagnera en tout , moins de stress et meilleure qualité de vie ,notamment , accés au logement facilité ...............

  • 0 Reco 21/01/2012 à 20:38 par MisterHadley

    C'est justement bien pour ça qu'avoir ZE solution à disposition sera un immense avantage, puisque point de nécessité d'emprunter...

    Et qui dit zéro emprunt, dit zéro "apport" également, évidemment.

    Et dit aussi, forcément, zéro "PTZ" dans la foulée...

    Passons le définitivement à la trappe, ça détendra tout l'monde, comme ça, non..?

    Il ne sera plus nécessaire, de toute façon, donc...

    ;)

  • 0 Reco 21/01/2012 à 20:29 par tonton

    3 million de chomeurs et toute est dit' ne pas chercher midi 14 heures comment faire crédit dans ses condition ou l'imo na jamais été aussi cher par rapport a la réalité de la vie et bien terminer la fête le gouvernement arrête le gavage car plus d'argent a donner indirectement au gros patrons (crédit sur 30 ans )doublement de la facture .......

  • 1 Reco 21/01/2012 à 13:24 par Igloo

    Les prix ont commencé à baisser à Paris avant que les taux ne montent (baisse de 6% dans le dernier trimestre 2011). Ce qui indique que nous étions de tt façons arrivés au bout d'un système (prix vraiment déconnectés de la réalité).

    S'endetter est un choix. Cela revient, sur 25 ans, à doubler le prix d’achat (qui est déjà absurde). Se condamner à payer trop cher sur 25 ans, avec les frais de notaires, taxes, réparations à la charge du propriétaire,... est un choix. D'autres préfèrent économiser des centaines de millier d'euros en emprunt et autres dépenses. Louer coute bcp mins cher que d'acheter. C'est un fait. L'économie permet en général de vivre bien mieux au jour le jour, et d'habiter un bien plus grand, mieux placé, plus adapté que celui que l'on peu acheter lorsque les prix sont hauts.

    C'est le modèle qu'ont choisis les allemands, suisses, habitants des pays du nord. Pays dans lesquels l'habitat n'est pas vraiment inhumain, et qui se portent bcp mieux sur le plan économique. Essayer de deviner pourquoi.

  • 1 Reco 21/01/2012 à 12:39 par vitefait

    @Igloo

    sur le point 1/ je suis arithmétiquement d'accord avec vous, dans l'absolu c'est même une évidence. Dans la réalité vous vous trompez car la hausse des taux ne baissera pas symétriquement les prix et du coup les mensualités seront plus élevées. Par ailleurs, et on le voit sur Paris, dès que ça baisse de 10% les gens se précipitent, soutenant donc les prix élevés. Aussi, la solvabilité des ménages n'est pas le seul levier a l'achat, le leg intergénérationelle pipe les dés.
    Personne se souvient des 100m² a Paris pour a peine 500 000 euros, j'en trouvais il y a à peine 4 ans...Les valeurs des gens changent et leur budget avec !

    Dernier point, vous oubliez le facteur temps. Je n'ai pas envie d'attendre de faire ma vie dans 5 ou 10 ans pour que les prix baisse. Je me fous de mourir riche et d'etre le plus riche du cimetière, donc j'achète le logement que je veux au moment ou je peux encore le faire.
    L'endettement est un droit que l'on perd au fur et a mesure du temps, et je n'emprunterai pas a 70ans sous prétexte que je vais faire une bonne affaire !

  • 0 Reco 21/01/2012 à 12:28 par MisterHadley

    MsieurDames...

    ZE solution arrive...

    Tremblez..! :D

    Pour les "djeuns" ou les pas djeuns du tout...

    Pour les "célibataires", ou les divorcé(e)s, sépar(e)s qui n'osent pas l'avouer en préférant se qualifier de "célibataires"... ;)

    Pour les familles monoparentales...

    Pour les "pauvres", pour les "classes moyennes" vraiment moyennes qui en ont réellement besoin...

    Dans le neuf, dans l'ancien...

    Sans "apport", sans même un, ou plusieurs, emprunt(s)...

    Pour les "actifs", pour celles et ceux qui sont privé(e)s d'emplois...

    ZE solution va mettre tout l'monde d'accord...

    2012...

    Tremblez, que j'vous dis, parce qu'il y en a un très gros paquet qui vont l'avoir très grave au travers d'la gorge ensuite..!

    :D

    Et Marcuccio le dix-neuvième du nom, je n'sais pas si tu as renouvelé ton stock personnel de Champomy, mais tu es particulièrement bien inspiré aujourd'hui, hein...

