Magazine immobilier
LaVieImmo.com
Les archives du magazine La Vie Immobilière
La Vie immobilière N° 14Paru le vendredi 1 février 2008 à 00h00

Un appartement à Saint-Mandé (94)


Dans cette commune de première couronne parisienne, en bordure du bois de Vincennes, le mètre carré varie de 6 000 à 7 000 euros. Les appartements familiaux, rares, sont les plus demandés.

Nous cherchons un grand appartement familial avec trois chambres car nos deux enfants sont scolarisés à Saint-Mandé. Mais avec un budget de 500 000 euros, nous n'avons toujours pas trouvé », témoignent Anne et Pierre, un couple qui souhaite s'agrandir tout en restant dans cette ville. Beaucoup d'acheteurs sont dans le même cas de figure, car à Saint-Mandé l'offre est rare et la demande toujours importante, notamment pour les grandes surfaces.

Cette petite commune tranquille et très agréable à vivre fidélise ses habitants. Elle dispose d'attraits indéniables : sa situation en bordure du bois de Vincennes, vaste poumon vert, beaucoup de petits commerces, notamment autour des avenues Gallieni, de Paris et Victor-Hugo, et une station de métro sur la ligne 1 qui rend l'accès au coeur de Paris facile et rapide. « Nous sommes aussi proches des deux aéroports parisiens, énorme avantage pour les cadres internationaux et les personnels navigants, nombreux à Saint-Mandé », confie Charles Nollet, négociateur à l'agence PIF Immo.

La ville peut se diviser en deux parties. Au nord, les artères proches du métro sont très vivantes et commerçantes. Les candidats acquéreurs peuvent y trouver des petites surfaces : compter entre 250 000 et 300 000 euros pour un beau deux-pièces de 50 m2. Mais également des grands trois-pièces, autour de 400 000 euros. La différence de prix se fera sur la qualité du bâti ; les immeubles en pierre de Paris ou en ciment, nombreux, s'achètent à un tarif un peu moins élevé. Un appartement avec des travaux ou situé sur une artère bruyante pourra même voir son prix descendre autour de 5 500 euros le mètre carré. Les alentours de la place Charles-Digeon sont recherchés, comme les rues Poirier et Cart, qui sont très calmes tout en bénéficiant de la vie commerçante et du métro à moins de cinq minutes à pied.

En bordure du bois

Au sud, davantage résidentiel, les commerces se font plus rares, mais le métro reste à moins d'un quart d'heure. Les acheteurs trouveront une plus forte concentration d'immeubles bourgeois ainsi que des hôtels particuliers de la fin du xixe siècle. « Dans cette zone, la plus belle de la ville, le prix du mètre carré oscille entre 6 500 et 8 000 euros, avec parfois des pointes à 9 000 euros pour des biens d'une très grande qualité », explique Laetitia Chely, conseillère chez Orpi Morgan Immo. La partie la plus prisée est située entre la rue Renault et l'avenue de la Pelouse, en bordure de bois pour la vue ou en second rideau pour le calme. Pour un budget de 450 000 à 500 000 euros, les acheteurs négocieront un appartement de 70 à 80 m2, selon l'état et la présence ou non d'un balcon et d'un parking

Marie Pellefigue

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...