Mieux Habiter
LaVieImmo.com
Mieux HabiterMieux Habiterlundi 10 septembre 2018 à 18h58

Rénovation énergétique : le grand flou du gouvernement


Un logement en travaux
Un logement en travaux
Un logement en travaux (©AFP)

L'exécutif vise 500.000 logements rénovés par an. Mais l'incertitude règne sur les moyens.

(LaVieImmo.com) - Cinq mois après son lancement, le plan de rénovation énergétique des bâtiments reste flou: Nicolas Hulot a dénoncé des moyens insuffisants lors de sa démission du gouvernement, les professionnels s'inquiètent de modalités incertaines et le gouvernement donne peu de précisions.

"C'est évidemment un axe extrêmement important pour le gouvernement", a assuré lundi François de Rugy pendant l'un de ses premiers déplacements comme ministre de la Transition écologique et solidaire.

Le ministre, qui a succédé début septembre à Nicolas Hulot après sa démission inattendue, s'exprimait à Rosny-sous-Bois (93), lors du lancement d'une campagne d'encouragement à la rénovation énergétique. Elle s'inscrit dans un plan lancé par le gouvernement en avril quand M. Hulot était ministre. Il cible sept à huit millions de logements mal isolés et donc très consommateurs d'énergie.

Un budget divisé par deux?

Lundi, le gouvernement a renouvelé les objectifs formulés à l'époque: rénover 500.000 logements par an avec un budget public de 14 milliards d'euros sur cinq ans. M. Rugy et Julien Denormandie, secrétaire d'Etat à la Cohésion des territoires, ont visité à cette occasion une copropriété de trois immeubles dont la rénovation s'est conclue l'an dernier.

Pour ses premiers jours de ministre, M. Rugy se concentre ainsi sur un plan dont les modalités sont critiquées par différents bords, à commencer par M. Hulot lors de l'annonce de sa démission fin août sur France Inter. "On a baissé de moitié les moyens pour pouvoir rénover les bâtiments thermiques", avait-il déclaré. "Je sais très bien (...) qu'on ne pourra pas réaliser les objectifs." M. Hulot n'avait pas précisé à quelle enveloppe il faisait allusion.

Lundi, M. Denormandie a réitéré l'objectif global de 14 milliards d'euros et une députée de la majorité, Marjolaine Meynier-Millefert, qui mène un "comité de pilotage" du plan, a expliqué que seule une petite partie était concernée. Les propos de l'ancien ministre portaient "uniquement sur le crédit d'impôt transition énergétique (Cite) où on entend dire effectivement que les budgets seraient réduits de moitié", a-t-elle expliqué.

Pour autant, la députée n'a, elle-même, pas caché ce week-end sa "frustration" dans un entretien au Monde. Elle regrette de "l'inquiétude et de l'incertitude" et ne sait "même pas de quels moyens on dispose" à deux semaines de la présentation du budget 2019. Face à ces interrogations, le gouvernement n'a pas donné de réponse précise, préférant affirmer une ligne de sérieux budgétaire au moment où l'Insee vient de revoir en hausse le déficit public.

Impatience chez les professionnels du bâtiment

"Je ne suis pas à promettre des choses ou appeler à des choses dont je sais qu'elles ne sont pas possibles", a déclaré M. Rugy, disant privilégier "des leviers d'actions qui sont réalistes". "Je ne veux pas que l'on s'installe dans l'idée que l'écologie, c'est plus de dépenses", a-t-il ajouté, tandis que M. Denormandie prévenait que "la responsabilité (...) ne peut pas être que du côté de l'Etat".

Les membres de l'exécutif n'ont pas plus donné de réponses aux professionnels du bâtiment qui marquent depuis plusieurs mois leur impatience face à des modalités qu'ils jugent floues. "Le projet reste largement encore dans les limbes", regrettait en juillet Jacques Chanut, président de la Fédération française du bâtiment (FFB). "Il fixe des objectifs aussi connus qu'ambitieux, mais il ne donne aucune information précise à ce stade quant aux mesures publiques d'accompagnement."

Le bâtiment s'inquiète notamment de l'avenir du Cite. Le plan prévoit de transformer l'an prochain le crédit d'impôt en prime: cela devrait le rendre plus attirant mais les professionnels craignent que son périmètre soit réduit, ce que semblent confirmer les déclarations de Mme Meynier-Millefert. Sur le sujet, 2019 "sera sûrement une période de transition", a éludé M. Rugy, évoquant "une réflexion" quant à un report éventuel de sa transformation en prime.

La crainte d'un "bonus malus"

Un autre sujet inquiète le bâtiment: la mise en place d'un "bonus malus" qui augmenterait la taxe foncière d'un logement très consommateur en énergie. Depuis que Nicolas Hulot a évoqué l'idée fin 2017, elle semble être passée au second plan, mais les professionnels souhaitent qu'elle soit définitivement enterrée.

Là encore, la ligne du gouvernement apparaît floue: M. Rugy a déclaré lundi que les choses n'étaient "pas tranchées", mais M. Denormandie a immédiatement exprimé son scepticisme quant à une écologie "punitive".

(AFP)

LaVieImmo.com - ©2018 LaVieImmo

Devis Travaux

Devis Travaux

Diagnostics

Diagnostics

Primes énergies

Primes énergies




Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)