Fiscalité
LaVieImmo.com
FiscalitéFiscalitémercredi 21 mars 2012 à 10h22

Les derniers errements du Scellier


Le dernier faux-pas du Scellier ?
Le dernier faux-pas du Scellier ?
Le dernier faux-pas du Scellier ? (©dr)

Le dispositif d’incitation à l’investissement locatif n’a pas fini de faire parler de lui. L’UFC Que Choisir déplore l’éligibilité de communes, comme Le Puy-en-Velay, qui sont loin d’en avoir besoin. De son côté, Immogroup Consulting montre la difficile situation de Montauban, qui peine à se relever des ravages des précédentes défiscalisations.

(LaVieImmo.com) - Peut-être sur la fin, mais toujours sur le grill. L’amendement Scellier arrive à échéance le 31 décembre 2012. Instauré en 2009, il était présenté comme destiné à relancer les mises en chantier tout en permettant à certains de se loger. Si son bilan est encore incertain, les exemples de son in Efficience dans certaines localisations sont à nouveau sous les feux de l’actualité. Ainsi, l’association de consommateurs UFC-Que choisir déplorait-elle, encore il y a quelques jours, la décision prise par le gouvernement fin 2011 de rendre éligibles de nouvelles communes au Scellier : le Puy-en-Velay (Haute-Loire), les Herbiers (Vendée), Bousse (Moselle), Sainte-Pazanne et Clisson (Loire-Atlantique). Autant de villes où le besoin en logement est loin d’être avéré…

Pas le « potentiel locatif suffisant »

L’UFC de citer la cellule d’études du groupe Omnium finance, spécialiste de cet investissement, qui estime que « 40 % des communes éligibles, soit 2 300 sur 5 400, n’offrent déjà pas un potentiel locatif suffisant. Et ce ne sont pas les nouveaux arrivés qui vont faire remonter la moyenne ». L’association juge que le cas du Puy-en-Velay (dont le maire n’est autre que Laurent Wauquiez), « enfonce tous les autres » : la commune a en effet perdu 20 % de sa population depuis les années 1980, aucune tension sur le marché locatif n’est constatée localement par les professionnels, et les loyers y sont de surcroît très abordables.

Un «usage non maîtrisé » de la défiscalisation

De son côté, le cabinet d'experts Immogroup Consulting, avec à sa tête Jean-Michel Ciuch, fait le bilan ce matin des investissements locatifs à Montauban. « Un excellent exemple des conséquences à moyen terme de l’usage non maîtrisé de la défiscalisation immobilière ». La commune avait en effet déjà souffert par le passé des « dérives » d’un autre dispositif de défiscalisation immobilière, le Robien, au même titre que des villes comme Albi ou Limoges.

Ainsi, l’étude du chef-lieu de département du Tarn-et-Garonne met en avant un fort étalement urbain, un fort taux de chômage (12,9 % contre 10,5 % au niveau régional), ou encore un faible revenu mensuel médian par habitant. Une situation en soi peu avantageuse, que n’épargne pas aujourd’hui le déficit de confiance des investisseurs. Immogroup invite à réfléchir à « des mesures à mettre concrètement en œuvre pour en éviter à l’avenir les écueils » de la défiscalisation immobilière. Le seul hic, jusqu'à présent, les mesures incitatives à l'investissement locatif se suivent, et se ressemblent... un peu trop.

Retrouvez les loyers au m², ville par ville

Léo Monégier - ©2017 LaVieImmo
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)

  • 0 Reco 21/03/2012 à 17:54 par hé-hé

    sont insensées ses mesures ) Si le loyer couvre les mensualités de crédit celui qui a acheté, pourquoi le locataire ne peut pas acheter directement ce bien ?

    Avec l'argent publique l'état aide les riches et pas les pauvres...

  • 0 Reco 21/03/2012 à 13:34 par Kasstoipovkon

    C'est la pénurie en France )))))))))))))

  • 0 Reco 21/03/2012 à 12:25 par lulu

    Finissons en avec ça ... ça n'a que trop duré.