Connexion

Mot de passe oublié Pas encore de compte ?
Forum
LaVieImmo.com

Forum Achat-Vente

Nouveau sujet

Comment estimer la valeur d'un jardin ?

6 Reco 24/02/2011 à 16:07 par dragi

Bonjour

Je possède 4 ares de jardin au fond d'une parcelle en cul-de-sac et je souhaite acheter la même surface à mon voisin immédiat dont le fond de jardin est encore plus enclavé que le mien (non viabilisé et sans accès à part via mon terrain).
Mon projet est d'ouvrir un accès sur mon jardin et de construire sur les 8 ares ainsi obtenus.

Mon notaire me dit que le fond de jardin de mon voisin ne vaut pas grand chose (45 € l'are), étant donné qu'il est inaccessible et donc inconstructible en l'état.

A l'inverse, le service urbanisme de ma commune m'affirme que je dois acheter les 4 ares du voisin au prix du marché (entre 15 000 et 35 000 € l'are) : selon eux, le terrain est constructible, puisque je projette d'y construire une habitation...

Qui a raison ? Comment fixer la valeur exacte de ce terrain ?


10 Reco 24/02/2011 à 16:13 par marc19

Et votre voisin , il en dit quoi ? parce qu'à terme, c'est lui qui va déterminer le prix , constructible ou pas .........

12 Reco 24/02/2011 à 16:16 par marc19

Et 45 euros de l'are, c'est pas un prix , c'est aumone .

14 Reco 24/02/2011 à 16:19 par dragi

On se connait depuis plus de 30 ans : il est d'accord pour vendre, car ce bout de jardin l'encombre et il n'arrive plus à l'entretenir.
Mais nous n'avons pas encore discuté du prix, je voulais d'abord savoir ce que pouvait valoir ce terrain avant d'entamer les négociations.

Edit : 45 € l'are, c'est le prix que m'a indiqué mon notaire (je lui ai fait répéter 2 fois, car je pensais avoir mal compris ou qu'il voulait dire 45 € le m², mais non...)

Message edité 24/02/2011 à 16:21
8 Reco 24/02/2011 à 17:00 par Bernie

Entre 15 000 et 35 000 l'are......Rapide calcul: 150€/m².

Tout dépend où vous vous trouvez...... Pour la Creuse ça peut sembler cher, pour la région parisienne en revanche.....

Faites des recherches dans votre commune et alentours sur le prix des terrain. Faites une moyenne et proposez le prix.

Votre voisin sait que vous avez un projet de construction, il vendra au meilleur prix...

Message edité 24/02/2011 à 17:02
6 Reco 24/02/2011 à 17:21 par marc19

dragia écrit : On se connait depuis plus de 30 ans : il est d'accord pour vendre, car ce bout de jardin l'encombre et il n'arrive plus à l'entretenir.
Mais nous n'avons pas encore discuté du prix, je voulais d'abord savoir ce que pouvait valoir ce terrain avant d'entamer les négociations.

Edit : 45 € l'are, c'est le prix que m'a indiqué mon notaire (je lui ai fait répéter 2 fois, car je pensais avoir mal compris ou qu'il voulait dire 45 € le m², mais non...)
Si votre voisin est prêt à vous céder ce terrain, deux options s'offrent à lui ,
1/ Il a une âme d'opportuniste et vous demande un certain prix, plutôt un prix certain, à moitié chemin des extrêmes .
2 / Il estime que le prix que vous en donnez est insuffisant et préfère cultiver des pissenlits .
Votre notaire est singulier car le m2 à 0.45 euro du m2, soit 180 euros pour la totalité , c'est se moquer du monde .
Autant qu'il vous le donne .........................................

5 Reco 24/02/2011 à 17:21 par dragi

Oui, je compte bien lui proposer un prix plus décent que 45 € l'are.

Merci pour vos réponses et vos conseils ^^

1 Reco 24/02/2011 à 18:49 par oscar33

n'oublie pas dans le prix que tu va proposer à ton voisin que tu devra également payer des frais d'acquisition qui proportionnellement sont très élevés sur des petits montant.

7 Reco 24/02/2011 à 18:54 par dragi

Oui oui, je me suis déjà renseignée ^^
Mais merci de le rappeler malgré tout.

