Connexion

Mot de passe oublié Pas encore de compte ?
Avis d'experts
LaVieImmo.com
Avis d'expertsAvis d'expertsmardi 8 juin 2021 à 09h58

Assurer un prêt immobilier après 65 ans, est-ce possible?


Astrid Monnet

Biographie Après une licence en Information-Communication, Astrid Monnet s’est orientée vers le webmarketing et la rédaction web. Elle est actuellement rédactrice pour un courtier en assurance. Créé en 1999,Bonne-Assurance.com est un cabinet indépendant de courtage en assurances et crédits. Depuis près de 20 ...Lire la suite

Partir à la retraite n’est en aucun cas synonyme de la fin des projets immobiliers. Ainsi, il n’est pas rare de voir des seniors s’intéresser à un (nouvel) achat immobilier pour diverses raisons. Cet achat est alors souvent accompagné par un crédit qui requiert une assurance emprunteur. Mais est-il facile d’assurer un prêt après 65 ans? Décryptage de notre experte Astrid Monnet, rédactrice pour le courtier Bonne-Assurance.com.

Bien que non-obligatoire, l’assurance emprunteur est très souvent exigée par les organismes prêteurs au moment où l’on souhaite contracter un prêt immobilier. En effet, grâce à ses différentes garanties (décès, perte d’autonomie, invalidité…), elle permet aux banques d’être certaines de ne pas vous prêter de l’argent à perte.

Cependant, un tel contrat prend en compte les risques relatifs à l’assuré. De cette façon, un senior aura tendance à payer plus cher son assurance de prêt. Plus encore, certains assureurs pourront même aller jusqu’à refuser de les couvrir à cause de leur âge, leur état de santé, etc., selon les conditions générales de leurs contrats.

Faire jouer la concurrence

Face à la hausse du prix de l’assurance emprunteur mais aussi aux difficultés de trouver une compagnie acceptant de vous couvrir, il est bon de savoir que vous pouvez vous intéresser à la délégation d’assurance. Ce process vous permet, en effet, d’opter pour un contrat autre que celui proposé par votre banque. Ainsi, vous aurez la possibilité de trouver un assureur prêt à couvrir votre prêt et qui propose des garanties au moins équivalentes à celles imposées par l’organisme prêteur.

Pour cela, vous pouvez rechercher un nouvel assureur avant même de contracter votre prêt grâce à la loi Lagarde. Mais, si votre crédit immobilier a déjà été signé, il est également possible de changer d’assureur: n’importe quand tout au long de la première année (grâce à la loi Hamon) ou chaque année à la date anniversaire de votre prêt (avec l’amendement Bourquin).

En cas de problème de santé

L’âge n’est pas le seul facteur qui peut décider un assureur à ne pas vous couvrir. Il peut également prendre en compte votre état de santé. Ainsi, si vous avez un risque de santé aggravé, quel qu’il soit (actuel ou ancien), vous pourrez quand même bénéficier, selon la situation, d’une assurance pour couvrir votre crédit immobilier.

La convention AERAS (s’Assurer et Emprunteur avec un Risque Aggravé de Santé) permet donc de vous assurer mais sous certaines conditions :

- Dans le cadre d’un crédit immobilier, le montant emprunté ne doit pas dépasser 320.000 €.

- Le crédit devra être intégralement remboursé avant vos 70 ans.

Le dernier point (l’échéance de remboursement du prêt) est donc à bien prendre en compte avant de contracter un prêt. En effet, une durée de remboursement plus courte équivaut à des mensualités plus importantes. Il peut alors être plus avantageux d’emprunteur moins si cela est possible.

Pour bénéficier de l’avantage de la convention AERAS, il vous faudra suivre un parcours bien spécifique :

- Vous devrez, dans un premier temps, remplir un questionnaire médical qui servira à évaluer les risques "standards". Selon vos réponses, les assureurs pourront décider de vous couvrir (en vous imposant peut-être une surprime) ou non.

- Le cas échéant, vous serez amené à réaliser une étude plus personnalisée de votre état de santé auprès d’un service médical spécialisé. Là encore, cette étape pourra amener à une proposition de couverture (avec surprime et/ou exclusions de garanties) ou non.

- Sans proposition, votre dossier pourra être transféré à plusieurs réassureurs spécialisés dans l’assurance avec risque aggravé de santé pour une ultime étude. En cas de réponse négative, vous n’aurez malheureusement plus aucun recours.

Astrid Monnet, rédactrice pour le courtier Bonne-Assurance.com

Astrid Monnet - ©2021 BFM Immo

Estimation de bien

Estimation de bien
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)