Forum
LaVieImmo.com

Forum Achat-Vente

Nouveau sujet

Acheter ou louer ?...

1 Reco 18/11/2018 à 15:25 par AlamoFreeze

Bonjour à tous,

J’ai 33 ans, actuellement locataire, célibataire, un peu d’épargne (assurance vie et PEL notamment), et en réflexion sur l’utilisation et les stratégies à faire dans le futur.

Je m’inscris sur ce forum car le monde de la finance et de l’investissement m’est presque totalement inconnu, et je cherche à en apprendre d’avantage et à recevoir des conseils.

Voici le détail de mon épargne :
sur mon assurance-vie : 40 000 €
Sur mon Plan épargne logement ouvert en 2003 : 8 000 €
Sur mon livret A : 20 000 €
Sur mon épargne salariale : 3000 €

Mon épargne a été constituée par une donation de mes parents (placés sur l’assurance-vie) et à ce que j’ai pu mettre de côté lorsque j’étais salarié mais que j’étais encore hébergé chez mes parents. Depuis, il est plus compliqué d’épargner régulièrement.

Je suis actuellement salarié, en CDI, célibataire et en location (environ 600€ /mois) dans une grande ville.
Je me pose actuellement de nombreuses questions.
Je vais prochainement m’installer avec ma copine, et nous réfléchissons sur la pertinence d’acheter ou de louer un appartement.
À nous deux, nos revenus nets s’élèvent à environ 2500 € par mois (2000 pour elle, 1500 pour moi).

Au-delà du débat entre la location et l’achat, je cherche surtout à voir quel est le choix qui nous correspond le mieux, à la fois en fonction de notre situation financière mais aussi (surtout) en fonction de notre état d’esprit.
Malgré mon épargne, je n’ai jamais osé/souhaité acheter un logement, sans doute car très peu intéressé et connaisseur, mais également par gout de la liberté, de la mobilité, et peur des charges imprévues.

Dans mon esprit, l’épargne me servait plutôt de sécurité en cas de pépin, pour des dépenses ponctuelles, ou en cas de projet davantage professionnel (formation, création d’entreprise, etc).
Ma copine a 38 ans, et très peu d’épargne (4000 €). Ses parents n’ayant pas de patrimoine, elle n’a pas de garantie financière et a peur de l’avenir, et notamment de la retraite "comment fera-t-on quand on aura une minuscule retraite et que l’on ne sera pas propriétaire". C’est aussi le discours que l’on entend beaucoup autour de nous et qui finit par nous influencer. Comme moi, elle est peu connaisseuse de tout ce qui relève de l’investissement.

À terme, mon/notre objectif est de maintenir le train de vie que nous avons actuellement, et d’avoir une forme de sécurité financière.
Autour de nous, tout le monde nous conseille d’acheter, de ne pas hésiter, que les taux d’emprunt sont extrêmement intéressants, et également d’utiliser environ la moitié de mon épargne en tant qu’apport.

De mon côté, je suis perdu : l’avenir me semble encore incertain. Nous avons un projet d’enfant mais que pour le moment nous ne parvenons pas à concrétiser. Je ne sais pas s’il est pertinent de faire des choix importants d’investissement sans avoir des certitudes à ce niveau-là, étant donné que cela changera la donne financière.

Je me demande s’il ne serait pas plus intéressant et tranquillisant de chercher tout simplement à épargner davantage pour sécuriser l’avenir, tout en restant locataire.
Les biens qui nous intéresseraient sans faire trop de sacrifice sur nos critères sont minimums à 250 000 € actuellement.

En location, nous pourrions trouver quelque chose aux alentours de 900 € environ.

En matière de "profils", nous ne sommes pas des flambeurs, ce qui explique que je n’ai jamais touché de manière importante à mon épargne pour des dépenses "plaisir" ou superficielles. Cependant, nous sommes d’un naturel plutôt inquiet, et ne voulons pas nous retrouver prisonniers d’angoisses propres aux propriétaires (Travaux, charges, pertes de valeur, taxes, manque de liberté si nous souhaitons changer de vie, temps à consacrer etc.)

Mon niveau de connaissances et de réflexion est sans doute bien naïf au vu de l’expertise que j’ai pu constater en parcourant le forum.

Cependant, quand je cherche des conseils autour de moi, ce sont des conseil "parti pris". C’est pourquoi je préfère exposer ma situation factuelle à une communauté neutre et experte pour pouvoir faire les meilleurs choix possibles.

Merci beaucoup par avance.


0 Reco 18/11/2018 à 16:10 par MisterHadley

Neutre..!? Tu plaisantes, là..!

Un pti billet et hop, on te dit tout et n'importe quoi qui te plaira de lire..! =)

J'ai lu ton histoire, et ce que je retiens, c'est que tu n'es pas marié...