3 Reco 03/03/2011 à 14:51 par jbiloba

j'ai deux cas similaires:
dans le premier le voisin a ccepté au prix des jardins...
dans le second nous avons négocié ganant gagnant
le prix normal d'accord est le prix moyen au m² entre le non constructible et le constructible local
mais comme lui n'est pas demandeur de construire il serait par exemple "acceptable pour lui qu'il accepte 1/4 voire 1/3 du gain et vous 3/4 ou 2/3
frais d'acquisition et divers (1) déduits
(1) raccordement au réseau assainissement TLE etc ...
terrain viabilisé >> terrain simplement constructible en droit d'urbanisme
par ailleurs s'assurer du droit du sol par un CU récent avant compromis ou inclure les réserves

2 Reco 03/03/2011 à 15:22 par dragi

C'est exactement le calcul que j'ai fait et j'obtiens un prix 20 fois plus cher que le non constructible, mais encore 7 fois moins cher que le prix du terrain à bâtir (environ).

Mais pour l'instant, les négociations sont au point mort, car le voisin (son épouse plus exactement ) veut faire estimer le terrain par une agence immobilière locale...
Nous attendons donc sa proposition...


5 Reco 03/03/2011 à 15:31 par MisterHadley

Si l'urbanisme te dit qu'il est constructible, c'est qu'il est constructible... ;)

Même s'il n'est pas viabilisé ni rien...

Tu prends donc le m² médian entre le prix au m² le plus faible que tu trouves actuellement, et le plus élevé...

Soit m² le plus élevé - m² le moins élevé = A

Tu divises ensuite A par 2, soit A / 2 = B

Enfin, tu prends B ainsi obtenu, et tu l'ajoutes au prix du m² le plus faible, ce qui te donnera le prix médian au m² qui te servira de base d'estimation, base qu'il faudra ensuite affiner avec les spécificités du terrain, etc, etc, soit à la hausse, soit à la baisse...

Par contre, l'autre avec ses 0.45€ le m² peut retourner à l'école, hein... =)

1 Reco 03/03/2011 à 15:42 par MisterHadley

Si ton bled est le maizières dans le 6 2 près d'Arras, le prix médian se trouve à 50.15€ le m²...

Soit pour 4 ares ou 400m² un prix de base de 20060€...

De ces 20060€, à toi d'affiner suivant la configuration du terrain, ses qualités, ses défauts, etc, etc, à la hausse comme à la baisse...

Message edité 03/03/2011 à 15:44
4 Reco 03/03/2011 à 15:56 par dragi

Non non, le terrain n'est pas constructible : je suis allée à la Communauté d'agglomération qui s'occupe de délivrer les certificats d'urbanisme et le responsable (qui connaît bien la parcelle) m'a assuré qu'en l'état, le terrain n'est pas constructible (interdiction car en seconde zone non accessible).

EDIT : non, ce n'est pas le Maizières près d'Arras ^^

Message edité 03/03/2011 à 15:58
6 Reco 03/03/2011 à 16:01 par MisterHadley

Lequel, alors, parce que des bled de ce nom, y en a une tapée..?

C'est bien toi qui aura précisé ce point-là, n'est-ce pas..?

"A l'inverse, le service urbanisme de ma commune m'affirme que je dois acheter les 4 ares du voisin au prix du marché (entre 15 000 et 35 000 € l'are) : selon eux, le terrain est constructible, puisque je projette d'y construire une habitation..."

Donc, faudrait savoir ce que tu dis, non..?

Surtout que c'est le maire qui délivre les permis... et que tu dis aussi que tu veux racheter pour ensuite construire... ;)

Le COS de ton bled est à combien..?

Message edité 03/03/2011 à 16:03
0 Reco 03/03/2011 à 16:03 par dragi

Maizières-les -Metz (57)

3 Reco 03/03/2011 à 16:07 par MisterHadley

Médian à 87.81€ le m²...

Soit 35124€ à affiner ensuite...

4 Reco 03/03/2011 à 16:23 par MisterHadley

En fait, d'après les prix de ce qui s'est vendu par chez toi, tu serais bien en train de doubler ton estimé voisin que ça ne m'étonnerait pas, dis-donc... pas beau du tout, ça, hein... =)

Ton terrain, actuellement, ne vaut pas tripette car trop petit pour être construit...

