Connexion

Mot de passe oublié Pas encore de compte ?
Forum
LaVieImmo.com

Forum Café

Nouveau sujet

Mandat de vente simple et emm....

3 Reco 04/07/2008 à 17:41 par daidai67

Bonjour,

Nous sommes actuellement en conflit avec une agence immobilière concernant la vente d’une partie d’un terrain dont nous ne sommes pas encore propriétaire.

Voici toute l’histoire :

1. Nous signons début avril 2008 un compromis de vente pour un terrain de 12 ares avec l’actuel propriétaire et y mettant comme clause suspensive (en plus de l’obtention du prêt), l’obtention d’un permis de construire. Nous souhaitons vendre la moitié pour des raisons financières.

2. Nous mettons une annonce sur Internet afin de trouver un éventuel futur acquéreur. Nous le faisons dans l’optique d’établir un compromis de vente une fois l’acte d’achat complètement réalisé. Début mai, nous sommes contacté par une agente immobilière qui se propose à passer chez nous pour proposer le bien à la vente « dans son réseau »

3. Là les ennuis commencent : Nous la faisons effectivement venir chez nous et nous l’informons tout de suite de notre statut de futur acquéreur elle nous répond « C’est pas grave je fais cela tout le temps ». Nous lui demandons s’il est légal de signer un mandat où des compromis de vente alors que nous ne sommes pas propriétaire, même réponse. Viens le moment de la signature du mandat (heureusement) simple, mandat dont nous connaissions que vaguement le terme et là à la question : « Cela nous engage à quoi exactement ?» Elle nous répond « a rien, c’est moi qui en est besoin légalement » Evidement, ce sont des réponses orales qui n’ont donc pas de valeurs quelconques, mais cela nous rassure idiotement et nous signons. Inutile de préciser qu’elle ne fait en aucun cas mention de la période de rétractation de 7jours, mais comme elle allait nous le rappeler souvent, nous n’avions qu’à lire le dos de la page que nous avions signée et comprendre par « annulation de commande », « annulation du mandat ».

4. Le temps passe et nous finissons par trouver, par l’intermédiaire de notre constructeur un couple intéressé, ce qui nous arrange (construction simultanée, communication entre les corps de métier des deux constructions plus aisée, ect..). Le 14 juin nous signons un compromis de vente, non sans les avoir avertit que nous ne sommes pas encore propriétaire. Nous décidons simplement conjointement d’envoyer le compromis signé par courrier avec accusé de réception, le jour où la vente initiale serait close, de façon à rentrer dans la légalité. Et là, notre première erreur : Nous sommes contacté quelques jours après par l’agence et nous en profitons pour lui signifier l’acte et que nous souhaitions mettre un terme à notre collaboration, par téléphone, au lieu de leur envoyer un courrier avec accusé de réception.

5. Le 27 juin, coup de théâtre, j’apprend par téléphone (Et là c’est la seule erreur qu’ils vont commettre) que ce soir là un client s’est présenté et a exigé de signer un compromis et que donc, quoi qu’il arrivait la commission était du car le travail était accompli et que nous aurions du envoyer un courrier recommandé avec la date du compromis et les coordonnées des vendeurs ( et aussi apprendre à lire les clauses d’un mandat simple de vente). Début des menaces de poursuites judiciaires (le mandat comporte une clause pénale).

6. Après une phase de colère et de déception, nous tirons tout de même partie d’un fait important, nous n’avons pas reçut le courrier en recommandé nous notifiant de la signature ! Aussitôt dit, aussitôt fait, nous envoyons notre propre courrier de notification le lundi 30. J’avoue les avoir un peu « embrouillé » avant en leur faisant croire par téléphone que finalement j’allais peut-être signer avec eux sous réserve qu’ils nous prouvent que nous ne risquions rien en signant un compromis alors que nous étions pas propriétaire. Quelques recherche sur le web nous disaient cependant exactement le contraire, car rajouter une clause à l’acte « sous réserve de devenir propriétaire » était « purement potestatif » (encore un nouveau mot d’appris). Ils nous ont tout de même affirmé que leur avocat et leur notaire avaient dit qu’il était parfaitement légal de vendre un bien dont on n’est pas encore propriétaire.

7. Notre courrier arrive le 2 juillet, le même jour que le leur qu’ils ont finalement envoyé pour me notifier qu’ils ont trouvé un acquéreur. Nous regardons les dates, même date de présentation, mais notre courrier est partit avant (le 30 alors que le leur le 1er juillet).

