Connexion

Mot de passe oublié Pas encore de compte ?
Placement
LaVieImmo.com
PlacementPlacementlundi 2 décembre 2019 à 06h15

Faut-il faire des travaux de rénovation énergétique avant de vendre son logement?


La valeur verte des logements
La valeur verte des logements
La valeur verte des logements (©Eric Cabanis - AFP)

Grâce au diagnostic de performance énergétique, il est plus facile de définir la valeur verte de son logement.

(BFM Immo) - Faire des travaux avant de vendre son logement est une question que se posent de nombreux propriétaires. Mais au-delà d'un rafraîchissement des peintures, de la cuisine ou de la salle de bain, la question de la performance énergétique d'un bien se pose de plus en plus. Car celle-ci permet aux logements de s'apprécier... ou de se déprécier. Cette "valeur verte" est d'ailleurs de mieux en mieux définie, notamment grâce au DPE, le diagnostic de performance énergétique, qui classe les biens des plus économes en énergies aux passoires thermiques. Cela va de A à G.

Le site PAP a fait l'écho d'une étude menée par les notaires et qui permet de voir l'impact du DPE sur les prix des logements, maisons et appartements en fonction des différentes régions. En clair, par rapport à la note moyenne D, les logements mieux notés vont-ils se vendre plus cher et si oui de combien? Et inversement, les logements F ou G se vendent-ils moins cher et de combien? >>Pour la rénovation de vos combles, faites confiance à Mescomblesgratuits par Hellio, entreprise certifiée par l'État.

Des travaux coûteux

Étude d'autant plus intéressante que les travaux qui permettent d'améliorer la performance énergétique d'un logement sont souvent très coûteux. PAP explique que pour remonter d'une classe sur le DPE, il faut compter dans les 15.000 euros. Et cela nécessite dans les 50.000 euros pour passer de la catégorie F à C. Donc quitte à dépenser beaucoup autant pouvoir le valoriser à la revente. La note du DPE a-t-elle vraiment un impact sur les prix ? Cela dépend de la région où se trouve le bien (zone tendue ou non) et cela dépend aussi de la nature du bien (maison ou appartement).

Sur la nature du bien, c'est véritablement sur les maisons que cette question de la performance énergétique a le plus d'impact. Dans le bon sens comme dans le mauvais. Pour les notes A et B ces maisons-là se vendent de 5 à 11% plus cher que les maisons classées D. La plus faible valorisation se trouve en Bourgogne Franche-Comté et la plus forte en Nouvelle Aquitaine. <

Pour les notes F ou G (autrement dit, les passoires thermiques) ces maisons-là se vendent 6 à 19% moins cher que les maisons classées D. Les plus faibles décotes se trouvant en Ile-de-France, en Auvergne et en PACA, et les plus grosses décotes en Nouvelle-Aquitaine.

En prenant pour exemple une maison à 300.000 euros classée D, la même maison classée A ou B vaudra jusqu'à 33.000 euros de plus. À l'inverse, la même maison notée F ou G vaudra jusqu'à 57.000 de moins.

Un écart moins spectaculaire pour les appartements

Pour les appartements, les évolutions sont nettement moins spectaculaires pour une raison évidente. Les appartements se trouvent pour la plupart dans des villes plus tendues où, de fait, la performance énergétique ou plutôt la sur-performance se valorise moins. Les appartements notés A et B se vendent certes jusqu'à 15% plus cher que les mêmes notés D en Normandie et en Occitanie, mais en Paca ils valent la même chose. Les appartements notés F ou G, eux, n'ont aucun impact sur la valeur du bien dans quasiment toutes les régions. Juste en Nouvelle Aquitaine et en Paca où ils valent jusqu'à 8% moins cher que les appartements classés D.

Exception parisienne où le secteur tellement tendu que la performance ou la sous-performance influe peu sur les prix.

Marie Coeurderoy - ©2020 BFM Immo

Guide loi Pinel

Guide loi Pinel

Simulation loi Pinel

Simulation loi Pinel

Simulation Censi Bouvard

Simulation Censi Bouvard


Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)