Celui du voisin également...

L'association des deux terrains réunis en un seul devient constructible et tu fais jackpot sur le dos du voisin...

T'as pas honte, hein..!?

Ah, la, la... quelle misère... ;)

Parce que si tu devais acheter un terrain de 800m², tu devrais alors actuellement lacher un prix de 151.71€ le m² pour à peu près 800m², donc...

Soit grosso modo 121368€...

En rachetant une misère odieuse ton bon voisin, ami de 30 ans, tu t'embourgeoises immédiatement puisque la réunion des deux terrains, le sien que tu achètes plus celui que tu as déjà, te fais gagner une très confortable plus-value sans rien faire...

Scandaleux, non..? ;)

L'urbanisme de ta mairie a raison, donc, essayes d'attaquer sur le prix médian, ça coupera en gros la poire en deux sans trop se foutre de la face de ton voisin...

Vu que tu achètes son terrain avec la volonté manifeste d'y construire ensuite, tu devrais effectivement le payer plein pot, puisque c'est ta vraie motivation, et que maintenant, ces différents services le savent... ;)

Attaques au médian...

Parce que l'AI te démasquera très vite et va te mettre le prix plein pot...

Bah oui, leur pourcentage, ils ne vont pas s'asseoir dessus, hein... l'arroseur arrosé, quoi... ;)

Taxe foncière à terme, également...

Salut...

Message edité 03/03/2011 à 16:27
3 Reco 03/03/2011 à 16:35 par dragi

Mais je n'ai jamais caché que je voulais construire : c'est dans mon 1er post, relis bien, et j'y explique clairement que je veux ajouter la parcelle du voisin à la mienne pour en faire un terrain à bâtir !

Ensuite, je ne comprends pas ton raisonnement de plus-value : le terrain du voisin ne vaut pas grand chose, il ne prendra (dans le futur !) de la valeur que si j'y crée un accès via ma parcelle, ce qui sous-entend que je vais devoir acheter une servitude de passage, une servitude de tréfonds et que je devrai le faire viabiliser à mes frais !

Prenons les choses autrement : imagine que tu veuilles acheter une maison en ruines. Tu trouverais normal que le vendeur te la cède au prix fort sous prétexte que quand tu l'auras rénovée, elle vaudra le double ?

0 Reco 03/03/2011 à 16:46 par MisterHadley

dragia écrit : Mais je n'ai jamais caché que je voulais construire : c'est dans mon 1er post, relis bien, et j'y explique clairement que je veux ajouter la parcelle du voisin à la mienne pour en faire un terrain à bâtir !

Ensuite, je ne comprends pas ton raisonnement de plus-value : le terrain du voisin ne vaut pas grand chose, il ne prendra (dans le futur !) de la valeur que si j'y crée un accès via ma parcelle, ce qui sous-entend que je vais devoir acheter une servitude de passage, une servitude de tréfonds et que je devrai le faire viabiliser à mes frais !

Prenons les choses autrement : imagine que tu veuilles acheter une maison en ruines. Tu trouverais normal que le vendeur te la cède au prix fort sous prétexte que quand tu l'auras rénovée, elle vaudra le double ?
Et à ton avis, pourquoi te dis-je d'attaquer sur le prix médian, soit 35124€ les 400m² au lieu des 60684€ que tu devrais le payer en "constructible", d'après toi..?

Ce ne serait pas justement parce qu'il va instantanément devenir par ton acquisition "constructible", mais qu'il va te falloir lacher du pognon malgré tout..?

Hum..?

Bah oui... ;)

Sinon, pour ton exemple, il est justement très mal choisi, figures-toi, vu que des "ruines" comme tu dis, peuvent faire littéralement exploser une cotation d'un terrain par rapport à un autre identique mais qui n'en aurait justement pas...

Et pourquoi, ma bonne dame, allez vous m'dire..?

Parce que qui dit ruine, dit possibilité de reconstruction... ;)

Et il y a des endroits où des "ruines" valent des fortunes, justement parce qu'elles permettent de s'affranchir légalement d'obstacles insurmontables sans elles, justement...

Donc, oui, suivant les cas de figures, je trouverais ça légitime de monnayer des "ruines", oui...

