Connexion

Mot de passe oublié Pas encore de compte ?
Construction
LaVieImmo.com
ConstructionConstructionmardi 11 décembre 2018 à 15h50

Pourquoi les chantiers risquent de coûter un peu plus cher l'an prochain


Matériaux de construction: prévisions plus modestes de l'activité sur 2018
Matériaux de construction: prévisions plus modestes de l'activité sur 2018
Matériaux de construction: prévisions plus modestes de l'activité sur 2018 (©Philippe Huguen - AFP)

Après deux ans de baisse, les prix à la production des sables et graviers remontent.

(LaVieImmo.com) - Le prix des sables et graviers, matériaux qui servent à la construction, augmente. Carole Deneuve, chef du service économique et statistique de l’Unicem (Union nationale des industries de carrières et matériaux de construction), nous explique: "après deux ans de recul (-0,7% en 2016 et 2017), l’indice des prix de production des sables et graviers de l’Insee a amorcé en 2018 une légère remontée, en liaison avec une nette hausse des coûts de production des granulats de +2% en 2017 et 2018. L’évolution des prix des matériaux, si elle se poursuit en 2019, sera donc la résultante d’une hausse des coûts de production (énergie, salaires, transport, foncier…) et de tensions sur la demande".

Car si la demande reste forte, l'offre ne suit pas forcément. L'Unicem a en effet abaissé ses prévisions de production pour 2018. Ainsi, la livraison de béton prêt à l'emploi devrait progresser de 3% au lieu des 3,5% prévu, et celles des granulats de 1,5% au lieu de 3%. "Le scénario prévisionnel de 2018 a été affecté par plusieurs facteurs parmi lesquels les intempéries (froid, neige, inondations) ou encore les grèves SNCF qui ont pesé sur les livraisons de granulats", selon l'Unicem. Ce creux du début d'année n'a pas été compensé au second semestre.

Dernièrement, le mouvement des gilets jaunes "a un peu perturbé le secteur, notamment sur le plan de la logistique, et a retardé des chantiers en ville", a commenté le président de l'Unicem, Nicolas Vuillier, interrogé par l'AFP.

Par ailleurs, Carole Deneuve précise: "La production enregistrée peut être plus faible car la demande de granulats a été satisfaite par d’autres vecteurs (par exemple: le recyclage sur site, que l’on ne peut chiffrer).

Inquiétude sur le gazole

Pour l'an prochain, les livraisons de béton prêt à l'emploi devraient se stabiliser (+ 0,5%) à la suite du "retournement du marché du logement dans un contexte où le secteur non résidentiel devrait résister. Quant à la demande de granulats (+ 2%), elle resterait alimentée par un marché des travaux publics soutenu par les investissements des collectivités locales (cycle électoral) et des opérateurs privés (Grand Paris, Plan de relance autoroutier…)", précise la fédération.

Mais le secteur reste inquiet, notamment en raison des annonces sur le gazole. "L’annonce soudaine du gouvernement, en octobre 2018, de supprimer l'avantage fiscal sur le gazole non routier, dans le cadre de la loi de finances, a créé une vague d’inquiétudes dans le secteur des industries extractives et matériaux de construction. Le surcoût induit par cette mesure menaçait, en effet, l’ensemble des entreprises du secteur. Depuis, le gouvernement a annoncé un moratoire, puis une annulation de la hausse des taxes sur les carburants. Néanmoins, ce sujet demeure une source d’incertitudes".

Diane Lacaze - ©2019 LaVieImmo

Programmes neufs

Programmes neufs

Guide Acheter dans le neuf

Guide Acheter dans le neuf

Guide loi Pinel

Guide loi Pinel


Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)