Connexion

Mot de passe oublié Pas encore de compte ?
Interview
LaVieImmo.com
InterviewInterviewvendredi 15 janvier 2021 à 16h02

Rénovation énergétique: comment fonctionne MaPrimeRénov' pour les copropriétés


Les copropriétés peuvent prétendre à MaPrimeRénov'
Les copropriétés peuvent prétendre à MaPrimeRénov'
Les copropriétés peuvent prétendre à MaPrimeRénov' (©Gerard Julien - AFP)

MaPrimeRénov' concerne également les copropriétés. Pourtant, moins d’un propriétaire sur trois connaît MaPrimeRénov et plus d’un quart n’en a même jamais entendu parler. Décryptage de Nicolas Moulin, président de PrimesEnergie.fr.

(BFM Immo) - BFM Immo : Toutes les copropriétés sont-elles concernées par le nouveau dispositif d'aide à la rénovation énergétique MaPrimeRénov'?

Nicolas Moulin, président de PrimesEnergie.fr :Seules les copropriétés de plus de 15 ans et qui sont essentiellement composées de résidences principales (75% minimum) peuvent prétendre au nouveau dispositif d’aide. Elles doivent également être inscrites au registre national des copropriétés.

Comment fonctionne le dispositif pour les copropriétés ?

MaPrimeRénov’ vient simplifier le financement des travaux grâce à une seule aide collective, versée au syndicat de copropriétaires, indépendamment de la situation de chaque copropriétaire. C’est un changement important qui vise à simplifier les démarches, alors qu’auparavant chaque propriétaire devait demander sa prime individuellement.

Pour bénéficier de l’aide, les copropriétés doivent réaliser des travaux de rénovation globale dans les parties communes qui garantissent une amélioration significative du confort et de la performance énergétique (soit 35% minimum de gain énergétique après travaux). Un enjeu majeur pour les habitats collectifs pour lesquels de tels travaux apportent également un gain économique conséquent sur la facture, 30% à 50% des charges totales en copropriété étant liées au chauffage aujourd’hui. A noter : il est conseillé de réaliser un audit énergétique en amont des travaux afin d’évaluer d’une part le type de travaux à réaliser en priorité, et d’autre part pour estimer le gain énergétique que ces travaux vous permettront d’obtenir.

Sur la question du financement, l’aide accordée peut couvrir jusqu’à 25% du montant total des travaux engagés et le seuil maximal de l’aide est fixé à 15.000 € par lot, soit un maximum de 3.750 € par logement. Il existe également différents bonus complémentaires :

- Si les travaux sont réalisés dans une copropriété considérée comme une "passoire thermique" (étiquette F ou G) et que les travaux réalisés permettent de sortir de ce statut, un bonus de 500 € par logement pourra être alloué. A noter : pour obtenir ce bonus, un audit énergétique doit impérativement être effectué avant et après les travaux pour prouver que les travaux prévus permettent bien au logement de sortir de l’état de "passoire thermique".

- D’autre part, pour encourager des rénovations globales plus ambitieuses, un bonus BBC (bâtiment basse consommation) de 500 € par logement pourra également être accordé, et cumulable avec le premier bonus, si les travaux réalisés permettent à l’immeuble d’atteindre l’étiquette énergétique B ou A.

- Toutes ces aides sont par ailleurs cumulables avec le nouveau "Coup de pouce Copropriété" (financé par les certificats d’économies d’énergie, dits "prime énergie"), pour les travaux de rénovation globale au sein des habitats collectifs. Pour en bénéficier, les conditions sont les mêmes que pour MaPrimeRénov’. La demande d’aide s’effectue en ligne sur PrimesEnergie.fr qui propose une assistance à maîtrise d’ouvrage (AMO) et un plan de financement pour accompagner et guider les copropriétés dans la réalisation de leurs travaux. Ainsi, en cumulant MaPrimeRénov’ Copropriété et la Prime énergie, c’est plus de 50% du montant des travaux d'isolation et de chauffage qui sont désormais financés. A noter, il existe également une prime complémentaire de 3.000 € par logement pour les copropriétés fragiles.

Quels sont les travaux à privilégier en priorité ?

La rénovation énergétique est la meilleure arme pour réduire la consommation d’énergie d’un immeuble. Pour que l’investissement soit intéressant, il faut miser sur les travaux les plus efficaces et qui permettent un retour sur investissement rapide : l’isolation en priorité (les combles et les murs étant les premières sources de déperdition de chaleur), puis le remplacement de systèmes de chauffage vétustes par des solutions plus performantes, comme les pompes à chaleur. Au-delà du gain sur la facture, rénover son immeuble permet également d’en augmenter la "valeur verte", devenue un indicateur incontournable pour les futurs acheteurs. Les chiffres parlent d’eux-mêmes : les logements avec une bonne étiquette énergétique se vendent en moyenne 6% à 22% plus chers (selon une étude des notaires, NDLR) que ceux situés en bas de classement. Par ailleurs, un décret paru le 13 janvier dernier introduit même une interdiction de location à partir de 2023 pour tous les logements dont la consommation énergétique excède les 450 kWh/m²/an (classés G sur le DPE).

Comment demander les aides ?

Depuis le 11 janvier 2021, les copropriétés peuvent déposer leur demande d’aide par l’intermédiaire du syndic de copropriété. Avant toute chose, celui-ci doit vérifier l’immatriculation de la copropriété au registre national des copropriétés, puis se rendre sur le site officiel maprimerenov.gouv.fr pour se créer un compte. Après quoi, il doit désigner obligatoirement un assistant à maitrise d’ouvrage (AMO) pour l’accompagner dans l’élaboration du projet, le montage de la demande de financement et le suivi des travaux. Cette prestation est prise en charge à hauteur de 30%, dans la limite de 180€ par logement. Il doit ensuite réunir l’ensemble des copropriétaires en assemble générale pour faire voter le projet de travaux, et ce n’est qu’une fois voté que la demande d’aide pourra être déposée en ligne. Tout cela prend donc beaucoup de temps et doit se préparer bien à l’avance pour que toutes les parties prenantes soient informées et mobilisées.

Mais attention, il est nécessaire de bien vérifier en amont l’éligibilité des travaux prévus, le montant de l’aide à laquelle la copropriété peut prétendre et surtout de faire impérativement appel à une entreprise labellisée RGE (Reconnu garant de l’environnement). A noter : pour les copropriétés ayant déjà signé un devis et commencé leurs travaux depuis le 1er octobre 2020, elles sont également éligibles et peuvent dès à présent déposer leur demande d’aides en ligne qui sera traitée par rétroactivité.

Propos recueillis par Qualite-Logement.org - ©2021 BFM Immo

Estimation de bien

Estimation de bien


Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)

    Dernières actualités interview
  • Pas de news de ce type