8. Mais l’histoire ne s’arrête pas là, le lendemain nous recevons un courrier d’un notaire nous remerciant de l’avoir choisie pour la suite. Ils nous dits dans son courrier qu’il a été contacté par l’agence et que nous avons « ratifié » le compromis et qu’il commence à faire les démarche et avait donc besoin qu’on lui remplisse un état civile.

Stupeur car :
1. nous n’avons jamais vu de compromis de nos yeux
2. nous n’avons jamais signé de compromis que nous n’avons jamais vu
3. nous n’avons jamais donné à quiconque mandat pour le faire (où alors la clause du mandat « donne pouvoir pour établir en notre nom tout actes sous seing privé nécessaire (compromis en particulier) », voulait dire « on signe à votre place quand ça nous chante ».
4. On ne connais ni les noms des acquéreurs de l’agence, ni leur coordonnée.

Nous avons donc besoin de votre conseil, pour savoir ce que nous risquons, ce que nous devons faire, histoire de retrouver un sommeil normal, sans le stress d’être poursuivi et de devoir payer une somme qui rendrait notre projet de construction impossible.

1 Reco 04/07/2008 à 19:04 par STIVALETTI

vous n'étiez pas propriétaire au moment de la signature du mandat
stop tout est fini,cette agence avait le devoir de vérifier,vous pouvez dormir tranquillement

2 Reco 04/07/2008 à 20:00 par MisterHadley

Hello... vos précisions affinent effectivement votre problème... Pour faire court, je vous dirai simplement ceci:
Je reste sur le même avis que la dernière fois sur votre autre page... c'est quitte ou double.
Je maintiens qu'un accord amiable serait vraissemblablement la meilleure solution dans le cadre d'une médiation...

1 Reco 04/07/2008 à 20:25 par daidai67

Oui, mais une médiation me semble compromis avec cette agence vu le ton employé lors de notre dernière confrontation téléphonique.

Maintenant mis a part le côté legal de vendre un bien qui ne nous appartient pas, il n'en demeure pas moins que nous avons notifier AVANT eux de la signature d'un compromis, donc dans le cas d'un mandat simple, quoi qu'il arrive, le mandat devient caduque, non ?

En tout cas merci pour vos réponses.

1 Reco 04/07/2008 à 21:25 par MisterHadley

Bon bah... je comptais un peu que le capitaine au long cour Msieur Bono se charge de vous filer son avis sur votre cas vachement limite quand même, mais... ;)

En fait dans vos explications, on sent quand même que votre bonne amie de l'agence est "très sympathique et commerciale", c'est pas vraiment l'idéal, c'est sur...

En attendant, si vous êtes toujours dans l'coin, allez prendre votre plus belle plume, et notez ce qui suit...

1 Reco 04/07/2008 à 21:27 par daidai67

Oui enfin je suis sur que cela ne dérangerait pas l'agence en question...

Bien évidement, le but premier n'était pas de vendre, mais de trouver quelqu'un à qui vendre le jour ou on serait réellement et définitivement propriétaire. Bref, de gagner un peu de temps. Grossière erreur de vouloir aller plus vite que la musique !

1 Reco 04/07/2008 à 21:28 par STIVALETTI

a écrit : Si on peut vendre un bien dont on n'est pas propriétaire, je devrais pouvoir louer à des vacanciers le pavillon de mes voisins pendant le mois d'Août, il seront en vacances à l'étranger... :[tout est dit ! pas propriétaire donc impossible de signer un mandat
donc encore moins un compromis !!

1 Reco 04/07/2008 à 21:45 par MisterHadley

Une parenthèse pour bouffon88, c'est effectivement possible mais avec une légère subtilité...
Il est possible de faire du biz, non pas en vendant un bien qui ne t'appartient pas encore, mais avec la promesse de vente si tu prends soin d'y faire figurer une clause de substitution, c'est à dire qu'un tiers prend ta place avant l'acte authentique... SAUF pour un professionnel.

Et c'est la que le début de la fin de votre blème va se situer...

Vous trouverez le fondement de votre bonheur avec l'article 52, du chapitre VII, de la loi 93-122 du 29 janvier 1993...

Puisque vous avez donné mandat à cette agence pour accomplir tout acte sous seing privé requis pour se substituer à vous pour la vente d'un terrain qui ne vous appartient pas, l'agence, "le professionnel", ne peut aucunement prétendre à quoi que ce soit en terme de commission puisque... cf l'article 52 précité ci avant.

