Interview
LaVieImmo.com
InterviewInterviewlundi 24 juillet 2017 à 19h28

Baisse des APL : "Il faut mieux cibler les aides au logement"


Henry Buzy-Cazaux réagit à la baisse des APL annoncée samedi par le gouvernement
Henry Buzy-Cazaux réagit à la baisse des APL annoncée samedi par le gouvernement
Henry Buzy-Cazaux réagit à la baisse des APL annoncée samedi par le gouvernement (©Dr)

L'annonce a provoqué un tollé. Les associations étudiantes dénoncent une mesure injuste. De son côté, Henry Buzy-Cazaux, qui a dirigé la Fnaim pendant près de 10 ans, estime que le système d'APL est inefficace et crée un effet pervers.

(LaVieImmo.com) - Le gouvernement veut réduire de 5 euros par mois et par foyer les aides personnalisées au logement (APL) touchées par 6,5 millions de Français, et ce dès le 1er octobre 2017. Une baisse qui, même modeste, soulève un tollé. Les organisations étudiantes ont été les premières à réagir, dénonçant une "mesure injuste".

Henry Buzy-Cazaux, président de l'Institut du Management des Services Immobiliers et dirigeant de la Fnaim pendant près dix ans, voit dans cette annonce un "bricolage d'urgence" face aux difficultés budgétaires de la France. Il fait aussi partie de ceux qui pensent que le système d'APL est inefficace et crée un effet pervers en faisant monter le prix des loyers.

Comment avez-vous réagi à l'annonce samedi de la baisse de 5 euros par mois des APL décidée par le gouvernement?

"C'est du bricolage d'urgence. Certes, une baisse de 5 euros par mois permet de générer près de 400 millions d'euros d'économies par an. Mais cette décision n'est pas à la mesure de la contribution que le gros budget du logement, qui équivaut à 2% du PIB, devra consentir. Je fais partie de ceux qui ne se voilent pas la face. Je vois une certaine absurdité à ces aides. Il y en a une en particulier dont je dénonce les effets pervers depuis 15 ans: c'est l'Allocation de logement sociale (ALS) pour étudiants. On sait très bien que dans les villes universitaires, où l'offre de logements de petites surfaces destinés aux étudiants est abondante, ce dispositif a entraîné une inflation du niveau général des loyers sur ces studios ou studettes à due proportion de l’aide publique.

À Montpellier ou à Paris, l'aide a été en grande partie récupérée par les propriétaires bailleurs. Sans être désagréable avec eux, l'aide publique n'est pas faite pour être neutralisée. Elle est distribuée grâce à nos impôts, donc en tant que citoyen je ne suis pas candidat à ce mécanisme pervers".

Pourquoi cette aide n'a-t-elle pas été supprimée?

"Pour des raisons qui commencent à se poser avec l'APL. En fait, derrière cette population il y a un lobby, une crainte des politiques de voir les étudiants descendre dans la rue. Cela fait 15 ans que l'on dit qu'il faut s'interroger sur l'ALS étudiant. La question qu'il faut se poser pour l'APL est la suivante: est-on sûr que la baisse ou la suppression des aides pour telle catégorie d'allocataires fera baisser les loyers? Il faudrait supprimer toutes les aides d'un coup, brutalement... et encore. Le malade pourrait en outre mourir du retrait trop prompt de la perfusion.

Le problème est économique et social: certaines populations ne pourront pas attendre que l'effet -qui selon moi agirait mais à quelle vitesse?- se produise avant de pouvoir se loger. Imaginez s'il faut un an ou deux pour que les propriétaires réalisent qu'ayant moins de candidats à la location, ils doivent baisser les loyers... Toutes ces questions sont devenues perverses, on s'est encroûtés là-dedans".

Une baisse des APL peut-elle en cacher une autre?

"Je peux vous dire qu'on n'est pas au bout de nos peines. Je ne parlerai pas de suppression mais de forte rationalisation. La baisse de 5 euros par mois et par foyer, c'est à la fois une manière de récupérer de l'argent urgemment, mais aussi de donner un signal fort à la nation: il n'y pas de tabou pour réduire le déficit public et la remise en ordre du pays. Derrière cette mesure, c'est une réflexion de fond qui s'ouvre. Car il n'y a aucune raison pour que les autres aides n'aient pas aussi pour partie un effet pervers".

Qu'en pensent les économistes?

"À ma connaissance, il n’y a pas d’études sérieuses qui ont été faites à ce sujet. Je pense d'ailleurs qu’on va mettre à contribution les économistes, qu'ils soient publics ou privés. J’ai déjà échangé avec certains d'entre eux et la question qui revient est la suivante: l’aide publique ne déforme-t-elle pas le marché, et a-t-elle l’effet redistributif qu'elle doit avoir? Lorsque l'on arrive avec des enveloppes budgétaires aussi importantes que celle du logement, il faut s'interroger quand il y a un doute sur le bénéficiaire de l’aide. Mais à 5 euros on a déjà un tollé, donc si on ferme le robinet pour une certaine catégorie de la population, le sujet va devenir explosif.

Le sujet c'est que parmi ces 6,5 millions d’allocataires, certains ne devraient pas toucher l’APL. Il va donc peut-être falloir leur dire qu'ils n'auront plus droit à une aide. Et redistribuer ce surplus à ceux qui en ont le plus besoin. C'est comme cela qu'on pérennisera et sécurisera cette aide. Il faut mieux la cibler".

Propos recueillis par Julien Mouret - ©2017 LaVieImmo
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)


    En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
    Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...