Connexion

Mot de passe oublié Pas encore de compte ?
Angers
LaVieImmo.com
Prix immobilierPrix immobiliermercredi 30 avril 2014 à 09h42

Des prix disparates à Angers


Vue de la cathédrale d'Angers
Vue de la cathédrale d'Angers
Vue de la cathédrale d'Angers (©Wikimedia Commons)

Le marché immobilier est hétérogène dans la deuxième principale ville des Pays de la Loire.

(BFM Immo) - L’ex capitale d’Anjou affichait 1 880 €/m² en décembre, des prix en baisse de 6 % sur un an selon le décompte des notaires. Mais cette moyenne cache d’importantes disparités selon les quartiers.

Dans le centre-ville, de nombreux biens se négocient au-dessus de 2 000 €/m², tandis que les prix peuvent baisser jusqu’à 1 200 €/m² dans des secteurs plus excentrés, tels Monplaisir ou la Roseraie. « Pour une maison ancienne en ville, compter de 300 000 à 500/600 000 € en fonction du bien », explique Sylvain Migne, directeur de l’agence Era Maine Immobilier.

Pôle universitaire important, Angers recense 30 000 étudiants à l’année, ce qui a séduit les investisseurs locatifs. Mais ce marché doit s’adapter à une pratique de plus en plus en vogue : la colocation. De nombreuses petites surfaces ne trouvent pas preneur, les étudiants leur préférant de plus grandes surfaces qu’ils louent à plusieurs, et bien souvent pour moins cher.

Quelques transactions récentes signées Era :

- T3 récent de 79 m² en centre-ville, en rez-de-chaussée avec parking. Prix de vente : 2 150 €/m².

- Maison ancienne à réhabiliter, 200 m² habitables avec cheminée, dans le centre-ville sans terrain. Prix de vente : 1 300 €/m². « Un bien qui se serait vendu le double neuf », précise M. Migne.

- Maison de 5 pièces à la périphérie d’Angers (Saint-Barthélémy-d’Anjou). Bien avec garage, de 160 m², années 1955-1960. Prix de vente : 1 600 €/m².

André Figeard - ©2020 BFM Immo

Estimation de bien

Estimation de bien
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)

  • 0 Reco 30/04/2014 à 18:59 par Jérome

    « Un bien qui se serait vendu le double neuf », précise M. Migne