N'oublies pas non plus que ton voisin n'est en rien obligé de te vendre quoi que ce soit, et que l'insulter par un prix misérable ne favorisera en rien l'obtention finale de son accord...

N'oublies pas non plus que sans son terrain, ton projet ne vaudra rien en comparaison de ce que tu penses en faire avec si tu l'obtiens...

N'oublies pas non plus qu'il peut aussi faire la même chose avec toi et vouloir te racheter... ;)

Proposes lui donc un prix décent, et donc, au minimum médian qui correspondra vraiment bien plus à la valeur vénale que des estimations grotesques à 0.45€ le m²...

Pour terminer, je rajouterai que proposer un prix lamentablement outrageant pourrait éventuellement faire annuler la transaction puisque celle-ci pourrait se voir requalifier "à vil prix" par exemple, alors qu'en fait, il y avait bien une intention connue d'enrichissement, etc, etc...

Te voila donc parée pour aller tailler plus sereinement le bout d'gras... ;)

A+

Message edité 03/03/2011 à 16:50
0 Reco 03/03/2011 à 17:28 par Bernie

dragia écrit : Ensuite, je ne comprends pas ton raisonnement de plus-value : le terrain du voisin ne vaut pas grand chose, il ne prendra (dans le futur !) de la valeur que si j'y crée un accès via ma parcelle, ce qui sous-entend que je vais devoir acheter une servitude de passage, une servitude de tréfonds et que je devrai le faire viabiliser à mes frais !Essaie de voir les choses différemment. Le terrain du voisin vaut justement quelque chose, puisqu'il est à coté du tien et vice versa...

Séparés vos deux terrains ne valent tripette, associés elle valent le prix du terrain constructible......

Donc une proposition médiane calculée en fonction du prix des terrains constructibles sur ta commune semble logique, si tu ne veux pas tomber ensuite dans une situation de voisinage à la Marcel Pagnol à vie.....


1 Reco 03/03/2011 à 17:37 par ludomaya

Moi je dis qu'il serait bon d'attendre l'estimation. Elle pourrait l'avantager...

J'ai eu le "même" souci il y a... près de 10 ans. J'habitais un appartement au rez-de-chaussée. Une ancienne loge de concierge était collée à l'appartement. Une loge située au Nord, entourée d'une petite cour avec de grands murs. On aurait pu l'habiter à renfort de gros gros travaux. Et cela aurait donné un studio ou un petit T2 au nord de chez nord, mal placé. Et qui, à mon sens, n'aurait pas valu grand-chose il y a dix ans.
L'intérêt, c'est que je pouvais le coupler à mon appartement et me rajouter une trentaine de bons m2... Ils auraient servi pour une chambre. Comme ils appartenaient à la copropriété, je les aurais racheté. J'ai donc fait estimer. Le gars m'a estimé ce bien une "misère". C'était très humide, pas isolé, sans toilettes ni salle d'eau. Bref, j'ai proposé de le racheter à la copropriété, ce qui aurait permis d'avancer quelques frais pour la création d'un ascenseur par exemple. Le gars du 5e a refusé.
Sans doute ne voulait-il pas que je m'enrichisse... Effectivement, je n'aurais pas été perdant. Je serais passé d'un appartement de 65 m2 à un appartement de 90 ou 100m2.
Aujourd'hui, je n'ai plus cet appartement. Mais je sais que cette loge est toujours vide, qu'elle ne sert à rien, qu'elle ne rapporte rien. Et que le gars du 5e monte encore les escaliers... Il y aurait pu y avoir discussion sur le prix. Mais on n'est même pas arrivé à ce point-là....

1 Reco 03/03/2011 à 17:44 par Bernie

Ton exemple sert d'exemple à tous points de vue. Dans le bon sens, comme dans le sens négatif.

Le gars du 5ème ne voulait pas que tu fasses une plus-value à la revente de ton appart. Se priver d'un ascenseur était pour lui le prix à payer. Il a préféré ça.
Par jalousie, par envie? La nature humaine est ainsi.......

Message edité 03/03/2011 à 17:58
2 Reco 03/03/2011 à 17:55 par Bernie

L'estimation par un AI , puis contre-expertise par un autre AI etc.....

1 Reco 03/03/2011 à 18:16 par ludomaya

Ben ça dépend, si la première estimation arrange tout le monde...

