Connexion

Mot de passe oublié Pas encore de compte ?
Forum
LaVieImmo.com

Forum Achat-Vente

Nouveau sujet

Laissons les prix immobiliers s'effondrer

0 Reco 22/02/2010 à 17:25 par Bernie

C'est encore un peu long mais ça vaut la peine de le lire:

Du 19/02 dernier:
http://www.lesechos.fr/info/analyses/02035413 1479.htm

Extrait:
Depuis plus de quarante ans, la France a opté pour des aides à la personne permettant de cibler les populations pour qui le logement représente une charge financière trop importante. Ainsi, les aides person-nelles (APL, ALF et ALS) sont devenues un instrument incontournable qui représente plus de 70 % de l'ensemble des aides publiques versées pour le logement. Mais, ne nous y trompons pas, ce choix n'avantage en rien les locataires. En effet, la courbe d'offre de logements dans notre pays tend à être inélastique, c'est-à-dire que l'offre à court terme est stable ou varie peu. Ainsi, ce type d'aide n'est qu'une subvention déguisée faite aux propriétaires puisqu'il n'entraîne qu'une hausse de la demande qui conduit à une hausse des prix. Les conclusions de l'étude conduite par l'économiste Gabrielle Fack sont éloquentes : sur la période 1973-2002, entre 50 % et 80 % des allocations logement perçues par les ménages auraient été absorbées par les augmentations de loyer et donc captées par les bailleurs ; sans agrandir le parc locatif.

Agrandir ce parc est aussi l'objectif de l'amendement Scellier, introduit dans la loi de Finances rectificative de 2008 et censé remplacer à terme les lois Robien. Il permet une réduction d'impôt équivalente à 25 % du montant du prix du bien immobilier, sous réserve d'un engagement de location de neuf ans. Grâce à lui, les investisseurs peuvent donc acquérir un logement à un prix implicitement 25 % moins cher que celui proposé à un primo-accédant ! Est-ce vraiment convenable ?

La crise du logement est maintenant telle qu'il faut avoir le courage de mettre un terme aux aides personnelles et autres dispositifs législatifs qui confèrent au logement une sensationnelle valeur de refuge destinée aux investisseurs. Peuvent-ils en effet rêver mieux que d'un actif pour lequel l'Etat non seulement leur fait une ristourne de 25 % à l'achat mais aussi leur garantit un rendement (le loyer) très élevé à l'aide de subventions déguisées ?

La fin de ces aides permettra dans un premier temps aux prix de l'immobilier, artificiellement gonflés par les politiques publiques de logement, de s'effondrer d'au moins 30 %. Seuls seront touchés les spéculateurs. Le simple propriétaire de sa résidence principale peut en effet être rassuré puisque cette chute ne l'affectera pas : s'il vendra son bien moins cher, il en rachètera un lui aussi moins cher.


0 Reco 22/02/2010 à 18:05 par marc19

Tu nous mettrais bien sur la paille, hein !!! Bernie .

0 Reco 22/02/2010 à 18:09 par Bernie

Certainement pas marc. Les bailleurs ont leur utilité. C'est la spéculation qui est dénoncée dans l'article. Valeur refuge etc.......

L'idée que les 2000€-salariés et en dessous ne peuvent pratiquement plus acheter te réjouit tant que cela? Tout pour les bailleurs, donc?

0 Reco 22/02/2010 à 18:14 par Bernie

On peut trouver tous les astuces et montages du monde pour couper, scier, démembrer à fin de maintenir les prix, ça ne résoudra pas grand'chose pour avoir un logement familial digne de ce nom et en pleine propriété........

Message edité 22/02/2010 à 18:48
0 Reco 22/02/2010 à 18:21 par Bernie

J'ajouterai encore qu'heureusement les bailleurs existent car mes deux gamins seraient bien dans la daube.

Mais quand mes deux gamins (l'un à Paris et l'autre en proche banlieue) n'ont quasiment pas de perspective immédiate pour acheter un logement bien à eux, une chance que moi j'ai eu, tout en ayant des salaires décents, il me vient un goût amer dans la bouche.....