Si la dame se la raconte toujours malgré tout, faite lui briller, en renforcement, les articles 1108, 1126, 1128, 1131 et cerise sur le gateau, 1589-2 du Code Civil...

Et si vous pouviez engagez tout ça par l'intermédiaire d'un médiateur, ce serait encore plus mieux...

Et arrêtez surtout de répendre toutes les bourdes monumentales que vous avez faites toute seule comme une grande dans cette histoire abracadabrante parce que votre responsabilité y est aussi pour beaucoup, alors... espérez que la dame ne nous lise pas..! ;) J'espère que ça vous aidera, d'autres auront peut-être mieux à vous suggérer... Ciao ciao...

1 Reco 04/07/2008 à 22:27 par daidai67

Oui, les bourdes, ça nous connais(et on est 2, qui se ressemble s'assemble)... Jeunes, naïfs et complètement inconscient. Maintenant pour nous le monde juridique, c'est une dimension parallèle, nous avouons notre incompétence la plus totale.

En tout cas, ça nous servira de leçon:

1. Ne jamais signer quelque chose sans être passé par un juriste / avocat avant ou de très très bien connaître la loi
2. Ne jamais croire sur parole des agents immobilier, même s'ils ont l'air honnête et sincère et qu'ils ont en théorie un devoir de conseil, ils ne le sont pas tous (pour l'instant je n'ai que eu affaire à la mauvaise espèce)
3. Et surtout, dans le doutes, ne plus avoir affaire à des agents immobilier, ils sont trop fort pour nous, le prochain bien on le vend tout seul comme des grands.

En tout cas merci..

3 Reco 05/07/2008 à 09:22 par itaac

un contrat est un échange d'obligations réciproques. Vous avez toujours des obligations si vous vous engagez. A l'avenir avant de signer lisez bien. Maintenant dans votre compromis avec votre acheteur avez-vous une clause pénale dans le cas où vous ne lui acterez pas le terrain ? Est-elle supérieure à la commission ?
La question du recommandé est effectivement trés important pour chaque partie
Moi je reviendrai vers vos acheteurs en essayant de leur faire comprendre la situation le plus vite possible et je surveillerai l'agence car à la moindre erreur de leur part je leur saute dessus :leur acheteur est il solvable ? Vous apporte t'il le meilleur acheteur ?....
Dernierement le compromis ou promesse est un engagement de vendre et le notaire dois verifier le jour de la signature de l'acte authentique la capacité à vendre . On peut donc s'engager à vendre un bien dont on est pas propriétaire et le vendre chronologiquement plus tard ( Comment fonctionne un marchand de Biens ?)

2 Reco 05/07/2008 à 09:34 par MisterHadley

Hello... C'est justement interdit de le faire pour des professionnels, en particulier pour des marchands de biens qui, historiquement, abusaient de cette faculté de pouvoir "revendre" avant d'avoir vraiment "acheter".
Cette loi dite "Sapin" de 1993 leur a donc restreint cette possibilité en leur interdisant.

Pour des particuliers, j'entends de "vrais" particuliers, c'est à dire pas des "pros" qui "oublient" de s'établir en tant que tel donc, cette faculté leur reste accessible.

0 Reco 05/07/2008 à 09:50 par daidai67

Oui, mais si on a signé un mandat, les "pro" n'agissent-t-ils pas en notre nom et donc, n'ont-ils pas le droit de le faire ?

1 Reco 05/07/2008 à 09:54 par daidai67

Non, pas de clauses pénales dans notre compromis avec notre acheteur, mais oui, la leçon a été apprise, on ne signera jamais plus rien (sans avoir consulté) !

0 Reco 05/07/2008 à 09:54 par MisterHadley

Il y a tout un tas de façon de faire, donc ça dépend des ambitions et objectifs de chacun en fait...

Ce que quelqu'un a très longuement cité sur une autre page en remettant un vieil article d'avant la situation de 1990, n'est justement plus possible pour la partie marchands de biens...

Lire par exemple qu'ils se revendent leurs acquisitions entre eux pour éviter de plonger financièrement, bah avant, peut-être, oui, mais ce n'est plus possible. Parce qu'on a un délai impératif à respecter fiscalement pour la revente et ce délai est de quatre ans. Et un marchand de biens qui revend le fruit de son opération à un autre marchand de biens se sera soustrait de son délai mais le délai du second, l'acheteur, ne sera pas, lui, remis à zéro, il sera matérialisé par le relicat du délai du premier marchand de biens...
Exemple j'achète un truc le 1er janvier 2008 et le revend le 1er juillet 2011 à un autre marchand de biens, bah mon acheteur aura donc impérativement à revendre ce que je lui aurais vendu AVANT le 31 décembre 2011...