0 Reco 03/03/2011 à 18:20 par Bernie

Sûr que ça arrangerait tout le monde mais peu probable dans le cas présent.......

0 Reco 03/03/2011 à 18:38 par MisterHadley

Les copropriétés, c'est effectivement différent, et ce serait un calvaire...

Sinon, pour le terrain, il y a deux options :

Le prix médian, etc, etc, comme expliqué plus haut...

Option deux : estimation farfelue qui "arrange"... dans ce cas, autant prendre le grand guignolesque 0.45€ le m² en argumentant que c'est msieur l'notaire qui l'a faite, donc, forcément... ;)

Mais proposer n'importe quoi peut de plus se retourner contre soi...

Parce que le voisin peut vendre aussi à quiconque lui proposera la même somme dérisoire pour y faire un vrai jardin, ce qui annulerait absolument toute perspective d'embourgeoisement...

... mais comme lui n'est pas censé s'embourgeoiser dans l'histoire, vu qu'il a le rôle du dindon d'la farce... il pourrait donc se dire que d'autres pourraient être intéressés par son "jardin", lui s'en taperait puisqu'il en obtiendrait alors autant...

Et le voisin acquéreur aurait alors, lui, tout perdu... projet, ainsi que son "ami" voisin... ;)

0 Reco 03/03/2011 à 19:14 par ludomaya

Ouais, sauf que Mister, t'as pas bien lu. Le jardin n'est accessible que par le terrain de notre (nouvel) ami. Il est donc invendable en l'état... sauf pour notre ami.
Après, reste à savoir ce que le gars veut en tirer. Un tiens est mieux que deux tu ne l'auras. Surtout si ce bout de jardin n'est pas une priorité et qu'il ne s'en sert pas.

1 Reco 03/03/2011 à 19:36 par MisterHadley

ludomayaa écrit : Ouais, sauf que Mister, t'as pas bien lu. Le jardin n'est accessible que par le terrain de notre (nouvel) ami. Il est donc invendable en l'état... sauf pour notre ami.
Après, reste à savoir ce que le gars veut en tirer. Un tiens est mieux que deux tu ne l'auras. Surtout si ce bout de jardin n'est pas une priorité et qu'il ne s'en sert pas.
Si j'ai bien lu, t'inquiètes...

Via le terrain du voisin acquéreur potentiel...

Il y a donc déjà une servitude dessus au profit du voisin supposément vendeur...

De plus, là où tu te trompes, c'est que le voisin vendeur pourrait vendre à qui il voudrait, le voisin supposément acquéreur devrait malgré tout laisser un accès au terrain vendu... une servitude, quoi...

Donc, il est parfaitement vendable à quiconque...

Message edité 03/03/2011 à 19:37
1 Reco 03/03/2011 à 19:41 par ludomaya

Sauf si le terrain n'est pas accessible... Il ne peut être accessible que par la maison du vendeur et le terrain de notre ami. Si c'est le cas, le voisin ne vendra pas un terrain s'il doit servir le café le matin et préparer l'apéro le soir pour son acheteur...

1 Reco 03/03/2011 à 19:51 par MisterHadley

ludomayaa écrit : Sauf si le terrain n'est pas accessible... Il ne peut être accessible que par la maison du vendeur et le terrain de notre ami. Si c'est le cas, le voisin ne vendra pas un terrain s'il doit servir le café le matin et préparer l'apéro le soir pour son acheteur...Tu as dû zapper le principe de base, là, parce que c'est l'inverse, en fait..!

=)

Le voisin supposément acquéreur, lui, a une servitude obligatoire à laisser au voisin supposément vendeur... pas l'inverse..!

Donc, le voisin qui pensait refiler des nèfles pour acquérir le "jardin" d'à coté pour ensuite construire une baraque et s'en mettre plein les fouilles, a en réalité un terrain qui comporte une servitude de passage...

... donc, son terrain, sans celui de son voisin, ne vaut guerre mieux, vu que lui, bien que non enclavé de la même façon, aura par contre une obligation de servitude sur le sien... et c'est donc lui qui devra regarder un nouvel acquéreur éventuel passer sur son terrain sans ne pouvoir s'y opposer au cas où il proposerait une somme grotesque et que le supposé vendeur lui préfère un autre acquéreur qui proposerait sinon pareil (mais sans arnaque) voir plus, pour y faire vraiment un jardin...

