Paris
LaVieImmo.com
Prix immobilierPrix immobiliermercredi 6 avril 2011 à 12h46

Prix de l'immobilier : Fin de la hausse généralisée en IDF


Tendance brouillée sur l'immobilier francilien
Tendance brouillée sur l'immobilier francilien
Tendance brouillée sur l'immobilier francilien (©dr)

Le site MeilleursAgents.com observe une interruption du « mouvement de hausse généralisée des prix franciliens de 2010 », dans son dernier baromètre des prix en Île-de-France. Une baisse de la demande et une décélération dans les prix, même si la tendance ne touche pas l’ensemble de la petite couronne, et échappe à la capitale (+2 % en février).

(LaVieImmo.com) - Sébastien de Lafond, président de MeilleursAgents.com, note qu’en Ile-de-France, « presque partout la demande est un peu moins forte qu’il y a six mois ». Le phénomène s’est répercuté sur les prix en Seine Saint-Denis (-1,2 %), mais pas le Val-de-Marne (+1,6 %), ni les Hauts-de-Seine (+0,5 %), où les prix continuent de monter. Paris reste quant à elle marquée par un « surplus d’acheteurs par rapport aux vendeurs », et affiche une hausse de 2 % en février, selon l’expert. La capitale obtient un prix médian de 7 908 euros par mètre carré au 1er mars 2011, contre 7 753 euros le mètre le 1er février.

Les 1ers effets du PTZ+ et du DPE

Estimez votre bien
Estimez votre bien

Type de bien :

L’effet PTZ+ s’est fait sentir au début de l’année, particulièrement dans les départements franciliens « où les prix au mètre carré sont inférieurs à 3 000 euros, notamment le 77, le 91, le 93 ou le 95 ». Une fois de plus, Paris et la première couronne restent à l’écart de ce dispositif. En ce qui concerne le disgnostic de performance énergétique (DPE), les premiers effets sont eux aussi visibles, commente l’expert : « dans l’ancien, on note une forte concentration de la demande sur les biens dont le DPE est entre A et D », soit les meilleures performances.

« Hasardeux d'anticiper de fortes hausses »

Face à l’incertitude qui règne sur le marché parisien, MeilleursAgents.com indique aux vendeurs qu’ « il est encore possible de tirer parti des hausses passées, mais il devient hasardeux d’anticiper de fortes hausses à venir ». Les acqéreurs, eux, peuvent toujours « réaliser de bonnes affaires en banlieue à condition de ne pas perdre de temps ».

Léo Monégier - ©2017 LaVieImmo
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)

  • 0 Reco 28/04/2011 à 17:50 par geros

    L'inflation arrive suite à la crise. En France les taux sont fixes donc moindre risque. Tout le monde veut éviter la dévalorisation de son PEL ou Livret A malgré la fameuse indexation annuelle. Par conséquent les ménages continueront d'investir dans l’immobilier afin de combattre l'inflation.

  • 0 Reco 07/04/2011 à 13:48 par UFFA92

    Si c'est le moment de vendre, ce n'est pas le moment d'acheter !

  • 1 Reco 06/04/2011 à 17:29 par Friand

    «Les acquéreurs, eux, peuvent toujours « réaliser de bonnes affaires en banlieue à condition de ne pas perdre de temps »
    Je pense plutôt qu'il ne faut pas se presser, on est quand même au sommet de la bulle => pas bon.
    *** BADABOUM ***
    C'était quoi ce bruit ?
    L'immo qui se casse la gueule...

  • 0 Reco 06/04/2011 à 16:19 par Dadi

    le marché d'ile de france n'est pas du tout homogène tout dépend où vous cherchez...

  • 5 Reco 06/04/2011 à 15:05 par K-louffe

    Ok tout le monde le dit. moi qui cherches à acquérir je le vois pas :(

  • 1 Reco 06/04/2011 à 13:40 par midève

    Tous en banlieue! Là, les Al ont de quoi pourvoir à la demande puisqu'ils ont en stock davantage de biens.