Connexion

Mot de passe oublié Pas encore de compte ?
Divers
LaVieImmo.com
DiversDiversmardi 7 juillet 2020 à 08h00

Immobilier : les Parisiens n'ont pas massivement acheté en dehors de la capitale


Les Parisiens n'ont pas tellement quitté Paris
Les Parisiens n'ont pas tellement quitté Paris
Les Parisiens n'ont pas tellement quitté Paris (©AFP)

Dans sa dernière étude sur le marché, Century 21 constate que non seulement les Parisiens n’ont pas quitté la capitale, mais également que la volonté d’acheter une résidence secondaire ne s’est pas traduite dans les faits.

(BFM Immo) - “Intention n’est pas action”. C’est le constat réalisé par Century 21. Dans une étude sur le marché immobilier depuis le déconfinement, le réseau d’agences immobilières a remarqué que trafic du site Internet century21.fr, après avoir chuté de 50% durant le confinement, a enregistré un record d’audience au mois de mai (+10% par rapport à l’an passé) avec plus de 3,1 millions de visiteurs. Même si le nombre de ventes est en retrait de 27,6% par rapport à l’an dernier (sur un semestre amputé de 8 semaines), la demande est particulièrement forte.

Mais il existe une grande différence entre la volonté des acheteurs et la réalité. Si dans les recherches, les habitants des grandes villes avaient pour critère de plus petites villes, dans les faits, Century 21 constate qu’“il n’y a pas eu d’exode massif de Parisiens vers la campagne ou le littoral. Quitter la capitale ne semble pas si évident que cela”. Dans son étude, Century 21 précise: “Certains secteurs semblent plus attractifs que d’autres comme le Bassin d’Arcachon, le nord de la Bretagne, l’ancienne Haute-Normandie, l’Aisne, mais l’afflux de Parisiens est marginal”.

L'achat de résidence secondaire reste marginal

Dans la même veine, l’achat de résidence secondaire n’a pas explosé. Les requêtes des internautes souhaitant “acheter une résidence secondaire” progresse de 57%, et la requête “maison de campagne” augmente de 156%. Pourtant, depuis le 11 mai 2020, les transactions sont essentiellement destinées à la résidence principale dont la part remonte à 68,3%, tandis que les résidences secondaires ne représentent pour le moment que 4,3% des achats et les acquisitions au titre de placement sont en retrait par rapport à l’avant-confinement (27,3% des transactions).

Est-ce que les logements acquis sont plus grands qu’avant et répondent à ce désir d’espace provoqué par le confinement? Pas du tout. “La superficie moyenne d’une maison était de 115,7 m² avant le confinement, elle est de 115,2 m² depuis, tandis qu’un appartement acheté faisait en moyenne 59,1 m², il en fait 57,8 m² désormais. Le principal obstacle à acquérir plus grand tient sans aucun doute au prix”, souligne Century 21.

Des prix toujours en hausse

Les prix ont augmenté en France entre le 1er semestre 2019 et le 1er semestre 2020 de 2,3% pour les maisons et de 3,1% pour les appartements pour atteindre en moyenne respectivement 2.160 euros le mètre carré et 3.638 euros le mètre carré. Des niveaux historiques. “Cette hausse s’est répercutée sur le montant moyen d’une transaction. Un appartement s’acquiert désormais à 214.123 € en moyenne, une maison à 241.505 € : des records également”, constate Century 21.

Les évolutions de prix sont très disparates selon les régions : tandis que l’Auvergne-Rhône-Alpes est relativement stable, la Bourgogne-Franche-Comté, le Grand Est, les Hauts-de-France, la Normandie, l’Occitanie et la Provence-Alpes-Côte d’Azur voient leur prix progresser en-deçà de 5%. En revanche, la Bretagne, le Centre-Val de Loire ainsi que les Pays de la Loire enregistrent des hausses supérieures à 5%. Seule la Nouvelle-Aquitaine voit son prix moyen au mètre carré reculer.

Diane Lacaze - ©2020 BFM Immo

Estimation de bien

Estimation de bien


Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)