;)


2 Reco 03/03/2011 à 20:30 par dragi

Faux ! Je n'ai pas de servitude de passage, je suis obligé d'en acheter une (je l'ai dit plus haut).

Ma parcelle m'a été donnée en héritage par ma mère : c'est le fond de son jardin. Le terrain est actuellement fermé sur 3 côtés, le 4ème étant l'accès par la maison de ma mère (accès impossible à agrandir pour y faire passer une voiture, car trop étroit).

Le seul moyen possible pour y faire passer une voiture est de percer le mur de gauche et d'acheter une servitude à la station service qui possède cette parcelle.

Donc ce que tu dis au sujet d'une obligation de servitude sur mon terrain ne tient pas.

0 Reco 03/03/2011 à 21:16 par ludomaya

J'avais donc vu juste. Ou je n'étais pas trop loin. Donc, le terrain n'a plus un grand intérêt, sauf pour l'actuel propriétaire, s'il souhaite revendre sa maison, plus tard. Donc, le prix dépend surtout de son bon vouloir.

Il y a parfois des gens qui ne seraient pas contre quelques milliers d'euros pour un terrain qu'ils n'utilisent absolument pas et qu'ils ne voient pas utiliser à l'avenir.

1 Reco 04/03/2011 à 02:05 par MisterHadley

dragia écrit : Faux ! Je n'ai pas de servitude de passage, je suis obligé d'en acheter une (je l'ai dit plus haut).

Ma parcelle m'a été donnée en héritage par ma mère : c'est le fond de son jardin. Le terrain est actuellement fermé sur 3 côtés, le 4ème étant l'accès par la maison de ma mère (accès impossible à agrandir pour y faire passer une voiture, car trop étroit).

Le seul moyen possible pour y faire passer une voiture est de percer le mur de gauche et d'acheter une servitude à la station service qui possède cette parcelle.

Donc ce que tu dis au sujet d'une obligation de servitude sur mon terrain ne tient pas.
C'est bien toi qui a dit dans ton premier message ce qui suit, n'est-ce pas..?

Je te cite :

"Je possède 4 ares de jardin au fond d'une parcelle en cul-de-sac et je souhaite acheter la même surface à mon voisin immédiat dont le fond de jardin est encore plus enclavé que le mien (non viabilisé et sans accès à part via mon terrain)."

A PART VIA MON TERRAIN

Nous sommes donc bien en présence d'une servitude sur TON terrain que TU dois laisser à TON voisin.

Donc, si TON voisin devait vendre à un tiers qui n'est pas TOI, TU devras laisser une servitude sur TON terrain au nouvel acquéreur comme tu en as déjà une actuellement...

Que ça te plaise ou non, c'est une obligation, et cette obligation figure sur ton acte de propriété et se voit cadastrée également.

CQFD.

Sur ce...

Bonne nuitée, les petiots... ;)

Message edité 04/03/2011 à 02:09
1 Reco 04/03/2011 à 03:04 par MisterHadley

Vu que ce jeudi était jour de fête avec la publication des derniers indices des prix...

Exceptionnellement, c'est nocturne, ce soir... ;)

Ton histoire, à la lecture des nouveaux éléments que tu as lachés de toi-même bien gentiment, s'avère donc se confirmer...

1 - le terrain d'origine qui contenait au départ ta parcelle, est, lui, bien constructible, puisque tu dis qu'il y a une maison dessus, et que tu auras ensuite reçu le fond de ce terrain constructible par succession, donc, après scission...

Le terrain du voisin que tu veux maintenant racheter pour des nèfles était donc de second rang à l'époque, il est devenu de troisème rang depuis la scission, et aura donc ainsi perdu toute sa valeur originale suite à la scission dont tu auras bénéficiée...

2 - le coté "pas joli joli" de la chose se confirme donc, vu que sans la scission, le voisin disposait d'un terrain qui valait bien plus qu'actuellement, la scission délibérée du terrain original ayant depuis créé ta parcelle ayant ainsi déjà "ruiné" le voisin en déclassant direct son terrain...

Et la scission n'étant pas la seule et unique option lors d'une succession, il s'agit donc d'un choix (la scission) volontaire et délibéré...

