Connexion

Mot de passe oublié Pas encore de compte ?
Divers
LaVieImmo.com
DiversDiversvendredi 13 mars 2020 à 10h09

La trêve hivernale prolongée, il n'y aura pas d'expulsion locative avant la fin du mois de mai


4.000 à 5.000 familles concernées par l'extension de la trêve hivernale
4.000 à 5.000 familles concernées par l'extension de la trêve hivernale
4.000 à 5.000 familles concernées par l'extension de la trêve hivernale (©Lionel Bonaventure - AFP)

Le gouvernement a annoncé qu'il allait reporter de deux mois la fin de la trêve hivernale. Pour le ministre du Logement, cette décision pourrait protéger jusqu'à 5.000 familles.

(BFM Immo) - La décision du gouvernement de reporter de deux mois la fin de la trêve hivernale dans le contexte de la pandémie de coronavirus pourrait protéger "4.000 à 5.000 familles", a affirmé le ministre chargé du Logement Julien Denormandie sur RTL. "Concrètement, il n'y aura pas d'expulsion locative jusqu'à la fin du mois de mai, il n'y aura aucune utilisation de la force publique" en cas de décision de justice autorisant une expulsion, a détaillé Julien Denormandie. Soit potentiellement "4.000 à 5.000 familles qui se trouvent protégées et ne vont pas finir à la rue".

Habituellement, entre le 1er novembre et le 31 mars, les expulsions locatives sont interdites et des places supplémentaires dans les centres d'hébergement d'urgence sont ouvertes pour accueillir les sans-abri pendant les périodes de froid. Pour les propriétaires, "s'il y a une décision de justice portant expulsion et qu'il n'y a pas d'utilisation de la force publique, l'Etat engage sa responsabilité et doit indemniser le propriétaire", a assuré le ministre du Logement en pointant aussi qu'"à situation exceptionnelle, mesure exceptionnelle".

14.000 places d'hébergement d'urgence maintenues

En outre, le gouvernement va maintenir les 14.000 places d'hébergement d'urgence qui devaient fermer fin mars "jusque fin mai", parce qu'il est "inconcevable dans une période de crise sanitaire que des hommes, des femmes voire des enfants se retrouvent à la rue", a dit Julien Denormandie. "Ça l'est déjà en temps normal mais en temps de crise sanitaire c'est totalement inacceptable".

Dans un communiqué publié peu de temps après le passage de Julien Denormandie sur RTL, son ministère a annoncé qu'"au-delà du 31 mai, jusqu'à 7.000 de ces places ouvertes initialement pour l'hiver seront transformées en places pérennes ouvertes tout au long de l'année". Les associations de lutte contre l'exclusion ont salué jeudi "une bonne nouvelle" après l'annonce inédite par Emmanuel Macron d'une prolongation de la trêve hivernale.

Avec AFP

D. L. - ©2020 BFM Immo

Estimation de bien

Estimation de bien


Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)