Connexion

Mot de passe oublié Pas encore de compte ?
Avis d'experts
LaVieImmo.com
Avis d'expertsAvis d'expertsjeudi 8 octobre 2020 à 15h25

Logement: Comment fonctionne la cohabitation intergénérationnelle


Claire Viel

Biographie Après un parcours professionnel dans la communication et le e-commerce, Claire Viel est actuellement responsable éditoriale du site Bonjoursenior.fr. Portail dédié aux seniors connectés ainsi qu’à leurs proches aidants, cette plateforme propose des produits et services aux aînés et traite des problé ...Lire la suite

Alors que la crise sanitaire a mis en exergue la difficulté de vivre seul pour les seniors vulnérables, le partage d'un logement entre un jeune et une personne de plus de 60 ans est encouragé par les pouvoirs publics. Décryptage de ce dispositif avec notre experte Claire Viel, responsable éditoriale du site Bonjoursenior.fr.

Qu’elles soient célibataires ou veuves, de nombreuses personnes âgées vivent seules. Pour rompre la solitude, plusieurs solutions telles que les services à domicile, les réseaux d’entraide ou l’investissement associatif permettent de recréer du lien social et de soutenir l’autonomie des seniors isolés. Parmi ces dispositions, il existe un dispositif original: la cohabitation intergénérationnelle. Consistant en l’accueil d’un étudiant ou d’un jeune salarié chez une personne âgée en échange d’un loyer symbolique et de menus services, ce système de partage de logement permet de répondre à la fois à la crise du logement ainsi qu’à l’isolement des seniors.

Dans une étude de 2017, l’association Les Petits Frères des pauvres révélait en effet que près de 900.000 seniors de plus de 60 ans se trouvent en situation d’isolement. Un véritable fléau, tant la solitude peut avoir des conséquences délétères sur la santé des personnes isolées: fatigue chronique, dépression, régression cognitive, risque de développer une démence ou une maladie cardiovasculaire...

La crise sanitaire et sa période de confinement ont par ailleurs mis en exergue la difficulté de vivre seul lorsque l’on est vulnérable. Face à ce constat, les pouvoirs publics se mobilisent pour développer des politiques publiques afin d'aider nos aînés. Favorisant le maintien à domicile, offrant parfois un complément de revenus mais permettant avant tout de créer du lien social, la cohabitation intergénérationnelle apparaît à ce titre une solution idéale pour les seniors accueillants. Véritable projet de société, vecteur de cohésion sociale, ce mode de partage de logement s’appuie sur l’échange et la solidarité entre générations. Il permet de rompre la solitude d’un senior et de tisser des liens entre les âges.

En quoi consiste la cohabitation intergénérationnelle ?

Régie par la loi Elan du 23 novembre 2018, la cohabitation intergénérationnelle solidaire permet aux personnes âgées de louer ou de sous-louer à des jeunes gens de moins de 30 ans une chambre au sein du logement qu’elles occupent. Le dispositif s’adresse aux seniors de plus de 60 ans qu’ils soient propriétaires ou locataires. Dans ce dernier cas, il suffit d’informer son bailleur qui n’a pas la possibilité de s’y opposer, qu’il s’agisse d’habitat privé ou public.

En contrepartie, l’étudiant hébergé s’engage à assurer une présence régulière ainsi qu’à apporter une assistance quotidienne à son hôte (tâches ménagères, courses, aide administrative, assistance informatique…). Dans certains cas, la personne hébergée peut également se voir demander une contrepartie financière. D’un montant modique, celle-ci a toutefois, avant tout, valeur symbolique. Dans les faits, on constate des contributions mensuelles variant généralement de 50 à 100€, selon Dossier familial.

Quel est le contrat entre les deux parties ?

Signé par chacune des parties, un contrat de cohabitation permet de définir la durée de cohabitation ainsi que le type de rétribution envisagé (contrepartie financière modeste ou menus services). L’hôte a obligation de mettre une chambre privative d’au moins 9 m2 à disposition de l’étudiant et d’offrir le libre accès aux parties communes (cuisine et salle de bain). Certaines structures de mises en relation entre seniors et jeunes gens invitent également les cocontractants à signer une charte de valeurs que chacun s’engage à respecter.

À noter : Le délai de préavis d’une cohabitation intergénérationnelle est d’un mois.

A quoi correspondent les "menus services" demandés aux jeunes?

Outre la présence sécurisante d’un tiers à son domicile, la personne âgée bénéficie d’une assistance dans les petites corvées du quotidien: aide pour les tâches ménagères, pour la préparation des repas ou encore accompagnement administratif ou informatique...

Dans les faits, l’étudiant peut être chargé de faire les courses, d’aller promener le chien ou encore d’aider le senior à déclarer ses impôts en ligne. Considérés comme une collaboration de bon sens, ces "menus services" ne s’apparentent en aucun cas à un véritable service à la personne et excluent tout lien de subordination entre les cocontractants.

Quel est l'avantage pour les jeunes?

Les jeunes gens bénéficient quant à eux d’un hébergement à titre gratuit, ou très peu onéreux, avec une qualité de vie privilégiant le calme et le confort, favorisant le suivi d’études. Au-delà d’un simple échange de bons procédés, chacune des parties profite également d’une ouverture nouvelle sur le monde.

De nombreuses associations et plateformes assurent la mise en relation des personnes âgées et des jeunes gens et accompagnent le bon déroulé de la cohabitation.

Claire Viel, responsable éditoriale du site Bonjoursenior.fr

Claire Viel - ©2020 BFM Immo

Estimation de bien

Estimation de bien
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)