Magazine immobilier
LaVieImmo.com
Les archives du magazine La Vie Immobilière
La Vie immobilière N° 4Paru le jeudi 1 février 2007 à 00h00

Une villa au Cap-Ferret (33)


Acquérir une propriété avec vue sur le bassin d'Arcachon et la dune du Pyla est encore possible... A condition d'y mettre le prix.

La presqu'île du Cap-Ferret, bordée par le bassin d'Arcachon et l'océan Atlantique, continue de séduire les inconditionnels des plages de sable fin et de tranquillité. Ce sont surtout des Parisiens, dont de nombreuses personnalités, comme le ministre de l'Intérieur, Nicolas Sarkozy, ou l'humoriste Michel Leeb. Certains Anglais ainsi que des Français expatriés en Europe y possèdent également une résidence secondaire.

« Les prix sont longtemps restés en deçà de ceux pratiqués sur la Côte d'Azur. C'est un micromarché caractérisé par une rareté des terrains à bâtir et une demande en constante augmentation. A cela s'ajoute une surmédiatisation de la presqu'île qui a provoqué une envolée des prix ces dix dernières années », explique François Goudal, directeur de l'agence du Crédit foncier de Bordeaux.

La presqu'île est une enfilade de lieux-dits sur une vingtaine de kilomètres. Les prix varient en fonction du village et de la situation dont jouit la villa. Ils sont beaucoup plus élevés pour des maisons face à la mer que pour celles construites en retrait, dans la pinède. Les budgets augmentent également au fur et à mesure que l'on se rapproche du village du Cap-Ferret. « Le marché est en train de se stabiliser pour les biens classiques, les villas de 800 m2 habitables dans la pinède, mais reste en hausse pour celles avec vue sur mer », souligne Jérôme Cazaubon, directeur de l'agence de la Presqu'île à Claouey. Le nec plus ultra reste la villa traditionnelle - ossature bois, deux étages, plusieurs chambres et vue directe sur Arcachon et la dune du Pyla. Il faut compter entre 900 000 et 1 million d'euros.

Premiers prix à 700 000 euros

« Les transactions les plus courantes concernent des maisons anciennes à rénover, dans le style "cabane", typique du Cap-Ferret, ou colonial des années 1930, sur un terrain de 600 à 1 000 m2, explique Jérôme Cazaubon. Les nouveaux propriétaires vont réaliser d'importants travaux et donner à la maison une valeur ajoutée. Les prix démarrent entre 700 000 et 800 000 euros. » Antoine et Valérie S. ont, par exemple, déniché la maison de leurs rêves dans le lieu-dit de l'Herbe. « Nous avions l'habitude, depuis huit ans, de louer chaque été la même maison, à 200 m de la plage, mais sans vue. Il y a deux ans, l'idée d'acheter nous est venue, alors même que les prix étaient exorbitants. Nous avons pourtant jeté notre dévolu sur une maison semblable à celle que nous louions. Elle nous a coûté 850 000 euros et nous avons réalisé pour 150 000 euros de travaux. »

Des terrains saturés de constructions

Au-delà des factures élevées, les futurs acquéreurs sont soumis à des contraintes d'urbanisme très précises. « Aujourd'hui, il est interdit de construire des habitations sur une superficie inférieure à 900 m2. Avant d'acheter un terrain, il est impératif de demander à son agent immobilier le coefficient d'occupation des sols (COS), qui détermine la densité de construction admise sur une parcelle », explique Anne Chemineau, de l'agence Cap Immo au Canon. Les différents villages du Cap-Ferret sont effectivement soumis à des plans locaux d'urbanisme (PLU) au COS très élevé. « Comme la municipalité de Lège-Cap-Ferret souhaite préserver l'esthétisme des constructions individuelles et l'aspect sauvage de la côte, elle a interdit la construction de lotissements ou de résidences immobilières », conclut Anne Chemineau

Nathalène de Charon

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...