  • 0 Reco 21/01/2012 à 12:26 par coco rico

    @héhé

    si vous épargnez en euros alors vos économies deviendront peau de chagrin.
    La monnaie va dévaluer et c'est d'ailleurs déja le cas !
    L'etat a tout intéret a favoriser l'inflation pour gonfler artificiellement le PIB (augmentation du SMIG, baisse des charges etc...) et ramener ainsi la dette a un pourcentage plus acceptable du PIB. Toutes les conditions sont d'ailleurs la : augmentation des énergies, des matières premières . L'inflation effacera donc les "excès" de l'immobilier.
    Qui dit inflation, dit ruine des épargnants, de toutes façons on reviendra jamais en arrière, la déflation coutant encore beaucoup plus cher. si vous avez 100 000 euros, dépensez les ou achetez une autre monnaie. ça fait quelques années que je pense que nous sommes dans la meme situation que l'argentine il y a 10 ans. En 2008 on me riait au nez, aujourd'hui ce n'est plus tabou.
    Je vous invite a regarder cette vidéo :

    http://www.youtube.com/wa tch?v=WiJIOl7dyYU

  • 0 Reco 21/01/2012 à 12:24 par Igloo

    @vite fait : en effet, la situation est bien pire maintenant. Dans les années 90, les crédits étaient chers MAIS de courte durée, avec des prix bas, et avec une inflation forte MAIS qui concernait aussi les salaires. Ce qui était compatible avec un taux de rotation des biens de 7 ans en moyenne (le même qu'aujourd'hui) Aujourd'hui les gens sont endentés pour 25, parfois 30 ans, jusqu'à 30% de leurs revenus. C'est tout le drame.
    1 Une petite opération de niveau 3ème démontre de façon fatale qu'il est infiniment plus intéressant en termes de crédits d'acheter pas cher avec des taux hauts que très cher avec des taux bas. Devinez où on se situe depuis 2009.
    2 Les ménages qui sont endettés sur une longue durée l'ont fait en espérant que la plus valu au moment de la vente effacera la douleur qu moment de l'achat. Mais les taux montent, le pouvoir d'achat des acheteurs potentiels baisse, les aides de l’état se sont envolées et le matraquage fiscal sur l'immo commence. Pas d'acheteurs, pas de vente ou en baissant (perte sèche), et rembourser un crédit sur 25 ans, pour ceux qui sont endétés à 25-30% des revenus sera tout simplement impossible pour bcp d'entre eux (les prix de consomation courante, alimentation, énergie, santé, transport, impôts,.... vont continuer à augmenter et étoufferont les ménages endentés, qui devront toujours leur crédit)
    3 L'inflation ne corrigera pas les emprunts mais au contraire amplifiera les dépense. Qui peut sérieusement penser que les salaires vont augmenter au point de suivre l'inflation? Effet inverse des années 90.
    4 Les prix hauts couplés aux rendement bas voir négatifs incitent les investisseurs à se démarquer de l'immo, ou à pousser à sa baisse pour que ce soit de nouveau valable pour eux. Restent les acheteurs, qui n'ont pas les même moyens. Baisse inévitable.

    Tous les acteurs de l'immo, même la FNAIM, table sur une baisse de l'immo et des années à venir douloureuses. La folie des années 2009-2011 fera hélas bien des dégâts.

  • 2 Reco 21/01/2012 à 12:09 par héhé

    @coco rico,

    non, riches locataires épargnants...Par contre pauvre si je m'engage sur un credit de 25/30 ans en achetant un bien surévalué de 30%...

  • 0 Reco 21/01/2012 à 12:09 par incroyable

    un scenario catastrophe mais tout a fait plausible sur la conjoncture qui date de 2009 ! prémonitoire !

    http://www.smltp.fr/index .php?option=com_content&v iew=article&id=7:chronolo gie1-&catid=2:histoire&It emid=11

  • 1 Reco 21/01/2012 à 12:01 par coco rico

    @héhé

    en cas d'inflation et d'hyper inflation, garder ses euros signifie aller a la ruine car l'argent ne vaudra plus rien. Pou rappel, la FED fait tourner la planche a billets, la BCE aussi...
    pauvres locataires épargnants...

    un autre forum intéressant :
    http://forum.capital.fr/? showtopic=4072

  • 0 Reco 21/01/2012 à 11:57 par héhé

    bojour,

    pour marc19,
    "Immobilier : une fausse valeur refuge..."

    http://www.agoravox.fr/ac tualites/economie/article /immobilier-une-fausse-va leur-108014

  • 0 Reco 21/01/2012 à 11:57 par tralala

    @jonas
    quand le proprio redevient locataire, le locataire devient SDF !

