Magazine immobilier
LaVieImmo.com
Les archives du magazine La Vie Immobilière
La Vie immobilière N° 9Paru le dimanche 1 juillet 2007 à 00h00

Une maison en granit dans la « Bretagne » espagnole


La Galice est restée à l'écart des folies immobilières qui ont enlaidi le littoral espagnol ces trente dernières années. Avec des paysages sublimes et des tarifs parmi les moins chers du pays, elle fait figure de nouvel eldorado.

Une falaise qui surplombe une baie embrumée où vient percer le soleil. Nous sommes en Galice, sur la pointe ouest de l'Espagne, à quelques kilomètres du nord du Portugal. C'est dans cette région, plus connue sous le nom de « Bretagne ibérique », que les acheteurs espagnols et quelques étrangers viennent aujourd'hui trouver la tranquillité d'une résidence secondaire, à l'écart des plages bondées du sud. « C'est devenu une destination à la mode pour ceux qui recherchent le calme et les paysages préservés », confirme Miguel Ángel Alemany, directeur de Inmobiliaria Online, un des principaux sites immobiliers d'annonces en ligne en Espagne. Les plages de galets et de sable blanc, le relief rocailleux et les petits villages typiques font de plus en plus d'adeptes, malgré un climat capricieux et des eaux plus froides qu'ailleurs. Cet environnement plutôt sauvage n'est bien sûr pas la seule raison du succès grandissant de ce bout d'Espagne reculé. Malgré un réseau ferré poussif, la région compte trois aéroports internationaux, La Corogne, Saint-Jacques-de-Compostelle et Vigo, reliés à la France par des vols low-cost et des autoroutes aujourd'hui rénovées. Le prix moyen des transactions dans cette partie du littoral atlantique avoisine 1 500 euros du mètre carré. Un coût bien moindre que pour un achat sur les plages bétonnées du sud du pays, et qui font davantage figure de repoussoir que de modèle.

Dès que l'on s'éloigne suffisamment de la côte, on peut trouver des habitations rustiques en granit, abondantes dans la région, qui peuvent se négocier en deçà de 70 000 euros. Témoin cette maison de 120 m2 à réhabiliter, sur 300 m2 de terrain, à une quinzaine de kilomètres de la mer et à peine plus de La Corogne, cédée à 68 000 euros. Ces bâtisses anciennes sont le plus souvent à rénover : « Cela peut être un frein à l'acquisition lorsque l'on doit gérer le gros oeuvre à distance, mais ces constructions, situées le plus souvent dans des villages isolés, trouvent preneur rapidement, davantage auprès d'une clientèle étrangère, habituée de ce type d'achat », confie un professionnel de l'agence Nos Inmobiliaria. Lorsque l'on se rapproche du littoral, les tarifs grimpent fortement. A l'ouest, à quelques centaines de mètres de la mer, dans la province de Pontevedra, considérée comme l'une des plus belles d'Espagne pour sa végétation luxuriante, une maison de 120 m2 avec jardin, à restaurer totalement, se vend 132 000 euros, auxquels il faut ajouter 100 000 euros de travaux. Cependant, ce type d'acquisition n'est pas la norme. Les pages des sites immobiliers regorgent d'annonces de maisons de style pavillon appelées « chalets ». Les prix restent abordables, autour de 150 000 euros. Certes, elles manquent plutôt de charme. Les promoteurs l'ont bien compris et quelques maisons contemporaines de standing commencent à émerger. Elles se négocient sans surprise à un tarif plus élevé. Situé à 1 km de la plage, un logement de 200 m2 sans terrain, sur deux niveaux, avec de larges baies vitrées, construit selon des principes bioclimatiques, s'est vendu récemment 345 000 euros.

Vue sur la mer

Les appartements se négocient, eux, à des prix moins élevés. A Rego do Foz, à une centaine de kilomètres au nord de La Corogne, un appartement de 60 m2, au quatrième étage, avec terrasse offrant une double vue panoramique sur la montagne et la mer, s'est vendu 174 000 euros, soit près de 3 000 euros le mètre carré. Un tarif plus élevé que celui de la moyenne du secteur qui doit beaucoup à sa situation privilégiée et à ses prestations plutôt haut de gamme. Dans des endroits plus reculés et moins bien desservis, les prix baissent. Sur la plage Langosteira de Finisterre, entre La Corogne et Vigo, un logement de 80 m2 situé dans un immeuble neuf donnant sur une crique aux eaux turquoise se négocie actuellement 155 000 euros, soit 2 000 euros le mètre carré. En première ligne, face au littoral, les petites constructions récentes ou neuves de moindre standing trouvent en général preneur à partir de 130 000 euros pour un trois-pièces.

Ces dernières années, la construction dans la province a été grand train, avec près de 210 000 logements neufs depuis 2000. Les prix sont bien plus bas que ceux pratiqués dans d'autres régions de la péninsule Ibérique, ce qui facilite grandement leur commercialisation. Néanmoins, ils s'apprécient fortement. Au premier trimestre 2007, ils ont grimpé de 13,72 % en glissement annuel, pour s'établir 5 points au-dessus de la moyenne nationale. La Galice fait figure de nouvel eldorado, alors que le marché national marque des signes d'essoufflement avec un trop-plein de stocks, sur la côte méditerranéenne notamment. « Cet attrait se comprend, la Galice est l'un des rares endroits en Espagne qui possède encore un potentiel d'appréciation, car la demande reste forte », commente Emilio Langle Franco, directeur du secteur résidentiel pour le groupe de conseil en immobilier Aguirre & Newman.

Cet appétit a bien évidemment un revers. D'une part, une urbanisation croissante du littoral. D'autre part, l'émergence d'affaires : « Les premiers cas de corruption commencent à apparaître. C'était auparavant l'apanage des marchés immobiliers du sud du pays », regrette Marie Larivière, du cabinet Herreiro & Hidalgo Asesores à Madrid. Pour contrer un afflux de nouveaux logements et éviter une détérioration de la côte, à l'image de ce qui a pu se faire dans le sud du pays, le gouvernement régional vient de promulguer une nouvelle loi de protection du littoral qui interdit toute construction à moins de 500 mètres de la plage. Histoire d'éloigner un peu le spectre d'une Costa del Sol au nord

Jorge Carasso

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...