Magazine immobilier
LaVieImmo.com
Les archives du magazine La Vie Immobilière
La Vie immobilière N° 11Paru le lundi 1 octobre 2007 à 00h00

Villas de standing à Mazargues (13)


Grâce à un environnement calme et arboré, ce secteur du 9e arrondissement marseillais reste une valeur sûre du marché local.

Entre la colline de la Gineste et la Méditerranée, Mazargues jouit d'une position privilégiée à Marseille : le rond-point du Prado par le boulevard Michelet, le complexe l'Escale Borely, les plages, les calanques de Cassis, tout est accessible en peu de temps. Très commerçant, cet îlot a aussi conservé son atmosphère typiquement provençale et les journées y sont rythmées par le son des cloches de sa petite église. Beaucoup de vieux Marseillais sont très attachés à ce quartier, ce qui explique le nombre limité de transactions immobilières dans le centre proprement dit, circonscrit par l'avenue Emile-Zola, le chemin de la Chaîne et le boulevard de la Concorde.

Ici, le prix du mètre carré tourne autour de 3 000 euros. Alors que l'augmentation de l'immobilier s'est sérieusement ralentie en 2006 dans la Cité phocéenne, y compris dans le 9e arrondissement, la cote de Mazargues, elle, a continué de se renchérir, à + 11 %. En lisière de l'îlot villageois, les maisons d'une centaine de mètres carrés disposant généralement d'un grand terrain s'échangent vers 600 000 euros, indique Frédéric Cuenot, de Connexion Immobilier. Rue Henri-Tomasi, une villa indépendante en pierre de taille de 130 m2, assise sur un terrain de 1 000 m2, vient de se vendre 630 000 euros. A proximité, dans un lotissement, une maison des années 1980 de 165 m2 habitables avec 400 m2 de jardin est partie à 605 000 euros. Vers l'ouest, le parc résidentiel du Roy d'Espagne est très prisé des familles, qui apprécient ici le calme et la verdure. Les villas de 120 m2 sur 1 300 m2 de terrain avec piscine se négocient en moyenne 700 000 euros. Vers l'est, le secteur du Redon propose des prix intermédiaires. Les maisons traditionnelles des années 1950 à 1990 placées en lotissement cotent entre 3 700 et 4 000 euros le mètre carré.

Un peu plus loin, les secteurs du Cabot et de la Panouse sont très recherchés. Le marché des résidences sécurisées de standing y est très actif. Les appartements s'y négocient entre 2 800 et 3 200 euros le mètre carré, voire beaucoup plus, comme ce 90 m2 avec terrasse de 15 m2 et double box signé à 450 000 euros. Et la cote des maisons n'est pas en reste : le mètre carré, compris entre 4 000 et 6 000 euros, est le plus cher de l'arrondissement. A la Panouse, une maison traditionnelle de 180 m2 sur 1 000 m2 de terrain, avec piscine, cuisine d'été et vue sur la Méditerranée, s'est ainsi vendue 700 000 euros. Et il n'est pas rare que pour les biens d'exception les prix atteignent ici 900 000 euros

Sophie Bonis

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...