  • 1 Reco 21/01/2012 à 11:56 par mouais

    @jonas
    que l'état prenne de lar'gen sur les propriétaires, et ces derniers se serviront sur les locataires ;-)

  • 1 Reco 21/01/2012 à 11:53 par vitefait

    @Igloo
    Il n'y a pas a proprement parlé de bulle. On a trop tendance a comparer les années 90 avec maintenant. Avant on empruntait sur 10 ans un appartement et 15 une maison, aujourd'hui c'est plutot 20 et 25. Les ménages ont intégré l'idée que l'emprunt pouvait durer plus longtemps ce qui explique en partie les prix d'aujourd'hui. Question d'évolution des mentalités donc.

  • 0 Reco 21/01/2012 à 11:43 par marc19

    moi aussi , je t'adore Patwon .......

  • 1 Reco 21/01/2012 à 11:24 par jonas

    N'oublions pas non plus qu'en cas de crise, l'état va chercher des sous là ou il sait qu'il y en a...c'est à dire chez le propriétaire !
    Si on vous sort une taxe sur les fenêtres comme aux UK ? Vous faites quoi ?
    En Belgique ça pue aussi à ce niveau...Il y a pas mal de mesure avantageuse qui vont disparaitre sous peu pour les nouveaux propriétaires.
    Et puis, en temps de crise de toute manière, mieux vaut être mobile, qu'immobiliser...

  • 0 Reco 21/01/2012 à 11:06 par Patwon

    De toute façon, une france de propriétaire c'est mauvais pour l'économie ! C'est un frein à la mobilité!

  • 0 Reco 21/01/2012 à 11:05 par Patwon

    J'adore les gens qui débarquent sur le forum, donne un argument bancal (complètement hors sujet en plus dans ce cas) et qui disent aux autres qu'ils ne savent pas de quoi ils parlent...
    Sérieux Marc19, avant d'essayer d'être méprisant lit 2 ou 3 fois les commentaires pour être bien sur de les comprendre..

  • 1 Reco 21/01/2012 à 11:03 par marc19

    C'est peut-être votre avis mais nul n'est sensé être du même...........encore heureux .......
    Pourquoi les sommes englouties dans l'ancien seraient-elles moins justifiables que dans le neuf ?
    Au contraire , la réhabilitation de logements anciens est au goût du jour et c'est tant mieux .
    Que l'immo soit trop haut...............probab lement et ne comptez pas trop sur un effondrement
    car , n'en déplaise à certains , cela va devenir une valeur refuge bien que le secteur soit la vache à lait en taxes diverses et variées .
    Que mes arguments soient affligeants pour vous m'importe peu.................la vérité, c'est que les français ont été mal habitués, certains pas tous ,en voulant le beurre et l'argent du beurre , gavés de crédit sur 30 ans, sans apport comme si tout était possible sans effort d'épargne , sans vouloir se priver de rien ou presque .........
    Il faut admettre que la réalité , nous ne pouvons pas tous accéder à la propriété..........c'es t ainsi . Une France de propriétaires, ça n'existera jamais ......................... ..

  • 0 Reco 21/01/2012 à 09:42 par Igloo

    @Marc19 : vos arguments sont tellement affligeants qu'on doit se demande si vous les pensez vraiment. Analyste parlait des sommes gigantesques englouties sous la forme de crédits et qui sont en effet non seulement totalement improductives pour le pays mais au contraire plombe son dynamisme économique (ce que vous donnez à votre banque, vous ne l'investissez pas dans l'économie : achats, voyages,...).
    Votre argument va même à l'encontre de ce que vous espériez dire, ce qui montre que vous "vous y connaissez". Avec un immo trop haut (la bulle d'aujourd'hui, énorme) les acheteurs ne peuvent justement plus faire appel à vos fameux petits artisans. Plus de sous car achat bcp trop cher = plus d'investissement dans l'économie,comme payer des artisans. C'est plus clair comme ça?

  • 0 Reco 21/01/2012 à 08:38 par antoine

    le credit foncier vient d'exploer ses taux de 0.5! et apres sils setonnnent que plus personne ne veuille faire un credit!

  • 3 Reco 21/01/2012 à 08:31 par marc19

    L'immobilier ancien génère par définition de la richesse contrairement à ce que dit L'Analyste, il suffit d'interroger nos milliers de petits artisans qui restaurent les bâtiments anciens .
    Il vaut mieux ne pas parler de ce que l'on ne connait pas ..................

  • 0 Reco 20/01/2012 à 20:16 par Friand

    Pourvu que ça dure.

  • 0 Reco 20/01/2012 à 20:00 par Analyste

    C'est une excellente nouvelle : le crédit doit aller aux entreprises, aux artisans, à ceux qui créent de la vrai richesse.
    L'immobilier, surtout l'ancien, ne crée pas de vrai richesse et ne correspond qu'à de la spéculation. Moins le crédit se déverse sur ce type d'actif, mieux c'est.


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...