D'où l'intérêt de bien savoir ce que l'on achète, à qui on l'achète et comment on va l'acheter, et éventuellement le revendre si c'est votre profession, la réussite d'une opération tient principalement à sa conception, pas forcément ensuite simplement à la revente, en fait. Voila en gros...

Il faut savoir qu'énormément d'institutionnels sont les plus gros marchands de biens, les banques, les assurances, etc, etc... qui placent leur billes dans des immeubles haut de gammes, mais pas forcément, et ensuite procèdent à des ventes à la découpe par exemple, pour rester dans le délai des quatre ans et récupérer leur billes sans avoir les pénalités en cas de dépassement du délai...

Donc plein de façons de faire différentes, pleins d'objectif différents, un vaste sujet quoi...

0 Reco 05/07/2008 à 09:58 par MisterHadley

Hello, daidai67... Si vous avez bien gardé les références d'hier soir, allez les lire vous même avec vos zoeils, les deux si possible... ;) sur legifrance.gouv.fr et servez-vous en...

0 Reco 05/07/2008 à 09:58 par daidai67

oui, j'allais le faire, je lisais le forum en premier ;-)

merci encore

0 Reco 05/07/2008 à 10:08 par itaac

Nous sommes presque d'accord car c'est "presque" possible :)
Soit
Pour en revenir au cas Combien avez-vous vendu à votre acheteur ? Meme prix que le net du mandat ou le prix plus la commission ? Je conseille encore de vous tourner vers votre acheteur pour vous en sortir plus simplement et signez avec l'agence
Il y a quand meme un étonnement de ma part et quoi qu'il arrive faites le savoir car la procédure employée par cet agent est inadmissible. Le fait de faire signer directement un compromis à l'acheteur pour vous mettre ensuite la Pression est inadmissible pour un professionnel car certes vous lui avez donné des pouvoirs pour trouver un acheteurs mais surement pas pour prendre des décisions de dates de durée de conditions particulieres en votre nom.
Moi je l'attaque sur ce fait. en fait il vous met le couteau sous la gorge
Vous lui devez la commission ( enfin à voir) mais sa procédure est attaquable et je lui demanderais le double

0 Reco 05/07/2008 à 10:18 par itaac

mister hadley
De mémoire l'obligation de revente dans les 4 ans est une obligation du marchand du biens qui se désigne en tant que tel lors de l'achat pour bénéficier d'une taxe fonciere réduite. On pourrait la comparer à la désignation du terrain à batir et son acquisition (tva ou exonération).
Il y a une regle fiscale et comme d'hab ses exonérations donc oui la qualité de l'acheteur et du vendeur est importante

0 Reco 05/07/2008 à 10:21 par MisterHadley

Bon bah vu que vous êtes encore en pyjama schtroumpf et décoifée et que monsieur votre mari roupille encore grassement le pied gauche hors de sa couette... hi hi hi... ;)

Pour faire simple, Votre bonne amie agent immobilier étant professionnelle, il lui est donc interdit de faire du biz avec une promesse de vente signée avec le mandat que vous lui avez donné pour vous trouver des acquéreurs. Donc, pour résumer, et vous le lirez vous-même... Le mandat que vous lui avez donné est frappé de nullité totale puisque votre terrain ne vous appartient pas encore.

Donc adieu la commission de votre bonne amie. Point final.

Signifiez lui de façon clair, précise et argumentée par exploit d'huissier ou éventuellement par lettre RAR.

Et espérez ensuite que la haine profonde que vous devinerez chez cette dame lorsqu'elle lira votre prose s'arrêtera là... C'est pour ça que je vous suggérais vivement de passer par un médiateur qui vous aurait permis de démontrer que vous vous étiez mise dans cette situation par méconnaissance et naiveté, ce qui aurait alors vérrouillée avant même que la dame n'y pense un éventuel désir de sa part d'intenter une action contre vous pour d'éventuelle dommages-intérets liés à votre responsabilité dans tout ça...

Donc, voila quoi.

Si un jour vous achetez ou vendez, n'excluez malgré tout pas la possibilité d'une agence, sauf que vous la choisirez vous-même après réflexion plutot que ce soit à vous d'être choisie par elle...