La scission aurait pu,de plus, être faite de façon à laisser malgré tout un accès, même minime, au terrain du voisin afin qu'il conserve par rapport au terrain original, son second rang d'origine...

Donc, le choix de la scission créant une parcelle lui coupant la servitude d'origine sur le terrain d'origine qui lui accordait donc son second rang a été faite ainsi volontairement, afin de le reléguer (son terrain) en troisième rang, le déclassant ainsi volontairement en terrain inconstructible en raison de ce nouveau et dommageable troisième rang, justement...

3 - Après avoir donc fait en sorte de déclasser le terrain du voisin en inconstructible suite à la scission, il s'agirait maintenant "comme par hasard" de vouloir racheter le "jardin" du voisin puisqu'il ne peut plus l'entretenir, comme tu l'auras toi-même précisé...

Devenu inconstructible, et de troisième rang, forcément, on cherche à le racheter une misère, histoire de le rouler une seconde fois dans la farine...

Devra t-on y voir là pourquoi il n'y aura pas eu de réponse sur le COS de ce terrain... ;)

Devra t-on y voir là également l'origine de la réponse faite par les services de l'urbanisme de la mairie qui, eux, aurait donc bien compris la combine, qui aurait ainsi consistée à faire déclasser un terrain constructible en inconstructible par cette combine de bas étage, pour ensuite le racheter à vil prix, et le rendre dans la foulée, par la réunification qui en découlerait alors, à nouveau constructible ensuite...

Bref...

Pas beau, tout ça...

Vraiment pas beau, même...

Et je trouve que poser des questions volontairement dissimulées dans un sujet faussement "innocent", c'est des plus malhonnêtes, et ne grandit aucunement la personne qui l'aura posée "innocemment"...

Ce type d'opération porte un nom, d'ailleurs...

Sur ce, je vais aller finir de festoyer après les bonnes nouvelles du jour... ;)

A+

0 Reco 04/03/2011 à 09:23 par dragi

Mais tu dis n'importe quoi ! Tes insinuations commencent vraiment à être pénibles !
Tu ne lis pas correctement mes posts, tu zappes la moitié des infos et tu en tires des interprétations insultantes !

Forum LaVieImmo.com

Voilà le plan cadastral :
- en vert clair le terrain de ma mère (seul accès possible par la rue au nord ouest, trop étroit pour laisser passer une voiture)

- en vert foncé le fond de son jardin, qu'elle m'a donné à la mort de mon père il y a plusieurs années. Pour l'instant j'y ai un potager et quelques arbres fruitiers. Je ne peux y aller qu'en traversant son propre jardin.

- en jaune la parcelle du voisin, exactement identique à celle de ma mère

- avec les étoiles, le fond de parcelle du voisin que je voudrais acheter

- les flèches rouges indiquent les servitudes déjà existantes qui traversent la parcelle sur laquelle se trouve une station service

- la flèche bleue montre la servitude que je dois acheter pour avoir accès à mon terrain (pour l'instant un mur clôt tout l'ensemble)

Tu vois bien que le voisin n'a qu'une seule possibilité pour atteindre le fond de son jardin, c'est la rue au nord ouest (et encore, à pied, car le passage est trop étroit pour une voiture) et que tout autre possibilité lui est impossible !

Et c'était déjà le cas avant que je ne reçoive mes 4 ares en héritage. Donc la scission ne l'a pas déclassé en troisième rang et ne lui a pas coupé une servitude d'origine, puisqu'il n'y en avait pas !

Pour ma part, je clos la discussion, car elle commence à dégénérer sérieusement.

Message edité 04/03/2011 à 09:26
1 Reco 04/03/2011 à 10:06 par ludomaya

hei, hei...
En revanche, ce sera intéressant que tu nous parles du prix final. Moi, ça m'intéresse, je suis curieux. Ou du moins ce que le voicin propose. Ou ce que l'AI a estimé. Cela conclura le sujet. Et on verra qui se sera planté...

Après, ne vois pas en mal ce que dit Mister, c'est un vieux grincheux qui a l'habitude de faire de bonnes affaires et qui n'accepte pas que d'autres en fassent ou qu'elles aient des idées pour en faire... ;)

3 Reco 04/03/2011 à 11:23 par MisterHadley

dragia écrit : Mais tu dis n'importe quoi ! Tes insinuations commencent vraiment à être pénibles !
Tu ne lis pas correctement mes posts, tu zappes la moitié des infos et tu en tires des interprétations insultantes !

