Magazine immobilier
LaVieImmo.com
Les archives du magazine La Vie Immobilière
La Vie immobilière N° 6Paru le dimanche 1 avril 2007 à 00h00

Un appartement familial à Strasbourg (67)


Près des institutions européennes, le secteur bourgeois de la Robertsau, succession charmante de quartiers-villages, offre des biens de grande superficie, du quatre-pièces à la maison de maître.

Son emblème est le poireau, témoin de son passé maraîcher. A l'instar de l'Orangerie, le quartier de la Robertsau est le petit Auteuil-Neuilly-Passy de Strasbourg. Situé au nord-est de la commune, il est aujourd'hui très convoité par les promoteurs immobiliers. Et pour cause : verdoyant et particulièrement calme, ce secteur huppé est à une encablure du parc de Pourtalès et entouré des sièges des organismes européens. D'ici, les Vosges sont à trente minutes à peine, la Suisse à une heure trente et le grand voisin allemand à trois kilomètres.

La région, déjà célèbre pour sa gastronomie, a fini d'asseoir sa réputation lorsque la prestigieuse Ecole nationale d'administration a décidé de s'y installer. Force est de constater que l'effort impulsé par les pouvoirs publics en matière de desserte par les transports aura joué dans l'attirance que suscite la capitale culturelle et économique alsacienne. Le quartier de la Robertsau devrait d'ailleurs bénéficier d'ici peu d'un prolongement de la ligne de tramway. Mais d'ores et déjà, c'est la livraison pour juin 2007 du TGV Est qui occupe les esprits. Il portera Paris à moins de deux heures et demie, ce qui attise les appétits de Parisiens échaudés par les prix de la capitale et à la recherche d'un confort de vie digne de la province, mais en agglomération.

Maison de maître pour investisseur

Ce confort de vie se paie. Et dans le secteur, les biens se monnaient largement au-dessus de la moyenne de la ville. En 2005, le prix du mètre carré dans la zone a grimpé de 18 %, pour s'établir à 2 242 euros. Même schéma en 2006, où l'augmentation, cette fois, fut moins spectaculaire, pour s'arrêter à 2 536 euros, soit une hausse de 12 %. Un quatre-pièces de 124 m² se négocie autour de 450 000 euros. Au deuxième étage d'une jolie maison de charme rénovée, il offre un somptueux séjour de plus de 50 m² agrémenté d'une grande terrasse. Autre opportunité, à 410 000 euros, un duplex de 116 m² sur jardin avec deux terrasses ensoleillées. Situé dans une rue calme non passante, il est à quelques minutes à pied de la forêt de Wantzenau. Cet emplacement on ne peut plus enviable justifie son prix élevé, plus de 3 500 euros du mètre carré. Autre demeure atypique, une maison de six pièces sur deux niveaux est mise à prix à 379 000 euros. A 2 700 euros le mètre carré, ce bien reste toutefois dans le haut de la fourchette des tarifs pratiqués dans le quartier. Son cachet particulier explique en partie cette inflation. Cette maison de maître de pur style alsacien date en effet de 1890. Si quelques travaux de rafraîchissement sont à prévoir, un investisseur pourra y trouver son compte. Il est en effet possible de transformer cette demeure en trois appartements. La demande étudiante pléthorique et les loyers en vigueur finiront de convaincre les plus réticents de l'attractivité de ce quartier

Colette Sabarly

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...