Tu as 33 ans, ta chérie 38 ans...

Et si elle ne s'est pas déjà "reproduite" avec toi, ou éventuellement avec un autre avant toi, à 38 ans, elle y pense forcément...

Alors, tout ce que tu dis, c'est surement bien gentillet tout plein mais c'est plus que secondaire, dès lors que tu ne sais déjà pas où tu vas dans ta vie privée...

Tout part de là...

Une fois que tu sais ce que tu veux, ou ne veux pas dans ta vie, tu construis tout le reste en rapport ensuite.

Plus généralement, à 33 et 38 ans, ne vous leurrez pas : il n'y aura plus rien dans les caisses de retraite lorsque vous en aurez l'âge d'ici 30 - 35 ans...

Vous avez également de très fortes probabilités de ne pas aller au terme de vos carrières respectives, même si vous étiez actuellement "fonctionnaires"...

Ce n'est donc plus simplement vos retraites qu'il vous faut dès maintenant prévoir, mais vos revenus "d'actifs" en plus de ceux de la retraite, qu'il vous faut financer vous-même, si vous voulez avoir un avenir, et une fin de vie décente.

Ne tardez pas.

Ne jamais oublier "La cigale et la fourmi"

Message edité 18/11/2018 à 16:18
0 Reco 18/11/2018 à 20:29 par AlamoFreeze

Merci pour votre réponse,

En effet, nous nous sommes bien sur poser la question des enfants et nous sommes bien conscients que cela a un impact.

Avoir un enfant un projet, mais pour le moment nous ne parvenons pas à le concrétiser. Comme c'est une variable qu'on ne maitrise pas, que les choses peuvent encore prendre des années... Et ne pas se produire.. Nous aimerions prendre la décision avant pour le logement.

A vous lire, la question de l'achat ne se pose même pas si l'on souhaite un avenir le plus serein possible.. Quelle proportion d'apport conseillez vous ? Pour garder quand même une épargne sécurisante...

0 Reco 18/11/2018 à 20:36 par MisterHadley

Relis ce que j'ai dit plus haut : tu dois sécuriser ton avenir dès maintenant, et pas avec ce que tu as, mais avec beaucoup plus que ça..!

Tu dois définir ton niveau de revenus "idéal"...

Et ensuite, investir pour l'obtenir... et le garder à vie, et même au delà ensuite, si tu as descendance...

Ca va bien au delà d'acheter ou de louer sa résidence principale...

Pour être plus clair : acheter sa résidence principale pour ensuite être pleinement propriétaire de son logement à l'âge de la retraite, oui, c'est impératif, mais ça ne suffit plus, maintenant...

Il faut plus, beaucoup plus, et bien avant la retraite...

Poses-toi simplement cette question : avec ce que tu dis avoir en "épargne", combien de temps celle-ci durerait-elle pour te faire vivre, avec ta chérie, si vous n'aviez plus vos salaires actuels pour payer les factures que vous avez à payer...

Un an, deux ans..? Trois peut-être..?

Et après, il se passerait quoi, d'après toi...

Tout est là...

Message edité 18/11/2018 à 20:38
1 Reco 19/11/2018 à 10:31 par lael

Après ce qu'il faut également se dire, c'est que les conseils qu'on peut entendre ne sont pas forcément adaptés à la vie d'aujourd'hui.

Avant, la norme c'était de se poser à un endroit, d'acheter sur place et d'y faire toute sa carrière professionnelle.
Et beaucoup sont restés bloqués sur ces conseils "vieille école" car c'est ce qui se répétait de génération en génération jusqu'à présent.
Mais ce n'est plus adapté à la vie d'aujourd'hui.

De nos jours, avant environ 40-45 ans, les couples sont beaucoup plus mobiles et sont amenés à changer de nombreuses fois de résidence principales.
Pareil au niveau professionnel, il est de plus en plus rare que quelqu'un fasse toute sa carrière au même endroit, même dans la fonction publique.
Et je pourrais aussi parler de 60% des couples qui finissent en séparation (ce que je ne vous souhaite pas) et rend le partage des biens compliqué.

Pour ces raisons ce n'est peut-être pas forcément la meilleure solution de chercher à tout prix à acheter sa résidence principale comme tout le monde aura tendance à vous conseiller.
C'est un choix qui doit être mûrement réfléchi et qui doit dépendre uniquement de vos objectifs professionnels mais surtout personnels à long terme.

Car en général pour l'achat d'une résidence principale il y a l'effet coup de cœur et vous faites rarement une très bonne affaire, surtout sur un premier achat.
Ce qui fait que si vous devez revendre au bout de 5ans (ce qui est plus que probable au vue des statistiques actuelles) pour déménager, vous y perdrez énormément, que ce soit en terme de moins-value ou en ce qui concerne les frais de notaires et bancaires que vous aurez dû payer.
Du coup en général il faut être sûr de rester au moins 6-7ans au même endroit pour que l'achat de résidence principale soit plus intéressante que la location.

