Divers
LaVieImmo.com
DiversDiversmercredi 10 octobre 2018 à 15h16

Un propriétaire sur quatre a déjà été confronté à des loyers impayés


Deux locataires sur trois ont eu des difficultés à louer leur logement.
Deux locataires sur trois ont eu des difficultés à louer leur logement.
Deux locataires sur trois ont eu des difficultés à louer leur logement. (©Mychele Daniau - AFP)

Les propriétaires ont conscience des difficultés que connaissent les locataires pour louer un logement. Pour autant, ils ne sont pas prêts à abandonner leurs critères de sélection pour éviter les impayés.

(LaVieImmo.com) - Propriétaires et locataires se comprennent. C'est l'enseignement de l'étude* d'OpinionWay pour Youse, jeune startup et filiale à 100% de CNP Assurance, spécialisée dans la garantie locative. Si ce constat est certes rassurant, cela n'empêche pas à deux locataires sur trois d'avoir des difficultés à louer un logement. Et ce pour une raison simple: les critères de sélection pour accéder à la location ne correspondent plus aux évolutions de la société. Pourtant, les propriétaires ne sont pas prêts à les abandonner.

Le sondage d'OpinionWay montre que 52% des propriétaires estiment que louer un bien est difficile du point de vue du propriétaire. Un écueil dont sont conscients les locataires puisqu'ils sont 51% à penser que cette démarche est compliquée pour le propriétaire. Inversement, 68% des locataires estiment que trouver un logement à louer est ardu, contre 57% des propriétaires. Chacun a donc une bonne perception de la complexité des démarches de l'autre.

Les enjeux financiers, critère numéro 1

Sans surprise, les inquiétudes des propriétaires portent, en grande partie, sur les enjeux financiers. Les loyers impayés sont une crainte pour 79% des propriétaires et les retards de paiements pour 71% d'entre eux. La dégradation du bien est aussi une source de stress, puisque cela tracasse 77% des propriétaires. Ces angoisses ne sont pas sans fondement. Un propriétaire sur quatre (24% des sondés) déclare avoir déjà été confronté à des impayés et 32% des propriétaires interrogés ont déjà fait face à des retards de paiement.

Pour se rassurer, les propriétaires s'appuient donc sur des critères drastiques – être en CDI, gagner trois fois le montant du loyer et avoir des garants solides. Les propriétaires l'avouent, lorsqu'ils choisissent un locataire, le critère du revenu a joué un rôle important dans 84% des cas, la situation professionnelle dans 82% des cas et le revenu du garant dans 71% des cas. Des critères qui passent donc avant la sympathie (60%), la situation personnelle (59%) ou l'apparence globale (54%). On notera aussi que l'âge (36%), la nationalité (32%), l'origine sociale (30%) ou l'orientation sexuelle (12%) sont cités comme des critères importants, alors qu'un propriétaire ne peut pas refuser un locataire en raison de son origine ethnique, sa nationalité, son âge, son apparence physique, sa religion ou encore son orientation sexuelle. Il s'agit alors de discrimination punie par la loi, comme le rappelle l'article 1 de la loi du 6 juillet 1989.

Les exigences des propriétaires sont par ailleurs parfois déconnectées de la situation réelle des locataires. Ainsi aujourd'hui, "87% des contrats de première embauche sont en CDD", affirme Luc Balleroy, directeur général d'OpinionWay. "Le nombre de freelance a doublé ces 10 dernières années", renchérit Olivier Bazin, co-fondateur de Youse. Et il ajoute: "Avec la hausse des loyers dans des grandes villes comme Paris, gagner trois fois le loyer est mission impossible". D'après l'étude, trouver un logement avec un loyer trois fois inférieur à son salaire est le critère le plus difficile à remplir. Il est cité comme une étape difficile lors de la recherche d'un bien à louer pour 60% des locataires. Les propriétaires en sont d'ailleurs conscients à 71%. Pourtant, seuls 25% des propriétaires pourraient envisager de baisser le niveau minimum de salaire exigé.

Des règles très sélectives

Concernant la situation professionnelle, 88% des locataires estiment que la démarche de location est plus difficile lorsque le locataire n'est pas en CDI. 74% des propriétaires s'avouent plus réticents à louer lorsque le locataire n'est pas en CDI. Et disposer d'un garant est un critère important pour 7 propriétaires sur 10. Mais c'est également la deuxième plus grande difficulté du parcours pour le locataire. 38% ont eu du mal à en trouver un. Sur ce point, 60% des propriétaires sont conscients que c'est une étape difficile pour un locataire.

Les locataires ne sont donc pas contre les règles, mais "les règles du marché de la location doivent évoluer pour être en phase avec les évolutions de la société. La confiance ne doit plus être fondée uniquement sur le CDI, mais sur le critère objectif et mesurable de la capacité à assumer son loyer chaque mois". L'étude montre que 29% des locataires ont déjà essuyé un refus et parmi eux, 86% estimaient pourtant être en capacité de payer leur loyer tous les mois.

*Sondage réalisé en ligne par OpinionWay pour Youse du 11 au 20 septembre 2018 auprès d'un échantillon de 1178 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas (en fonction des critères de sexe, d'âge, de catégorie socioprofessionnelle, de catégorie d'agglomération et de région de résidence).

Diane Lacaze - ©2018 LaVieImmo

Estimation de bien

Estimation de bien


Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)