Magazine immobilier
LaVieImmo.com
Les archives du magazine La Vie Immobilière
La Vie immobilière N° 4Paru le jeudi 1 février 2007 à 00h00

Un studio étudiant à Châtenay-Malabry (92)


Dans le département des Hauts-de-Seine, la ville de Châtenay-Malabry accueille une forte population étudiante. Avec des prix encore inférieurs à ceux de ses voisines, il peut être judicieux d'y investir.

A dix kilomètres au sud de Paris, Châtenay-Malabry accueille la prestigieuse Ecole centrale et la faculté de pharmacie... Sa voisine Sceaux héberge deux illustres lycées et une faculté de droit. Autant dire que la population étudiante y est massive et les opportunités en termes d'investissement locatif recherchées. Châtenay-Malabry bénéficie de nombreux avantages. Avec la moitié de son territoire occupé par des espaces verts, la ville suscite un intérêt grandissant, notamment pour les primo-accédants chassés de Paris. La desserte des transports en commun et les accès routiers renforcent son attrait. Une autoroute, deux nationales et six lignes de bus traversent la ville et portent le centre de Sceaux à quelques minutes. Enfin, une ligne de RER la relie à Paris en une vingtaine de minutes.

La petite cité séduit aussi par son patrimoine. Elle a jadis accueilli d'illustres écrivains, dont Chateaubriand et Voltaire, et fut immortalisée il y a peu dans une chanson de Vincent Delerm...

Châtenay-Malabry reste néanmoins un tantinet à la traîne par rapport à ses proches voisines des Hauts-de-Seine. Et il est encore possible d'y dénicher quelques perles rares. Un studio de 24 m2 refait à neuf, comprenant séjour, coin cuisine, salle d'eau et chauffage électrique, dans une demeure début xxe, est proposé à 96 000 euros. Situé avenue Jean-Jaurès, à quelques enjambées du vieux centre-ville et à la lisière du parc de Sceaux, l'appartement offre des prestations confortables à destination d'un public étudiant. Toutefois, à 4 000 euros le mètre carré, le prix moyen de ce bien est largement au-dessus de la moyenne sur la commune, située aux environs de 3 400 euros. L'engouement pour les petites surfaces, spécialement recherchées dans ce secteur, engendre des tensions manifestes sur le marché, qui subit souvent la loi des vendeurs, alléchés par les plus-values réalisables sur ce type de bien, et, pour un capital de 100 000 euros, les surfaces proposées ont tendance à être moins importantes.

Mais dans le cadre de l'acquisition d'une petite surface destinée à un investissement locatif, il est nécessaire de ne raisonner qu'en termes de rendement. Dans la rue Jean-Longuet, artère commerçante qui conduit à la place de l'Eglise et à la mairie, un bien de ce type peut facilement être mis en location à 500 euros par mois, ce qui assure un taux de rendement autour de 5 à 6 %. Une performance au regard des taux en vigueur dans la ville voisine de Sceaux, plutôt cantonnés dans une fourchette basse de 3 %. L'avenue de la Division-Leclerc offre également des possibilités : menant à la faculté de pharmacie, elle est très recherchée par les aspirants locataires. En dernier lieu, une revente assurera une plus-value confortable dans cette zone très prisée, d'autant que les prix continuent d'augmenter

Nora Hamadi

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...