Connexion

Mot de passe oublié Pas encore de compte ?
Agen
LaVieImmo.com

jeudi 3 novembre 2011 à 10h07
Zoom des villes

Agen, un marché immobilier à deux (voire trois) vitesses

Des biens rares à AgenDes biens rares à Agen (©Florent Pécassou)

Le centre-ville reste dynamique, mais les biens à vendre y sont plutôt rares. Ailleurs, la situation reste compliquée, surtout pour les biens anciens et mal-entretenus.

(BFM Immo) - En apparence, l’immobilier agenais se porte mieux. Après une année 2009 particulièrement difficile et un exercice 2010 encore marqué par la crise, la reprise semble avoir eu lieu en 2011. « En termes de transactions, le marché devrait faire aussi bien que l’année dernière, voire vraisemblablement un peu mieux », estime Michel Bassibé, le gérant de l’agence Orpi Europe Inter Immobilier. Dans le détail, le constat est pourtant loin d’être rose, et le responsable tempère immédiatement son propos en notant que « seuls les biens situés au centre-ville et achetés à titre d’habitation principale tirent vraiment leur épingle du jeu ».

Le centre-ville garde la cote

Un constat partagé par Alain Négui, responsable de l’agence Century 21 Passion Immobilier, qui évoque pour sa part un équilibre de marché « assez précaire. […] Les quartiers Préfecture, Jacobin ou Jayan traditionnellement prisés, n’ont pour ainsi dire pas connu la crise, indique-t-il. Ailleurs, les acheteurs sont plus regardants, et les biens qui ne sont pas irréprochables, trop anciens ou mal rénovés, et surtout ceux qui ne sont pas au prix du marché sont devenus difficiles à vendre ».

250 m² pour 130 000 euros

De fait, ce « prix de marché » varie fortement selon les quartiers et la qualité des biens. « Un appartement dans l’hyper-centre se vend sans problème pour 2 000/2 200 euros/m² », poursuit Alain Négui. Century 21 a récemment vendu, « en quelques semaines », un appartement de 92 m² « de bonne facture », au cœur du quartier Préfecture, avec terrasse et garage en sous-sol. Le bien, mis en vente pour 225 000 euros est finalement parti pour 215 000 euros. Soit 2 300 euros/m². Mais ce type de transactions reste rare. Dans le reste de l’agglomération, les prix sont plus proches d’une moyenne de 1 500 euros pour les biens récents ou bien rénovés, rarement plus de 1 000 euros pour les autres, qui subissent la concurrence des nombreux appartements construits dans le cadre des différents dispositifs fiscaux de soutien à l’investissement locatif, dont un grand nombre reste à ce jour inoccupé. Et même si les grues ont déserté Agen depuis plusieurs mois, « cette concurrence oblige les propriétaires à rénover, reprend Michel Bassibé. Or cette rénovation à un coût, qui pèse sur la rentabilité d’un investissement immobilier. Pour ce type de bien, le prix de la transaction est devenu la résultante d’une équation impliquant le coût de la rénovation urbaine du quartier Tapie-Mondésir.

Situé au sud-est d’Agen, Tapie-Mondésir a été construit dans les années 1960. «  Autrefois considéré comme un quartier moderne de près de 1 500 habitants, il s’est progressivement dégradé, dépeuplé et fut classé en Zone urbaine sensible (ZUS) en 2006 », explique-t-on à la mairie. Dès 2003, un diagnostic a été lancé pour ...

Lire la suite