Message edité 22/02/2010 à 18:23
0 Reco 23/02/2010 à 07:51 par marc19

Bernie, si les prix , comme par enchantement, baissaient de 30 %, disons sur une année, la correction (pour employer un terme boursier) serait quasi immédiate .
Devenir propriétaire serait devenu accessible au plus grand nombre, donc, mais le rester est une autre affaire , car une majorité de gens lourdement endetté veulent continuer à vivre comme avant , sans se priver et sauf avoir des revenus qui explosent, il faut traîner boulet des décennies.
Cà peut laisser perplexe , non . Et la mobilité , elle, maintenent prônée dans le monde du travail, problèmes en perspective .......
J'ai été locataire j'usqu'à 35 ans et heureux, maintenant propriétaire et pas malheureux .
Si je me rappelle bien, en 71, je gagnais 1500 frs par mois avec un loyer de 450, tu vois , en fait, la charge est restée à peu prés identique .
Pour conclure, avec des taux fixes sur 15 ou 20 ans, exceptionnellement bas,il faut acheter maintenant car on ne pourra pas tenir bien longtemps en dessous de 4 %.
Notre "monarque en chef" voulait une France de propriétaire, je crois qu'il en est revenu .

0 Reco 23/02/2010 à 08:18 par MisterHadley

Maintenant, oui, et SURTOUT, à taux fixe... ;)

Sinon, les tout derniers sondages d'opinions sur la situation immobilière que perçoivent les français sont assez révélateurs...

... ils ont bien compris d'eux-mêmes où étaient leurs intérêts et ne se sont pas laissé monter l'bourrichon par les diseurs de mauvaise aventure...

:p

Message edité 23/02/2010 à 08:25
0 Reco 23/02/2010 à 08:23 par MisterHadley

Je rajouterai aussi que le titre de cette chronique sur les echos est assez drôle en elle-même...

Allez lire l'intégralité des commentaires qui lui font suite, y en a deux trois d'assez sensés et lucides...

Pour revenir au titre "Laissons..." faudrait voir à ne jamais oublier deux choses primordiales :

1 - Ce choix ne "nous" appartiens pas de "laisser" ou "ne pas laisser"

2 - Ce sont les français eux-mêmes qui font les "prix" de l'immobilier, et personne d'autres...

0 Reco 23/02/2010 à 11:54 par itaac

je sais que c'est pas le sujet mais le secteur agricole n'existe que par des subventions aussi.
Supprimons les et qu'arrivera t'il ? une baise des prix des légumes ?

Bizarre une analyse qui ne regarde pas plus loin que le bout du nez.
Même si je suis d'accord que le Scellier ne doit pas durer éternellement ni même être reconduit par une autre loi. Mais faudra voir en temps voulu.
Mais ce qui me plait aujourd hui dans la loi scellier c'est son "verdissement" qui avant la mise en place de la Rt 2012 oblige les promoteurs à proposer des biens BBC car dans le neuf si j'ai bonne mémoire, c'est plus de 50 % qui est vendu grâce au Scellier. Mais cette "obligation" de verdissement coute cher et pour l'instant, il est dur de proposer une nouvelle construction moins chère si les couts de construction augmente non ?
De plus il ne faut donc pas d'aides pour l'amélioration de l'habitat, si je suis l'article.

Bougeons nous plutôt pour redéfinir les fonctions de l'Etat. Plutôt que de vouloir être partout, confions lui les rôles essentiels à notre "bien-être".

J'aime bien la dernière phrase de marc. ;)

0 Reco 23/02/2010 à 12:11 par MisterHadley

Ce que je trouve dommage, moi, dans tout ça, c'est ce qui semble être toujours comme une "obligation" de devoir politiser les choses qui ne le sont aucunement...

L'immobilier, les retraites, etc...

Quand il n'y a plus de thunes, bah y a plus d'thunes, hein, que ce soit tel ou tel parti politique... ;)