Une solution intermédiaire pourrait être de vous constituer une épargne : verser mensuellement sur une assurance vie ou autre que vous pourrez débloquer pour acheter votre résidence principale avant votre passage à la retraite ou quand vous déciderez de vous installer durablement quelque part.
Si vous avez accès à un PERCO ça peut en particulier être très intéressant, car l'entreprise viendra effectuer des abondements à vos dépôts et l'achat de résidence principale fait parti des conditions de déblocage anticipé.
Un investissement locatif peut également être une bonne idée car en choisissant un bien qui s'auto-finance, il ne vous coûtera aucun effort d'épargne et vous pourrez le revendre pour acheter ensuite votre résidence principale.

Bref les possibilités sont multiples et je reste convaincu que, statistiquement, dans la plus part des cas, acheter sa résidence principale quand on est encore jeune ce n'est pas forcément la meilleure stratégie.

Message edité 19/11/2018 à 12:49
0 Reco 19/11/2018 à 12:31 par MisterHadley

C'est old school aussi, ce que tu prônes, lael...

Faut aller bien plus loin que ça, plus vite et plus fort, maintenant...

Le temps joue contre toutes les cigales..!

Il faut pouvoir être en mesure de financer sa vie, sans revenus du "travail" classique, et le plus tôt sera le mieux...

Je donne un exemple :

Imaginons un djeuns de 18 ans, gars ou fille, peu importe...

A part le "service national universel" à 16 ans, pour garçons et filles dès le prochain mois de juin, il n'y a rien pour lui dans ce que lui propose maintenant la société actuelle, sinon être une pompe à pognon qui devra financer encore plus la "collectivité" que la génération actuelle, pourtant déjà au bord de la rupture (gilets jaunes et assimilés)...

Chômage structurel de masse, réchauffement climatique, pollution à outrance, bouffe industrielle... et aucune retraite évidemment...

Certains tenteront leur chance en se disant qu'ils y arriveront, et ils ont raison...

Mais la première des libertés est de choisir sa vie...

Si le djeuns en question, gars ou fille, n'a pas envie d'être l'esclave perpétuellement asservi de la société, ni d'être une énième statistique de plus à pôle emploi tôt ou tard, et ne veut donc pas des schémas préfabriqués d'avant pour son avenir...

Il va donc le plus vite possible faire en sorte de s'auto financer seul, non seulement en tant que "actif", mais encore plus ensuite lorsqu'il sera lui-même en âge (théorique) de la retraite...

La Nation ne tient plus ses engagements sur le long terme, maintenant, ce ne sont plus que des illusions qu'il ne faut pas attendre de perdre définitivement pour se réveiller bien trop tard à ce moment-là...

Et j'estime personnellement que ce type de démarche se devrait d'être plus que très vivement encouragé, puisqu'en s'auto-finançant, le djeuns en question ne sera ainsi pas une charge financière pour la société...

Et en plus, il sera libre de faire ce qu'il veut, quand il veut, etc, etc...

Sans compter qu'il ne viendra pas en concurrence avec les autres djeuns qui, eux, resteront sur les voies classiques préfabriquées d'avant, notamment celles du "travail" classique...

Et comme il est inévitable qu'il y aura moins de "travail" classique à l'avenir, mais beaucoup plus de postulants, raison de plus pour encourager l'auto-financement de celles et ceux qui auront ainsi tout compris...

0 Reco 19/11/2018 à 12:36 par MisterHadley

Il faut arrêter de n'être que des suiveurs, et privilégier d'être des précurseurs...

Il n'y a pas que "l'économie numérique", ni la fameuse "start up nation" qui se doit d'ouvrir la voie...

Il y aussi et SURTOUT l'innovation sociale..!

Quand les politicaillons qui sont censés être aux commandes l'auront enfin compris... la Nation se redressera enfin durablement, tout comme les déficits publics également...

Un proverbe chinois ne dit-il pas que :

"Quand un homme a faim, mieux vaut lui apprendre à pêcher que de lui donner un poisson" ..?

Message edité 19/11/2018 à 12:41
0 Reco 19/11/2018 à 13:02 par lael

Oui enfin être un précurseur c'est aussi prendre des risques importants.

Les gens préfèrent en général faire des choix avec un risque faible et maîtrisé en "bon père de famille"

0 Reco 19/11/2018 à 13:46 par MisterHadley

C'est encore un discours du passé, ça...

Selon les modèles d'avant, ceux qui étaient des précurseurs prenaient forcément plus de risques que les suiveurs...

D'où l'intérêt d'innover.