Magazine immobilier
LaVieImmo.com
Les archives du magazine La Vie Immobilière
La Vie immobilière N° 3Paru le vendredi 1 décembre 2006 à 00h00

Une maison à La Baule pour trois générations


Une résidence en bord de mer qui nécessite d'importants travaux : pour conserver le bien dans la famille, le clan crée une SCI et les enfants financent les aménagements.

Achetée par Marie-Claude et Jean en 1972, cette belle villa de La Baule, construite dans les années 1920, a été pendant de longues années la résidence secondaire de la famille. Peu après le décès de son mari, Marie-Claude, en 1993, s'y est installée définitivement. Mais, les années passant, cette vieille bâtisse, au demeurant pleine de charme, a trouvé ses limites pour une dame de plus de 70 ans: trop d'escaliers, un chauffage aléatoire, beaucoup de travaux à envisager et un isolement parfois pesant.

Pour autant, elle ne souhaite pas débloquer une partie importante de son patrimoine pour remettre la maison à flot. Mais les enfants, très attachés à la « maison de vacances de leur enfance », ne veulent pas la voir sortir du giron familial et, surtout, disposent d'une capacité d'épargne suffisante pour réaliser les travaux. Ils vont donc, tous ensemble, trouver une solution astucieuse pour éviter la vente. De fait, Marie-Claude aura la possibilité de s'acheter un appartement confortable dans le centre-ville, tout en profitant de la villa avec ses petits-enfants à chaque période de vacances scolaires.

Juin 2005 Création d'une SCI familiale

Deux des fils, Olivier et Benoist, décident alors de financer la rénovation. Ils créent, avec Marie-Claude, une société civile immobilière (SCI), à laquelle ils apportent la maison. La maman conserve ses droits (62,5 % en pleine propriété et 37,5 % en usufruit) et les deux enfants empruntent 300 000 euros, apportés en compte courant à la SCI, pour financer l'ensemble des aménagements nécessaires. Et, pour que chacun, avec sa propre famille, puisse y avoir son intimité, ils séparent la maison en deux... Une séparation toute relative ! Un couloir commun permet de réunir les deux surfaces en un clin d'oeil pour organiser de grandes rencontres entre cousins. Car c'est bien là tout l'intérêt de l'opération : conserver le bien en famille pour que les enfants de chacun s'y retrouvent pendant les vacances. En quelques mots, donc, l'indépendance dans l'interdépendance.

Juillet 2005 Tradition et technologie

Des fils de cuivre antiques, une plomberie archaïque, une chaudière d'un autre temps, un parquet endommagé... La rénovation va prendre du temps et de l'argent. Car plus rien n'est aux normes. Et tant qu'à tout refaire, autant tout casser pour mieux redéfinir l'espace !

L'intérieur a été intégralement réaménagé. Olivier et Benoist attaquent alors un énorme chantier, qu'ils confient à un architecte, avec deux principaux mots d'ordre : marier tradition et nouvelles technologies. La maison, orientée plein ouest, bénéficie d'une vue imprenable sur l'océan Atlantique. Au rez-de-chaussée, pour rester pratique, les sols ont été réalisés en carrelage, plus simple à nettoyer lors du retour de la plage avec les enfants pleins de sable. Au premier étage et dans un pur esprit « marine », le matériau dominant est le bois. Avec le parquet en ipé, un bois d'Amérique du Sud, dans le salon, dont le plancher a été surélevé pour profiter d'une meilleure vue du front de mer, on se croit presque dans la cabine d'un voilier. Et, dans les chambres, priorité à la lumière, avec du parquet blanc.

Question modernité, tout a été pensé avec soin : des goulottes incrustées dans les cloisons ont permis d'éviter les fils disgracieux des appareils électriques et autres câbles aujourd'hui indispensables (télévision, Internet), même pour une résidence secondaire, et des enceintes hi-fi ont été intégrées dans les murs. L'isolation thermique et acoustique a également été repensée pour mieux protéger du froid, du vent et du bruit.

Pour le chauffage, les frères ont investi dans une chaudière à condensation, plus chère à l'achat mais d'un meilleur rendement. Ce système permet de réduire la facture de près de 40 %. Sachant que ces maisons de bord de mer ont en général besoin d'être chauffées une bonne partie de l'année, l'investissement sera vite amorti. Sans oublier le pilotage à distance de l'alarme et de la mise en route de la chaudière... Et, sur le toit, une girouette anémomètre pour mesurer la vitesse du vent ! Car les enfants sont des accros de la mer et des bateaux. Bref, le charme de l'ancien et le confort du moderne.

Hiver 2005 Le savoir-faire d'un architecte

Repenser tout l'intérieur d'une villa, casser les murs, tout mettre aux normes... Il fallait absolument un architecte. Ce dernier a dessiné les plans et a suivi le déroulement du chantier. Car les deux frères vivent loin de La Baule. Impossible de faire des allers-retours incessants pour surveiller l'avancement des travaux. Un surcoût d'environ 27 000 euros mais qui s'est révélé indispensable. Après tout, cela représente moins de 10 % du budget global. Car la durée initiale de la rénovation, fixée à un an, a été respectée, et tout a été fait dans les règles de l'art. L'un des grands avantages de confier les travaux à un professionnel, outre le suivi, est que les différents corps de métiers sont souvent plus attentifs : si leur travail est bien fait, l'architecte n'hésitera pas à les refaire travailler dans d'autres projets de réhabilitation.

Juillet 2006 Tous en-sem-ble !

La maison est enfin habitable, juste à temps pour les grandes vacances. Un premier été dans leur « nouvelle » résidence secondaire, réaménagée avec goût pour les deux frères et leur famille. Et, grâce au TGV, La Baule est désormais à trois heures de Paris. Alors, pour une semaine ou seulement un week-end de trois jours, tout est possible

Sophie Liotier

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...