Connexion

Mot de passe oublié Pas encore de compte ?
Divers
LaVieImmo.com
DiversDiversvendredi 23 mars 2018 à 17h12

Le pacte de préférence n'est pas un droit de préemption


(BFM Immo) - Etre bénéficiaire d'un "pacte de préférence" en cas de vente d'un bien déterminé ne donne pas la certitude de devenir propriétaire. Car si la vente se faisait finalement au bénéfice d'un autre acquéreur, il faudrait, pour obtenir l'annulation, que le bénéficiaire du pacte prouve avoir été sciemment évincé par l'acquéreur, juge la Cour de cassation.

En 2006, elle avait déjà déclaré que pour recevoir des reproches, ce "tiers acquéreur" devait avoir connaissance, au moment de la conclusion du contrat, de "l'existence du pacte de préférence et de l'intention du bénéficiaire de s'en prévaloir". La preuve de ces deux éléments est jugée délicate par un magistrat.

De plus, l'engagement du propriétaire de proposer prioritairement à quelqu'un de traiter avec lui pour le cas où il déciderait de vendre n'engage que lui-même personnellement. S'il s'agit d'un bien commun avec son épouse, celle-ci n'est pas forcément engagée, a rappelé la Cour. Ce qui crée une difficulté supplémentaire.

Par ailleurs, rappellent les juges, le pacte de préférence n'est pas un droit de préemption. Il est beaucoup moins sûr pour son bénéficiaire. Il s'agit seulement du droit de se voir proposer l'achat d'un bien en priorité si ce bien venait à être vendu. Cela avant toute discussion sur le prix et les conditions particulières, de sorte que l'acquisition est loin d'être certaine.

Enfin, si le bénéficiaire du pacte a été évincé, il pourra se contenter de dommages-intérêts, sans obtenir nécessairement l'annulation de la vente ou sa substitution à l'acquéreur. La préférence peut aussi porter sur un projet de location ou de donation.

Avec AFP

LaVieImmo.com - ©2020 BFM Immo

Estimation de bien

Estimation de bien
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)