Vous êtes la cliente, c'est votre argent, vous décidez... ;) Salut.

0 Reco 05/07/2008 à 10:24 par MisterHadley

Un marchand de biens bénéficie d'un régime fiscal particulier dû aux multiples contraintes auxquelles il devra faire face. L'exonération porte sur les droits de mutations...

0 Reco 05/07/2008 à 17:05 par daidai67

Re bonjour,

Alors à mon avis, ils ont certainement consulté leur avocat et prévue tout les coups tordus possibles depuis longtemps (c'est quand même une obligation de leur métier, cela ne doit pas être leur premier conflit !), leurs dernières paroles que j'ai eu avec eux c'était un peu près, "A bientôt, on se revoit au tribunal"

Une médiation, pourquoi pas? Vaut-il mieux passer par un avocat (ça coûte cher je suppose !), le premier médiateur trouver dans l'annuaire, un lettre AR avec toutes les belles petites citations que vous nous avez donné (merci encore !) ?

Pour répondre à itaac, il n'y pas que le prix, il ya aussi une question d'affinité avec nos futurs voisins (et des décennies à avoir une guerre ouverte entres voisins, c'est quelque chose à prendre en compte), des raisons de praticités (même constructeur, constructions simultanées découpe et demande de permis des 2 maisons déjà faites, etc...) Sans compter que nous n'avons pas vraiment apprécié de se retrouver pris à la gorge comme ceci, même si nous ne sommes pas innocent non plus (bêtise, naïveté, etc...)

Autre question, contacter la DGCCRF dans ce cas là, ça sert à quelque chose ou pas ? Je suppose qu'on a rien à perdre mais rien à gagner non plus....

Merci pour toutes vos réponses

0 Reco 05/07/2008 à 18:35 par daidai67

Bon j'ai un peu de mal à comprendre les articles du Code Civil, mais je suis en train de rédiger une lettre que je vais envoyer en AR avec tout ça...

Euh MisterHadley si je n'abuse pas trop, vous seriez trop aimable si vus pouvez rapidement me faire une petite explication sur l'enchainement argumentaire des articles du Code que vous m'avez cité, car j'ai un peu de mal à voir où je vais..

Sinon, j'ai une autre question qui me vient à l'esprit: Si je résume une partie de nos problèmes viennent du fait que nos méchants peuvent jouer sur le fait que nous avons pu chercher à les tromper (c'est sur ma grande passion dans ma vie, juste après ma collection de godemiché en porcelaine, c'est chercher à tromper les honnêtes agences immobilière ) sur notre nature de futur propriétaire et que la date antérieure de la mise en vente sur le site internet peut montrer cela...

Mais... d'après ce qui est évoqué plus haut, la signature d'un compromis de vente par "anticipation" reste tout de même possible pour un non professionnel (nous), alors en quoi c'est incompatible avec le depôt d'une annonce ? En quoi notre bonne foi est-elle mis à mal ? Et puis si je ne m'abuse, d'après tout les sites que j'ai vu qui abordaient le sujet, c'est bien de la responsabilité de l'agent de vérifier les titres de propriété (dans un mandat, les mandants s'engagent à fournir toutes les pièces nécessaires).

Maintenant d'après un juriste de l'ADIL, il y aurait une jurisprudence qui serait favorable à l'agence, mais je n'ai pas eut plus de détails, quelqu'un est-il au courant ?

Merci

0 Reco 05/07/2008 à 19:54 par MisterHadley

Alors comme ça, on aime la porcelaine... hi hi hi...! ;)

Laissez moi l'temps d'arriver, je ne passe pas mon temps sur ce forum... Si vous êtes là, je relis vos derniers messages et j'vous zieute...

0 Reco 05/07/2008 à 20:07 par MisterHadley

Vous voulez quoi comme précisions exactement..?

0 Reco 05/07/2008 à 20:33 par MisterHadley

bon, en gros et pour faire simple, on va déjà zapper direct ce que vous voudriez savoir si votre bonne amie de l'agence devait tenter un truc pour vous sécher direct, hein... on va pas lui faciliter la vie, tout d'même...
Donc impasse volontaire sur cette partie là, vous comprendrez mieux pourquoi ensuite...

0 Reco 05/07/2008 à 20:37 par MisterHadley

La partie que votre bonne amie vous affirme, elle, du style "rendez-vous au tribunal..!" ne doit surtout pas vous impressionner, à moins qu"elle soit kamikaze et qu'elle ait envie de se griller à vie dans l'métier, elle se la raconte grave et n'ira pas jusque là... vous comprendrez pourquoi aussi d'ici un moment...

