Magazine immobilier
LaVieImmo.com
Les archives du magazine La Vie Immobilière
La Vie immobilière N° 12Paru le jeudi 1 novembre 2007 à 00h00

Une bâtisse à restaurer à Château-Chinon (58)


En plein coeur du parc du Morvan, maisons de ville et fermettes à rénover sont proposées à des prix défiant toute concurrence.

L'ancien fief politique de François Mitterrand - la ville abrite un musée consacré à l'ancien président - a gardé un aspect typique. Et pour cause : près de 40 % des logements datent d'avant 1915, tant en ville qu'à la campagne. Car le nom de Château-Chinon regroupe en fait deux communes, Château-Chinon Ville et Château-Chinon Campagne.

Dans la première, « il existe toujours des biens à moins de 100 000 euros, décrit Brigitte Raux, de l'agence Arcade Patrimoine. Ce sont principalement des maisons de ville à rénover, d'une surface au sol ne dépassant pas 60 m2 ». Leur prix varie de 50 000 à 70 000 euros, selon l'état et la localisation du bien. Ainsi, une habitation de 45 m2 avec un jardin de 280 m2, où l'électricité et la plomberie sont à refaire, est partie à 42 000 euros. L'endroit le plus recherché est le centre-ville, entre la place Saint-Romain et la rue Notre-Dame. Une maison mitoyenne de 55 m2, avec une petite cour et un jardin, s'y est vendue 56 000 euros. Mais, même dans ce quartier, il est possible de trouver moins cher. « On peut descendre jusqu'à 20 000 ou 30 000 euros pour des petites surfaces où le gros oeuvre est à refaire (fondations, murs, façades...), souligne Philippe Morin, de Morvan Patrimoine. Mais il faut prévoir au moins 45 000 euros de travaux. » Comme cette maison de 6 pièces à restaurer entièrement, de 90 m2 sur deux niveaux, avec un terrain de 237 m2 et un garage, qui est en vente à 50 600 euros.

Prix en voie de stabilisation

A Château-Chinon Campagne, on trouve aussi des fermettes à retaper, accompagnées d'un terrain allant de 500 à 1 000 m2. « On en trouve de moins en moins, explique Brigitte Raux. A l'origine de cette raréfaction : d'abord l'augmentation des prix, ensuite la clientèle étrangère, qui, lorsqu'elle revend, a déjà rénové les biens. » En revanche, il reste encore des anciennes maisons de pays dans des hameaux. « D'une superficie de 30 à 50 m2, elles sont habitables tout de suite, même s'il faut tout de même les rafraîchir, décrit Philippe Morin. Compter entre 70 000 et 80 000 euros. » A vingt minutes de la ville, une maison de village de 125 m2, habitable en l'état, s'est vendue 100 000 euros.

Les tarifs à Château-Chinon Ville et dans sa jumelle campagnarde ont encore une marge de progression. « Depuis le début de l'année, on enregistre une stabilisation. Pourtant, le marché n'a jamais vraiment flambé, ici. Les prix ont progressé, comme partout ailleurs, mais on est toujours en retrait par rapport au reste de la région », confie Philippe Morin. Une nouvelle qui devrait intéresser les investisseurs, d'autant que la commune propose d'autres biens que des maisons de ville.

Un petit immeuble en centre-ville sur trois niveaux, de 50 m2 au sol, nécessitant une rénovation, s'est récemment négocié à 65 000 euros. « Le nouveau propriétaire va le scinder en deux appartements dans les étages et installer un bureau au rez-de-chaussée, décrit Philippe Morin. C'est un bon investissement : le marché locatif est actif et la demande dépasse l'offre. » Selon l'état et l'emplacement, un petit 50 m2 se louera entre 350 et 550 euros. Il reste encore des immeubles de ce type à la vente, pour une somme allant de 60 000 et 80 000 euros

Jean-Marie Benoist

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...