Forum LaVieImmo.com

Voilà le plan cadastral :
- en vert clair le terrain de ma mère (seul accès possible par la rue au nord ouest, trop étroit pour laisser passer une voiture)

- en vert foncé le fond de son jardin, qu'elle m'a donné à la mort de mon père il y a plusieurs années. Pour l'instant j'y ai un potager et quelques arbres fruitiers. Je ne peux y aller qu'en traversant son propre jardin.

- en jaune la parcelle du voisin, exactement identique à celle de ma mère

- avec les étoiles, le fond de parcelle du voisin que je voudrais acheter

- les flèches rouges indiquent les servitudes déjà existantes qui traversent la parcelle sur laquelle se trouve une station service

- la flèche bleue montre la servitude que je dois acheter pour avoir accès à mon terrain (pour l'instant un mur clôt tout l'ensemble)

Tu vois bien que le voisin n'a qu'une seule possibilité pour atteindre le fond de son jardin, c'est la rue au nord ouest (et encore, à pied, car le passage est trop étroit pour une voiture) et que tout autre possibilité lui est impossible !

Et c'était déjà le cas avant que je ne reçoive mes 4 ares en héritage. Donc la scission ne l'a pas déclassé en troisième rang et ne lui a pas coupé une servitude d'origine, puisqu'il n'y en avait pas !

Pour ma part, je clos la discussion, car elle commence à dégénérer sérieusement.
MsieurDames, bien l'bonjour, même à ceux qui n'ont donc pas dit DU TOUT la vérité sur leur terrain.... ;)

Merci d'avoir mis l'extrait cadastral, qui démontre bien une fois pour toute qu'entre ce que tu auras dit et l'extrait cadastral, c'est le jour et la nuit...

En jaune, le terrain du voisin...

1 - Il n'est ni en troisième rang, ni même en second, il y a une maison dessus, et dispose de son propre accès, comme l'indique l'extrait cadastral...

2 - Avant de prétendre lui acheter quoi que ce soit comme "son jardin", faudrait déjà que celui puisse exister, ce qui n'est donc pas le cas, l'extrait cadastral le démontrant là aussi...

3 - Si l'on reprend donc tout ce que tu as dit, rien ne correspond donc avec cet extrait cadastral...

4 - Où est donc l'intérêt de raconter des trucs faux qui ne correspondent donc pas avec le cadastre que tu nous auras mis toi-même..?

5 - Toujours d'après cet extrait cadastral, c'est toi qui est en très facheuse posture, en fait, et pas le voisin, ce qui change, là aussi, toute la donne...

6 - L'estimation farfelue de 0.45€ le m² faite par un notaire, d'après ce que tu as dit aussi est encore plus farfelue, vu que le notaire aurait alors "estimé" un "jardin" qui, juridiquement, n'existe pas non plus, le voisin disposant d'un terrain constructible d'un seul tenant, sur lequel se trouve de plus sa baraque, et avec son propre accès, toi seul n'en a pas, ce qui donc, encore une fois, ne correspond en rien à ce que tu auras pourtant dit de toi-même...

Donc, effectivement, cette discussion n'a ni queue ni tête puisque c'est du grand n'importe quoi, tout ça... ;)

0 Reco 04/03/2011 à 12:21 par Bernie

Déjà faire son jardin potager sur une parcelle juste à coté d'une station service, perso, j'éviterai...........Archipollué....

0 Reco 04/03/2011 à 13:16 par Bernie

Force est de constater, à la lecture du plan cadastral, que le voisin jouit paisiblement de son jardin et ne demande rien à personne. Même pas besoin d'une servitude pour y aller, au fond.....

Le bout du terrain en héritage est finalement un cadeau empoisonné, dans tous les sens du terme.

Pour y édifier une bâtisse, non seulement dragi a besoin du fond du terrain de son voisin, il a besoin aussi de créer une servitude sur la parcelle de la station service. Ca commence à faire beaucoup........

C'est son héritage qui est enclavé, pas le jardin de son voisin. Petit malin.......

Message edité 04/03/2011 à 13:17