Connexion

Mot de passe oublié Pas encore de compte ?
LaVieImmo.com

jeudi 26 juillet 2012 à 09h30
Zoom des villes

Il y a deux marchés dans le 8ème arrondissement

La place Ambroise Courtois à MonplaisirLa place Ambroise Courtois à Monplaisir (©www.bonjour-lyon.fr)

Le marché immobilier lyonnais du 8ème arrondissement n'est pas homogène. Les professionnels voient deux marchés distincts, qui n’attirent pas forcément la même clientèle.

(BFM Immo) - On pourrait diviser le 8ème arrondissement lyonnais en deux. Il y a d’abord le quartier Monplaisir, connu pour son immobilier cher, et le reste de l'arrondissement, où les prix peuvent être jusqu’à trois fois moins chers. Cependant, les professionnels de l’immobilier s’accordent à dire que le marché est globalement atone dans le 8ème. « Nous avons encore des acheteurs mais au niveau des prix, la situation est plutôt figée », nous explique Mireille Faure, gérante de l’agence Lyon Immobilier à Monplaisir. Selon elle, le problème qui se pose actuellement, c’est « l’euphorie des propriétaires », qui n’arrivent pas à faire baisser leur prix, depuis 2008.

En effet, le marché du 8ème arrondissement avait connu un regain d’activité en 2007, lorsque les acquéreurs ont recommencé à montrer de l’intérêt pour la pierre. « Aujourd’hui, avec les difficultés bancaires et le manque de pouvoir d’achat, les acheteurs n’arrivent plus à suivre la fluctuation des prix », ajoute Mme Faure. « Surtout à Monplaisir », renchérit Pierre Agniel, gérant de l’agence Solvimo du 8ème arrondissement de Lyon. Et d’ajouter que « les primo-accédants rencontrent d’autant plus de problèmes, qu’ils se tournent vers le côté du périphérique ».

Les charges sont très élevées

Quoi qu’il en soit, les professionnels restent pessimistes quant à l’amélioration de la situation. Avec des prix à 5 000 euros le m² à Monplaisir dans le neuf, les propriétaires ne sont pas prêts de baisser leurs prix actuellement. Du côté des quartiers plus populaires, le m² se négocie entre 1 500 et 2 500 euros, « comme sur le boulevard des Etats-Unis », indique Muriel Faure. Dernièrement, la gérante de l’agence Lyon Immobilier a vendu un T2 de 54 m² avec garage à 230 000 euros à Monplaisir. « La transaction s’est effectuée sans aucune négociation ». Cependant, non loin de l’autoroute, un T4 de 72 m², a été vendu à 115 000 euros, alors que le prix affiché en agence était de 125 000 euros. « Même si le prix peut paraître bas, les charges sont très élevées », nuance Mme Faure.

Des prix « déraisonnables »

Des charges élevées pour des prix « surévalués », selon la gérante, qui prévoit pour sa part une baisse des prix d’ici la fin de l’année. En effet, elle estime déraisonnables les tarifs pratiqués par les propriétaires, qui seront « tôt ou tard contraints à baisser leurs prix ». Les investisseurs ayant déjà acheté « perdront certainement de l’argent », reprend Pierre Agniel, qui s’attend à une baisse des prix de l’ordre de 10 %.

Lire la suite
Interview

Lyon 8 : "Le quartier ne fait pas le prix"

Pierre Agniel, gérant de l'agence Solvimo 8ème à LyonTrois questions à Pierre Agniel, gérant de l’agence Solvimo du 8ème arrondissement de Lyon. Il observe deux parties distinctes dans le quartier. Monplaisir, où les prix sont élevés, et le reste de l’arrondissement, beaucoup plus accessible.

Comment se porte le marché immobilier dans le 8ème arrondissement de Lyon ? Pierre Agniel : Dans le 8ème arrondissement de Lyon, il existe deux extrêmes : le quartier Monplaisir situé au nord, et puis tout le reste. A Monplaisir, le quartier historique du 8ème, les prix sont deux fois plus ...

Lire la suite
Tout savoir

Lyon 8 : Mermoz en pleine mutation

La rénovation d'un des immeubles du quartier MermozLe bailleur social GrandLyon Habitat mène un ensemble d’interventions d’envergure à Mermoz (Lyon 8ème), qui s’inscrivent dans le cadre de l’opération Rénovation urbaine projet urbain Entrée Est, contractualisée par une convention ANRU (Agence nationale pour la rénovation urbaine) signée en 2007.

L’objet de cette rénovation consiste essentiellement à diversifier l’offre de logements. La recomposition urbaine aboutira à une mixité sociale composée 55 % de logements sociaux (propriété de GrandLyon Habitat) et de 45 % de logements p ...

Lire la suite