0 Reco 05/07/2008 à 20:46 par MisterHadley

Vous allez vous rapprocher de votre mairie dès ce lundi à la première heure afin d'obtenir les coordonnés du Médiateur dont vous dépendez... C'est un truc administratif qui sert à éviter autant que faire ce peut de se retrouver devant un juge lorsque les parties en présence pourraient d'elles mêmes faire en sorte de trouver intelligemment un accord entre elles dans un litige qui les oppose plutot que d'encombrer des tribunaux surchargés... Je n'en suis pas certain mais il me semble que c'est gratuit, vous vous ferez confirmer la gratuité de l'intervention du médiateur par vos services municipaux lorsqu'ils vous infirmeront de ses coordonnés. Si ça ne l'était pas, il ne pourrait alors s'agir que de frais plutot symboliques comparés aux couts d'une vraie procédure...

0 Reco 05/07/2008 à 20:58 par MisterHadley

Vous allez bien gentiment rédiger de façon simple, claire et argumentée votre LRAR. N'en faites pas trop, juste l'essentiel, rien de plus, afin de faire voler en éclat la validité de ce mandat pour, au terme de votre lettre RAR conclure en informant votre agent que vous n'êtes donc ni l'un ni l'autre, obligés l'un envers l'autre. Vous veillerez à ne pas vous dispersez dans des trucs brumeux, encore une fois juste l'essentiel et rien d'autres.

Toutefois, dans la conclusion, vous tendrez la main à votre bonne amie en lui précisant que vous restez à sa dispositions pour d'éventuelles observations et/ou précisions si devaient les requérir, sachant dans ce cas qu'elle sera invitée à vous les faire parvenir par LRAR afin que ce courrier puisse être, le cas échéant, verser au dossier du Médiateur avec lequel vous êtes en contact aux fins de régler ce litiges au mieux de vos intérêts réciproques.

Ne cirez pas les pompes en formules de politesses inutiles, restez simplement polie dans le formalisme de votre lettre...

0 Reco 05/07/2008 à 21:10 par MisterHadley

A partir de là, vous aurez donc pris conseil auprès du Médiateur qui vous aura donné ses directives qu'il vaudra mieux suivre, vous aurez également informé par LRAR votre bonne amie qui, elle, ne vous invitera donc jamais à sa boom d'anniversaire lorsqu'il surviendra... ;)

Vous continurez votre vie en passant à autre chose...

Si la dame veut se taper la honte et se griller d'elle-même sur la place public, sachant qu'après va lui falloir ramer pour décrocher un client quelque part si elle voulait vraiment tenter vainement un truc contre vous...

Bah elle passera elle aussi à autre chose... Pourquoi..? La publicité qu'occasionnerait la supposée action contre vous qu'elle vous laisse entrevoir la ruinerait professionnellement...

Si c'est la patronne de son agence, elle se coulera elle-même ainsi, sachant que ses propres concurrents n'hésiteront pas à la pousser un peu plus vite dans l'embarras de ses propres bourdes...

Si elle n'est pas la chefaillonne, elle est donc salariée de l'agence... et son chefaillon ne voudra pas subir la honte infligée par les bourdes de son employée et lui fera gentiment comprendre qu'elle devra se faire toute petite si elle veut conserver son job... et encore si il ne la lourde pas pour faute grave...

Donc... Voila quoi... :)

0 Reco 05/07/2008 à 21:35 par daidai67

Ok merci pour tout !

Et non je ne passe pas mon temps tout le temps sur les forums juridique :)

0 Reco 05/07/2008 à 21:37 par daidai67

Ha au fait, son boss est de mèche, c'est avec lui que j'ai eut la plupart des discussions, enfin discussion qui se résumait en menaces...

0 Reco 05/07/2008 à 21:46 par daidai67

Sinon, pour la partie plus privé vous pouvez m'envoyer un mail privé sur daidaiw67@laposte.net

Je suis curieux de savoir ce qu'elle peut faire pour "me sécher direct"

0 Reco 05/07/2008 à 22:46 par MisterHadley

La curiosité est un vilain défaut... Déja que madame est une passionnée de limoges, alors... Hi hi hi...!!! ;)

Je vous envois un mail vite fait mais sans développer, parce que je m'adonne à ma passion favorite... le mal de tête... Ciao ciao.