Divers
LaVieImmo.com
DiversDiversmardi 12 septembre 2017 à 17h26

L'idée du gouvernement pour baisser les APL sans léser les locataires


Le plan explosif du gouvernement pour le logement
Le plan explosif du gouvernement pour le logement
Le plan explosif du gouvernement pour le logement (©Mehdi Fedouach - AFP)

Selon le journal L'Opinion, l’exécutif compte tailler jusqu'à 50 euros par mois dans les aides personnalisées au logement versées directement aux bailleurs sociaux. Mais les gestionnaires des HLM ne pourront pas se rattraper sur les locataires en augmentant leurs loyers.

(LaVieImmo.com) - Emmanuel Macron avait prévenu qu'il souhaitait "aller plus loin" dans la baisse des aides personnalisées au logement (APL) décidée en juillet dernier. Rien n'est encore tranché, mais l'idée semble faire son chemin. Selon une information de L'Opinion, les APL versées directement aux bailleurs sociaux subiront une réduction pouvant aller jusqu'à 50 euros par mois, soit dix fois plus que les 5 euros de baisse annoncés en juillet dernier.

Estimez votre bien
Estimez votre bien

Type de bien :

Mais les locataires ne s'en rendraient pas vraiment compte, car la part du loyer qu'ils paient directement restera identique. Les bailleurs sociaux devront ainsi assumer seuls les conséquences de cette baisse du loyer qui leur est imposée par l'État. Comment est-ce possible? "L’exécutif va contraindre juridiquement les bailleurs sociaux du secteur réglementé à baisser leurs loyers, en ajoutant un article spécifique au Code de l’habitat" assure L'Opinion.

Augmenter le taux de rotation des appartements

Parallèlement, pour permettre aux Français les plus modestes qui sont en liste d'attente de bénéficier plus rapidement d'un appartement correspondant à leurs besoins et leurs moyens, les sociétés de HLM seront invitées à augmenter les surloyers payés par les ménages dont les revenus excèdent de plus de 20% les plafonds de ressources (soit 4% du parc HLM), écrit L'Opinion.

Toujours selon le journal, la contrepartie à cette baisse des loyers imposée aux bailleurs sociaux serait de geler le taux du livret A, dont une bonne partie des fonds, centralisés à la Caisse des dépôts, sert à financer le logement social. Il resterait pendant deux ans à 0,75%, un niveau historiquement sans précédent. Ce gel permettrait aux organismes HLM de continuer à bénéficier de conditions de financement favorables mais il pénaliserait aussi les 55,8 millions de Français qui détiennent un livret A, alors même que depuis le début de l'année, l'inflation dépasse 0,75%.

Julien Mouret - ©2017 LaVieImmo
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...