Connexion

Mot de passe oublié Pas encore de compte ?
La Baule-Escoublac
LaVieImmo.com

jeudi 1 septembre 2011 à 08h55
Zoom des villes

La Baule, l'immobilier aux mille facettes

Le porte de La BauleLe porte de La Baule (©Wikimedia)

La ville balnéaire, au nord de Nantes, voit son marché se concentrer sur les résidences secondaires. Les tarifs diminuent crescendo dès lors que l’on s’éloigne de la mer. Mais face à l’océan, gare à la houle des prix.

(BFM Immo) - Comme dans toutes les villes balnéaires, le marché immobilier est enclin à deux aspects majeurs : les résidences secondaires et l’impact de la mer dans les variations de prix. « Nous avons une demande constante en face mer, constate Jacques Le Barillec, responsable de l’agence ERA à La Baule. Mais dans un même immeuble, il peut y avoir des écarts de prix importants. Cela dépend de l’état, des services accessibles – un ascenseur par exemple – et de l’emplacement ».

Dans le quartier le plus prestigieux de la ville, Casino-Benoît, les prix peuvent atteindre 13 000 euros le mètre carré. Mais ce prix masque la réalité du marché. « Il ne faut pas croire que La Baule est aussi chère que Biarritz, poursuit M. Le Barillec. Quand on sort des quartiers onéreux, les prix redeviennent plus abordables. Dans la ville, le prix moyen au mètre carré se situe autour des 5 000 euros le mètre carré ».

60 % du marché concernent les résidences secondaires…

Ici, la notion de primo accédant est presque hors sujet. Non pas à cause des prix, mais parce que le marché est orienté à 60 % vers la résidence secondaire. Et la clientèle arrivent de zones géographiques bien spécifiques. « Depuis la mise en place des 35 heures, les Parisiens peuvent venir le week-end. Une proximité s’est alors installée. Mais nous avons une clientèle plus large : Nantes, Rennes, Angers, Le Mans, et de plus en plus de Tour », souligne le responsable de l’agence.

Même constat pour Century 21, où Yolande Picard, directrice de l’agence, a constaté que « très peu clients venaient du sud de la Loire ». Mais les même critères pour acheter un logement reviennent sans cesse : proximité de la plage et des commerces. Par ailleurs, il ne faut pas compter sur de nouveaux terrains à bâtir : « il n’y en a plus ! ».

… mais pas seulement !

Même si La Baule est souvent évoquée l’été en raison d’un afflux massif des touristes, elle n’en reste pas moins un petit coin de tranquillité au bord de la mer en période creuse. De quoi susciter l’intérêt de travailleurs en quête de retrouver un havre de paix après une journée de dur labeur. Mais attention, le marché immobilier de La Baule n’est pas accessible à tous les portefeuilles.

C’est pourquoi ce mode de vie s’adresse à des professions bien particulières. « Des cadres qui travaillent à Saint-Nazaire vivent à La Baule, et vont tous les jours au bureau. Mais nous rencontrons aussi beaucoup de personnes exerçant une profession libérale », constate Yolande Picard de Century 21. Avec ses résidents fortunés à l’année d’une part, et l’arrivée massive de touristes d’autre part, l’immobilier baulois à encore de beaux jours devant lui… même en Bretagne !

Lire la suite
Interview

"A La Baule, ce sont les Parisiens qui font les prix"

Yolande Picard, directrice de l'agence Century 21 de La BauleYolande Picard est directrice de l’agence Century 21 de La Baule. Pour LaVieImmo.com, elle décrit le marché immobilier baulois, caractérisé par le statut balnéaire de la ville : « les clients veulent aller à la plage à pied », nous murmure-t-elle. Mais face à la mer, les prix des appartements ressemblent à s’y méprendre à ceux de la capitale.

Au sein d’une ville balnéaire, le marché immobilier répond souvent à l’appel du large. Les clients souhaitent-ils impérativement une vue sur mer lorsqu’ils achètent un bien ? Sinon, vers ...

Lire la suite
Tout savoir

La Baule, la ville balnéaire… qui ne dort jamais

Le soleil se couche sur la plage bauloise, la ville jamais !En dépit de son statut de ville balnéaire, La Baule est en activité permanente. Les commerces sont ouverts tous les jours, et les hôtels toute l’année, pour le plus grand bonheur des riverains. Le résultat d’une politique impulsée par la municipalité.

Plus l’automne s’engouffre vers les froideurs de l’hiver, plus la ville se désengorge de ses touristes estivaux. Surtout que La Baule est l’une des destinations préférées des Parisiens, et c’est pour cette raison que le nombre d’habitants est multiplié par dix l’été. Même pe ...

Lire la suite