Divers
LaVieImmo.com
DiversDiversvendredi 21 juin 2013 à 18h36

Frigide Barjot sommée de quitter son logement social


Frigide Barjot
Frigide Barjot
Frigide Barjot (©Wikimedia Commons)

Le bailleur social réclame le départ de l'ex-égérie de la Manif pour tous, qui ne respecte pas les termes de son contrat de bail. Une audience est fixée pour le début du mois de juillet.

(LaVieImmo.com) - La Régie immobilière de la ville de Paris (RIVP) confirme avoir délivré, « il y a une dizaine de jours », une assignation à l’encontre de Virginie et Bruno Tellenne (Frigide Barjot et son mari Basile de Koch), afin d’« obtenir la résiliation des baux des [deux] logements » qu’ils occupent dans le 15e arrondissement de Paris. Réunis en duplex en 2000, les deux appartements en question, dotés d’une terrasse privative, affichent une superficie de 173 m². Les Tellenne louent le tout pour 2 850 € par mois.

Utilisation contraire au bail

Mais ce n’est pas sur la faiblesse de ce loyer que les choses coincent. Dans son communiqué, la RIVP explique avoir envoyé son assignation « suite à l’occupation continue des lieux à usage commercial par la société « Jalons » ainsi que la sous-location » des lieux à cette même société. « Ces deux motifs constituent des manquements graves aux obligations des baux d’habitation consentis à M. et Mme Tellenne », ajoute le bailleur social. Contacté par LaVieImmo, celui-ci précise que ce n’est pas tant la domiciliation de l’entreprise qui pose problème que l’exercice continue d’une activité commerciale sur place. « Des mètres carrés normalement destinés à loger des locataires sont ici utilisés à des fins commerciales. C’est contraire au bail, il n’y a aucune ambigüité possible ». Ni d’autre issue, donc que l’injonction de quitter les lieux.

La RIVP a obtenu une audience devant le tribunal d’instance pour le début du mois de juillet mais n’a, à ce jour, reçu « aucune réponse des Tellenne ou de leur conseil ».

Pas d’acharnement

A Frigide Barjot qui s’estimait hier dans un entretien à l’AFP victime d’« une répression politique grave », la RIVP répond qu’« une centaine de procédures analogues pour « occupation anormale » sont actuellement en cours ». La régie nous a précisé à ce sujet que « même si une attention toute particulière a été portée au traitement de ce dossier sur le plan juridique en raison de l’attention médiatique qu’il risquait de susciter, la procédure suivie a été la même pour M et Mme Tellene qu’elle l’aurait été pour n’importe quel autre locataire en situation d’infraction ».

Estimez un bien : cliquez ici.

François Alexandre - ©2017 LaVieImmo
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)

  • 0 Reco 25/06/2013 à 17:42 par Dragon.Jade

    C'est triste pour elle... Mais elle aurait eu un petit délai de grâce parce que Delanoë voulait que la loi passe:
    http://www.lexpress.fr/ac tualite/politique/bertran d-delanoe-s-interesse-au- hlm-de-frigide-barjot_125 8688.html

  • 1 Reco 25/06/2013 à 09:06 par bltkid

    encore une qui donne des lecons de morales et qui occupe un logement social lool

  • 0 Reco 24/06/2013 à 18:42 par Pierre qui Roule

    Elle n'a vraiment pas mérité ça.

    Cette décision de Delanöé a des relents de collaboration. Ca me donne la nausée cet abus de pouvoir des apparatchiks socialo-colabo.

  • 0 Reco 23/06/2013 à 01:27 par La pieuvre

    La pauvre

  • 0 Reco 23/06/2013 à 01:27 par La pieuvre

    La pauvre