International
LaVieImmo.com
InternationalInternationalvendredi 14 septembre 2018 à 12h30

Brexit: le scénario le plus noir table sur une chute de 35% des prix immobiliers


Brexit: la Banque d'Angleterre évoque un possible krach immobilier.
Brexit: la Banque d'Angleterre évoque un possible krach immobilier.
Brexit: la Banque d'Angleterre évoque un possible krach immobilier. (©Oli Scarff - AFP)

Si Londres et Bruxelles ne parviennent pas à trouver un accord, le marché immobilier britannique serait en première ligne.

(LaVieImmo.com) - Le gouverneur de la Banque d'Angleterre, Mark Carney, a présenté au Conseil des ministres plusieurs scénarios et leurs conséquences potentielles sur l'économie britannique lorsque le Brexit sera effectif. Notamment, et c'est le scénario le plus pessimiste, en cas d'un Brexit sans accord entre Londres et Bruxelles. Les prix de l'immobilier pourraient alors chuter de 25 à 35% en trois ans. Cela serait notamment lié à une détérioration de l'économie britannique, avec un taux de chômage qui passerait de 4% aujourd'hui à plus de 10%. Les acheteurs potentiels se feraient plus rares. En parallèle, les banques pourraient être également en difficulté et durcir leurs conditions pour octroyer des prêts.

La presse britannique rapporte ces données avec effroi vendredi matin, mais un ministre présent à la réunion a déclaré au quotidien The Guardian qu'il ne s'agissait toutefois que d'une hypothèse de travail pour Mark Carney. "Il n'a pas dit que tout cela allait se produire, mais tout le monde est d'accord sur le fait qu'il faut tenir compte du scénario du pire", a dit ce ministre non identifié au journal.

Des négociations qui patinent

Ce scénario noir ressemble à celui échafaudé par la Banque d'Angleterre l'an passé pour réaliser ses "tests de résistance", un exercice théorique visant à déterminer si les grandes banques du pays seraient capables de résister à un retournement cataclysmique de la conjoncture.

Nous en sommes encore loin. Si les prix immobiliers progressent moins rapidement qu'avant le vote en faveur du Brexit, ils augmentent encore de 3% sur un an en juin en Angleterre, selon les dernières statistiques officielles.

Reste que face à des négociations avec Bruxelles qui patinent sur les conditions du Brexit, le gouvernement conservateur de Theresa May a accéléré ces dernières semaines les préparatifs d'une éventuelle sortie sans accord avec l'UE à la fin mars 2019.

La patronne des patrons britanniques, Carolyn Fairbairn, a prévenu vendredi qu'un Brexit sans accord constituerait un "coup de massue". D'après elle, le gouvernement "doit concentrer toute son énergie à conclure un accord de sortie, obtenir une période de transition" entre le Brexit formel prévu dans six mois et le moment où le Royaume-Uni obéira aux nouvelles règles issues du départ, à la fin 2020.

(Avec AFP)

LaVieImmo.com - ©2018 LaVieImmo

Estimation de bien

Estimation de bien


Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)

  • 0 Reco 24/09/2018 à 12:10 par lejeunepat

    Cet article destiné à un public français mériterai aborder aussi ce qui s'est déjà passé & ce qui va se passer au niveau de la livre sterling vs. l'Euro, pour nous investisseurs français.

    Depuis le vote du Brexit en juin 2016 (déjà 2 ans passés !) : elle est passée d'environ 0,75 à 0,90 à l'euro : à prix constants, tout possesseur d'Euros est déjà 20% plus "riche" au UK qu'avant le Brexit.

    Pour faire simple, si les prix fixés en Livres baissent encore de 35% et que la Livre arrive au niveau de la parité avec l'Euro (1 euro = 1 pound), alors un investisseur Européen qui a acheté un bien à £100.000 contre 133.000€ au UK avant le Brexit voulant le vendre pour récupérer des Euros n'aura plus que £65.000 = 65.000€ à sa disposition, soit une perte d'un peu plus de 50% en valeur Euro.

    Le flux d'acheteurs Anglais en Provence, stations de ski & Espagne va probablement continuer diminuer, et certains arbitrer vendre leurs Euros pour finalement s'acheter quelque chose de bien au Pays (pouvoir d'achat immobilier au UK doublé avec les Euros récupérés dans le cadre des chiffres de cet exemple)