Magazine immobilier
LaVieImmo.com
Les archives du magazine La Vie Immobilière
La Vie immobilière N° 12Paru le jeudi 1 novembre 2007 à 00h00

Trois-pièces au centre d'Orléans (45)


En achetant dans le quartier de la Recouvrance ou près de la future deuxième ligne de tramway, vous êtes sûr de faire une bonne opération.

Le destin d'Orléans semblait scellé. Située à une heure de Paris, la première ville du Loiret allait devenir la cité-dortoir de la région parisienne et se fondre dans la grande banlieue. Ces prévisions des années 1990 se sont révélées largement inexactes. Si Orléans a accueilli et accueille toujours des Franciliens employés en Ile-de-France, elle a vu arriver de nombreux jeunes couples qui s'y installent non seulement pour y vivre, mais aussi pour y travailler. Cette vitalité démographique s'est accompagnée d'une politique de rénovation de la ville : réfection du centre, aménagement des bords de Loire et ouverture d'une première ligne de tramway sur un axe nord-sud.

Autant d'éléments qui ont favorisé une forte hausse du marché de l'immobilier : ces cinq dernières années, les tarifs dans l'ancien ont doublé pour se stabiliser autour de 2 100 euros le mètre carré. « Nous avons vu une nette augmentation des prix sur l'axe de la première ligne du tramway, constate Fabien Durand, gérant du cabinet L'Adresse Durand Montouché. Et il y a fort à parier que l'ouverture en 2011 de la deuxième ligne d'est en ouest produira un effet similaire. » Ses recommandations ? « Acheter le long du tracé de cette deuxième ligne. Un 75 m2 à 150 000-160 000 euros, par exemple, est une bonne opération. Et dans l'hypercentre, bien sûr, vers la rue Jeanne-d'Arc ou la rue Dunois. » Outre la proximité du tramway, d'autres pistes d'investissement sont envisageables dans le centre. La première consiste à acheter dans la très animée et bruyante rue des Carmes. Sa réputation n'est pas folichonne mais les prix sont de 10 à 20 % moins chers que partout ailleurs. A 1 700 euros le mètre carré, l'acquéreur peut parier sur l'évolution positive de la rue, située dans un quartier très central et entièrement rénové. Il en va de même pour la rue de Bourgogne.

Plus cher près de la gare

La seconde piste se trouve du côté du quartier en pleine mutation de la Recouvrance, à dix minutes de la gare. Plus cher mais plus agréable, ce secteur rejoint les bords de la Loire que les aménagements en cours transforment en véritables lieux de vie. « Là, le mètre carré a déjà franchi la barre des 2 000 euros car le quartier commence à être très demandé ; c'est un très bon placement », confie Valérie Courtin, gérante d'Europe Investissements. Un 78 m2 cherche actuellement preneur à 148 000 euros, soit 1 897 euros le mètre carré. A ce prix-là, l'appartement qui a été utilisé en bureaux et repasse en habitation est évidemment à rénover.

Mais si le produit présente un cachet particulier, le prix du mètre carré peut grimper à 2 500 euros, comme dans le périmètre de la gare. « Mais on peut quand même trouver, rue Emile-Zola, pour 2 000 euros le mètre carré, un trois-pièces de 65 m2 à 130 000 euros avec ascenseur et parking, dans un immeuble récent... mais aux charges très élevées », constate Thibert Béraut, gérant d'ERA Immobilier

Alexandra Da Rocha

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...