Connexion

Mot de passe oublié Pas encore de compte ?
Mieux Habiter
LaVieImmo.com
Mieux HabiterMieux Habitermercredi 3 juin 2020 à 11h00

Comment réduire les charges grâce aux travaux en copropriété


Comment réduire les charges grâce aux travaux en copropriété
Comment réduire les charges grâce aux travaux en copropriété
Comment réduire les charges grâce aux travaux en copropriété (©Lavieimmo)

En entreprenant des travaux de copropriété adaptés, les résultats sur la facture énergétique s’avèrent très intéressants. Une démarche d’autant plus rentable que ce type d’opération est aujourd’hui financé jusqu’à 100 %.

(BFM Immo) - Cet article sponsorisé n'a pas été écrit par la rédaction.

Baisser les dépenses : un enjeu essentiel pour tout copropriétaire

Qu’importe leur localisation, leur taille ou leur type de logements, l’ensemble des copropriétés poursuit un objectif commun : optimiser les charges et éviter tout gaspillage. Parmi les postes de dépenses à surveiller de près, l’énergie tient une place de choix.

En France, les charges annuelles médianes sont de 1 800 euros, parmi celles-ci le chauffage pèse pour près d’un tiers et augmente en moyenne de 3,7 % par an selon l’Insee . Réduire les dépenses en copropropriété passe donc inévitablement par la maîtrise de la facture énergétique.

Or, quand on parle de travaux en copropriété , les mots “coûteux”, “onéreux” reviennent souvent. Les copropriétaires peuvent être réticents à engager des travaux s’ils ne voient pas les bénéfices directs. Pourtant, certains types de travaux peuvent bénéficier d’un financement allant jusqu’à 100 % : les travaux d’économies d’énergie. Ces derniers sont soutenus par de nombreux dispositifs financiers et fiscaux mis en place au fil des années par les pouvoir publics pour réduire la facture énergétique des Français.

Les opérations de rénovation énergétique les plus efficaces

Des travaux simples et efficaces peuvent être engagés pour réduire la facture énergétique de sa copropriété

Des travaux de copropriété financés jusqu’à 100 %

- Le calorifugeage : isolation des tuyaux d’eau chaude sanitaire et tuyaux de chauffage. Souvent en mauvais état, la remise à neuf de l’isolant permet une économie de chauffage allant jusqu’à 15 %.
- Isolation des points singuliers : l’isolation est réalisée à l’aide de housses isolantes amovibles. Une technique simple et rapide à mettre en place.
- Isolation des sous-planchers bas : située sous une partie chauffée, l’isolation limite les déperditions par le sol de la résidence (caves, garages, parties communes). Cette isolation entraîne également un gain énergétique de 10 %.
- Isolation des combles : bien connue des propriétaires de maisons, l’isolation des combles perdus est aussi valable pour les copropriétés. Il s’agit de l’opération avec le plus gros gain énergétique : jusqu’à 30 % sur la facture énergétique.


Des travaux aux coûts important avec financement partiel

- Rénovation chaudière collective : le remplacement d’une vieille chaudière fioul ou gaz par une chaudière à condensation fera faire des gains énergétiques non négligeables à la copropriété tout en limitant les risques de panne.
- Isolation des murs : l’isolation thermique par l’extérieur permet de réduire les déperditions thermiques, de limiter les ponts thermiques, d’améliorer le confort des occupants et d’assurer l’étanchéité des façades contre les infiltrations d’air. Dans le même temps, l’immeuble bénéficie d’un ravalement de façade et donc d’une revalorisation du patrimoine.
- Isolation des toitures terrasses : les déperditions par le toit sont importantes, lorsque la copropriété ne dispose pas de combles, l’isolation de la toiture terrasse est fortement recommandée. L’isolation conventionnelle consiste à placer une couche isolante entre la membrane d’étanchéité et le pare-vapeur. Pour l’isolation inversée, on place l’isolant directement sur la membrane d’étanchéité.

Au-delà des performances énergétiques et financières, ces travaux présentent de multiples intérêts : en premier lieu, une réelle amélioration du confort énergétique dans les appartements et dans les parties communes de la copropriété. La mise au norme de sécurité fait aussi partie des avantages de ces travaux. Ainsi, l’isolant utilisé pour l’isolation des sous planchers à des caractéristiques coupe-feu 2 h.

De manière générale, ces travaux permettent de maintenir en bon état d’usage et de jouissance les équipements et les parties communes de l’immeuble, ayant un impact non négligeable dans la valorisation du patrimoine immobilier.

Quelles solutions pour financer de tels travaux ?

Le dispositif des Certificats d’Économies d’Énergie (CEE) est aujourd’hui le levier incontournable des copropriétés pour financer les travaux d’économies d’énergie. Cette solution permet d’engager des projets de rénovation énergétique dans les parties communes tout en maîtrisant le coût pour les copropriétaires. En entreprenant des travaux de copropriété adaptés, les résultats sur la facture énergétique s’avèrent très intéressants. Pour bénéficier des CEE, il est nécessaire de respecter certains critères tels que la résistance thermique, définis par les fiches d’opérations standardisées de l’ADEME (Agence de l’environnement). La qualification RGE (Reconnu Garant de l’Environnement) de l’entreprise de travaux est aussi un critère à respecter pour certains travaux. Il existe également un certain nombre d’autres dispositifs pour aider les copropriétaires à financer ces travaux, la plupart étant sous condition de ressources :

- CITE
- MaPrimeRénov
- Autres aides de l’ANAH (Agence Nationale de l‘Habitat)
- Éco-prêt à taux zéro

LaVieImmo.com - ©2020 BFM Immo

Devis Travaux

Devis Travaux

Diagnostics

Diagnostics

Primes énergies

Primes énergies
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)