Divers
LaVieImmo.com
DiversDiversdimanche 2 décembre 2018 à 12h00

Combien gagne un architecte ?


Les revenus des architectes sont très disparates au sein de la profession
Les revenus des architectes sont très disparates au sein de la profession
Les revenus des architectes sont très disparates au sein de la profession (©Jarmoluk - Pixabay)

La profession a été pénalisée par la crise économique de 2008. Depuis 2015, elle connait une certaine embellie.

(LaVieImmo.com) - Déprimée depuis le début des années 2010, l'activité des architectes donne des signes de reprise, le privé venant de plus en plus compenser le recul des commandes publiques. La "profession (...) bien qu'affectée par la crise économique de 2008, connaît une amélioration de sa situation depuis 2015 et continue à s'adapter à un environnement en pleine mutation", résume Elizabeth Gossart, conseillère nationale de l'Ordre des architectes, en introduction d'une étude publiée au début du mois.

Cette étude, dite Archigraphie, est la troisième du nom après deux précédentes éditions en 2015 et 2016. Elle est commandée par l'Ordre des architectes et menée par le Crédoc, un organisme public qui dépend indirectement du ministère de l'Économie. L'amélioration de la situation des architectes, dont le nombre se stabilise en France à près de 30.000 depuis 2010, se traduit par une progression du revenu moyen des professionnels libéraux.

43.000 euros de revenus moyens

En 2016, année sur laquelle se conclut la période d'études de cette dernière édition, il a augmenté pour la première fois depuis trois ans pour s'établir à 43.349 euros, selon des données fournies par la Caisse interprofessionnelle de prévoyance et d'assurance vieillesse des professions libérales (Cipav). Soit une progression de 3,8% par rapport à 2015 où ce revenu moyen (qui correspond aux bénéfices non commerciaux déclarés) était de 41.741 euros, ce qui était alors un plus bas depuis 2002.

L'évolution du revenu moyen des architectes cache aussi des situations financières très diverses. Signe que l'éventail des revenus est très large, le montant médian - la moitié des architectes libéraux gagnent plus, la moitié moins - est nettement plus faible que le niveau moyen, à seulement 28.462 euros.

Les 25% d'architectes (professionnels libéraux) les mieux lotis émargent à 84.900 euros en moyenne en 2016. A contrario, les 25% les moins bien rémunérés affichent seulement 6.800 euros de revenus la même année. Cela "témoigne clairement de la forte dispersion des revenus autour du revenu moyen et donc de fortes inégalités de revenus au sein de la profession", souligne l'étude.

Une inégalité qui est fortement liée à l'âge et à l'expérience. Quand les architectes de moins de 35 ans gagnent en moyenne 23.991 euros, les 55-64 ans affichent les meilleurs revenus moyens (52.444 euros). Par ailleurs, si les inégalités de salaire entre les hommes et les femmes restent maquées (le revenu médian des femmes correspond à 64% du revenu médian des hommes), celles-ci ont tendance à se réduire au fil des générations. Aussi, le revenu médian des femmes architectes pèse (pour chaque tranche d'âge correspondante) :
- 53% de celui des hommes chez les plus de 65 ans
- 62% de celui des hommes de 55-64 ans
- 59% de celui des 45-54 ans
- 72% pour la tranche d'âge 35-44 ans
- et 80% du revenu médian des hommes de moins de 35 ans

"Les femmes sont plus nombreuses à subir le temps partiel et se distinguent des hommes par le type d’activité exercée. En effet, elles sont sous-représentées parmi les architectes libéraux et associés tandis qu’elles sont très présentes au sein des catégories des fonctionnaires et des salariés", souligne l'étude.

Signes de fatigue de la construction de logements neufs

L'amélioration générale de la situation des architectes en 2016 provient "notamment d'une hausse de leur activité poussée par la commande privée, et ce en dépit du recul de 8% de la commande publique entre 2015 et 2016", souligne Elizabeth Gossard.

Alors que la commande publique représentait près de 20 milliards d'euros en 2013 pour les architectes, sa part a depuis constamment décliné, pour s'établir en 2016 à moins de 15 milliards. A l'inverse, la commande privée, qui avait souffert d'un net recul de la construction de logements neufs autour de 2012, est repartie en 2015 et, surtout, 2016, au moment où ce marché rebondissait fortement. Cette année-là, elle s'est établie à quelque 37,5 milliards.

Reste que la construction de logements neufs donne de nouveau des signes de fatigue depuis le début 2018. Parmi les raisons avancées par des économistes et les professionnels du bâtiment figurent la réduction du périmètre d'aide à la propriété, tel le prêt à taux zéro (PTZ), et des conditions de crédit qui, bien que très avantageuses, ne parviennent plus à compenser le niveau des prix. "La diminution de la construction de logements neufs en France, qui représente un peu plus de la moitié de l'activité des architectes, affecte ainsi directement les résultats des agences d'architecture", prévient l'étude.

La profession vieillit peu à peu

Malgré les changements de conjoncture et leurs conséquences sur l'activité, cette situation contrastée est l'une des constantes des études Archigraphie. De même, d'autres tendances lourdes se confirment. Ainsi, la profession vieillit peu à peu, suivant l'évolution de la population française, et se féminise de plus en plus: chez les architectes de moins de 35 ans, la part de femmes monte continuellement et atteint presque la moitié en 2016.

Surtout, les jeunes architectes confirment leur tendance à rejoindre des cabinets en tant qu'associés plutôt qu'à exercer seuls, en libéral. À la fin de la période couverte, les deux types d'exercices, très dominants dans la profession, comprenaient environ le même nombre d'architectes, alors qu'au début des années 2000 les libéraux étaient trois fois plus nombreux. "Depuis 2004, les effectifs d'architectes associés ont nettement augmenté, en raison des difficultés associées aux conditions d'exercice de la profession en libéral et de l'appréciation des risques juridiques et financiers liés", explique l'étude, soulignant qu'il s'agit "bien d'un arbitrage des nouvelles générations d'architectes qui diffère de celui des générations précédentes".

(Avec AFP)

LaVieImmo.com - ©2018 LaVieImmo

Estimation de bien

Estimation de bien


Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)