Mieux Habiter
LaVieImmo.com
Mieux HabiterMieux Habiterlundi 28 mars 2011 à 09h35

Les voitures à essence bientôt hors des villes ?


Une borne de recharge
Une borne de recharge
Une borne de recharge (©dr)

La Commission européenne étudie lundi la feuille de route « Transports 2050 », qui vise à supprimer d’ici à 2030 des métropoles la moitié du parc de voitures à motorisation traditionnelle : essence, diesel ou gaz. L’objectif étant de parvenir, à l’horizon 2050, au seul accès à des véhicules propres.

(LaVieImmo.com) - En 2050, plus aucune voiture à essence dans les grandes villes d’Europe ? La feuille de route « Transports 2050 », présentée aujourd’hui à Bruxelles, étudie la question de leur suppression progressive, indique lundi La Tribune. Selon le quotidien, « la raison d’une telle décision tient en un chiffre : 25 % des émissions européennes de CO2 proviennent des transports, et Bruxelles entend les réduire de 60 % d’ici à 2050, en dépit de la hausse attendue du parc automobile et du trafic ». Et pourquoi plus les villes qu’ailleurs ? Car les moyens de transports alternatifs, les transports en commun ou les bicyclettes partagées, y sont plus facilement et rapidement développés, précise le quotidien. Pour autant, les métropoles continueront à accueillir des automobiles, mais issues des technologies hybrides, électriques, ou fonctionnant au biocarburant. « Bus, taxis et véhicules de livraison se prêtent bien à l’utilisation de carburants et de motorisations alternatifs, et peuvent rationnaliser leurs tournées grâce aux technologies de l’information », souligne La Tribune.

2 millions de véhicules propres d'ici à 2020

L’un des leviers de Bruxelles, pour parvenir à un tel résultat, sera la généralisation du principe du « pollueur payeur, le paiement à l’usage et les péages urbains qui permettent de lisser le trafic grâce à des tarifs variables ». En France, le gouvernement a déjà prévu via son plan « véhicules décarbonnés », de parvenir à quelque 2 millions de véhicules propres d’ici à 2020, à l'aide de 75 000 bornes de recharge installées sur la voie publique, précise le journal économique. Des villes pionnières se sont engagées à de tels résultats, comme Rouen, ou Paris, grâce au projet Autolib’. Montpellier, par ailleurs, réservé son centre historique aux véhicules de livraison électriques.

Léo Monégier - ©2017 LaVieImmo
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)